Mot-clé - splendor

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi, septembre 18 2019

19 septembre 2019 - Rien de personnel !

Le site des ludochons est dans sa rédaction, un site "à l'ancienne" (appellation curieuse pour une activité qui a moins d'une génération), rédigé au fil de l'eau et à la main, (ou plutôt avec les pieds préciseront certains) et, malgré cet amateurisme foutraque, certains affirment encore prendre quelques plaisirs à nous lire (tous les goûts sont dans la nature, et cela nous arrange bien!).

Ce qui nous amène (le mode de fabrication plutôt que notre habilité podale) à vous poser une question qui turlupine votre logorrhéique rédacteur : depuis combien de temps n'êtes-vous pas passé sur un site "perso" ?

Pappy Winchester, sept. 2019 Pappy Winchester - Une époque où site perso. signifiait lopin de terre et armes à feux...

Oui, rappelons, aux plus anciens, cette époque "bénie" ou sur Lycos, Altavista, Yahoo, ou autres, ils ne trouvaient (absolument) jamais ce qu'ils voulaient mais où ils finissaient, rêveurs, sur des sites improbables où un quidam quelconque affichait avec émotion sa passion pour les démonte-pneus publicitaires ou sa collection de sculpture en chewing gums (Ne vous demandez pas si cela existe).
Les plus chenus des ludochons étaient déjà là (et je suis sûr qu'ils ont même commis quelques sites bien honteux à l'époque) et tous pouvaient s'étonner, de semaine en semaine, devant la créativité des meilleurs, du design improbable mais heureux de nombreux sites, et du mauvais goût, assez sûr ,d'un nombre plus grand encore...

Le défaut de ce souvenir, c'est qu'il ne tient pas compte du fait, qu'entre temps, les sites perso sont morts...
Je vous entends déjà protester mais avouez que ceux-ci deviennent peu nombreux, et que les sites personnels sont souvent devenus des blogs portés par des plates-formes standardisées et des designs de plus en plus communs (oui, nous aussi!), sauf éventuellement pour quelques graphistes en recherche d'emploi. Et aujourd'hui, même les blogs tendent à s'effacer devant les "comptes", les "pages" et autres "chaînes".
Pour être honnête, il y a souvent moins de faute de goût mais nettement moins d'originalité (bon, si on cherche bien, et qu'on dépasse le déferlement de citations de Paolo Coehlo, on peut quand même trouver des sculptures buccales).

Les pionniers, ont souvent été remplacés par des entrepreneurs et même les plus enthousiastes finissent assez rapidement par se concentrer sur la monétisation et le référencement, sûrs qu'il va falloir en passer par là pour durer...
Bref au delà du côté personnel c'est aussi le côté amateur qui tend à disparaître, celui qui était porté par la dualité de ce terme qui signifie à la fois le spécialiste d'un domaine, et le néophyte enthousiaste.

Pire? Les algorithmes de recherche vous assurent aujourd'hui de trouver le site le plus "référent", c'est à dire souvent celui avec le plus de liens entrants ( avec un SEO qui a bien bossé, etc)... Ainsi, si vous cherchez "jeu de société" vous vous apercevrez que les grandes enseignes, trustent les résultats, et si ce n'est pas elle, les grands médias prendront toute la place possible avec des articles parfois très ponctuels et anciens mais qui vu la puissance de feu du dit média passeront avant le petit site perso, parfois plus pertinent...

Certains s'en sortent encore mais il faut bien avouer que tout ceci tant à faire disparaître les sites les plus étonnants au profit de l'écriture "putaclic", des "comparatifs de l'année", ou des "10 raisons de choisir" avec attention sa passoire ("avec des trous" apprendrez-vous, médusé)... Le top du top, pour un site moderne est, semble-t-il, de devenir une institution pouvant se permettre des titres racoleurs ! O' tempora O' Mores !

Terraforming Mars, sept. 2019 Terraforming Mars - Mars, sans Raphaël, est-ce encore Mars ?

Pour le titre racoleur, nous pouvons faire! En revanche, il semblerait que "les ludochons" ,ne soit pas encore une institution reconnue (en dehors d'une petite frange de joueurs berjalliens enthousiastes)... C'est dommage, mais cela nous permet de rester au fond des classements avec tout un tas de sites qui tentent de garder un âme (pour le meilleur ou pour le pire)...

Au fait, bon week-end à tous qu'il soit "ludochon" ou non...

Les jeux

  • Decrypto (T. Dagenais-Lespérance chez le Scorpion masqué)
  • Le grand jeu (R. Knizia chez Origames)
  • Insider (Akihiro Itoh, Daishi Okano, Kwaji et Kito Shinma chez Pixie Games)
  • King of Tokyo (Richard Garfield chez Iello)
  • Korsar (Reiner Knizia chez Asyncron)
  • Pappy Winchester (Jérémy Pinget chez Blue Orange)
  • Scythe (Jamey Stegmaier chez Ghenos games) Mode campagne
  • Splendor (Marc André chez Space cowboys)
  • Terraforming Mars (Jacob Fryxelius chez Fryxgames)
  • Tuki (Grzegorz Rejchtman chez Next moves)


Scythe, sept. 2019 Scythe - Mais que vient faire le grand monolithe noir là dedans ?

Les joueurs

  • Cécile, Cyril (Atom), John et Stéphane 3 avec leurs winchesters!
  • Magali, Olivier, Philippe, Suzel et Vincent (Possom) (le grand jeu de l'insider)
  • Jean-Marc, Manu, Michaël, Noémie, Rémi, et la "nouvelle tête" de Noémie à tokyo
  • Corinne, Davy, Éric, et Patrick sur Mars
  • Bertrand, Bertrand II, Frédéric et Vincent (Bibou) à grands coups de faux!


Le grand jeu, sept. 2019 Le grand jeu - Certes mais pas sûr que nous ayons eu de grands joueurs !

samedi, février 17 2018

15 février 2018 - Dé - cep - tion !

Je sais, certains vont me dire qu'ils ont attendu ce compte-rendu plus de deux jours ! Horrible ! Surtout que John lui avait rendu sa copie à temps mais qu'à cause de l'incurie de votre serviteur, son compte-rendu lui aussi a subi un léger décalage temporel!
Voilà, mais pour le rédacteur ce délai cache surtout une immense déception... Et oui, alors que certains tentent périodiquement de le flatter, il s'attendait à un déluge de messages d'encouragements ou au contraire de menaces... Du genre
"- T'as dix minutes pour nous pondre un compte rendu et je ferais tout ce que tu voudras !
- Si tu ne te dépêches pas, c'est macaroni jusqu'à jeudi!"
Je tiens à préciser que je vous laisse voir, dans ces deux phrases où se trouve l'encouragement et où se trouve la menace. Enfin je dirais quand même que les macaronis c'est vachement bon !

20180215_dream_home.jpg Dream Home - Les ludochons rêvent-ils de moutons électriques ?

Combien de messages donc? Rien, zéro, nib, nihil
À ce stade, je devrais me trouver sans idée, complètement sec à force d'avoir pleuré toutes les larmes de mon corps. Heureusement grâce à une rehydratation d'urgence, à base de liquides fermentés ou distillés, j'arrive à envisager les choses de manière pragmatique (ou à me duper moi-même avec une excuse des plus bancales)... En fait, ce silence est dû aux vacances des ludochons...

Et là, malgré une pensée étrangement obscurcie (L'eau minérale surement), c'est le drame !
- Quoi ? Les ludochons sont en vacances ?
Notez bien que votre rédacteur est des plus réalistes, et il a bien compris que depuis qu'on ne peut plus imposer aux nourrissons de travailler dans les usines de lames de rasoirs, les choses vont de mal en pis et qu'il faut bien accorder même à des êtres d'exception comme les ludochons, des (pardonnez-nous ce gros mot) congés !

Oui, mais... Le ludochon ne devrait pas partir en congés ! Il devrait passer ses congés chez les ludochons !

20180215_otys.jpg Otys - je pense qu'on a épuisé les blagues sur le thème de la plongée en une soirée !

Déception, donc ! Avec un D majuscule... Et n'hésitez pas à mettre les autres lettres en majuscules non plus !

Quoi ? On peut préférer, à une soirée chez les ludochons, aller se bousculer sur des montagnes éventrées par la cupidité des magnats de l'or blanc, pour glisser un peu vainement, dans des combinaisons aux couleurs émétiques qui ne peuvent se justifier que par la consommation de psychotropes ou par un daltonisme cogné, et qui permettent de mariner dans la moiteur de ses propres odeurs au milieu, paradoxe, d'un champ de glace . Glace elle-même issue d'une neige synthétique aux vrais composants chimiques et aux cristaux rendus tristement informes par nivellement! Terrible image et pitoyable activité !

Heureusement... Quelques ludochons résistent encore et n'hésitent pas à se regrouper même pendant les vacances surtout qu'ils savent que Cannes arrive et qu'il vaut mieux être d'attaque !

Les jeux

  • Azul (Michael Kiesling chez Plan B games)
  • Les Châteaux de Bourgogne (S. Feld chez Alea)
  • Dream Home (Klemens Kalicki chez Rebel)
  • Massive Darkness (R. Guiton, J.-B. Lullien , N. Raoult chez CoolMiniOrNot)
  • Otys (Claude Lucchini chez Libellud)
  • Splendor (Marc André chez Space cowboys)
  • Twinz ( Hervé Marly chez Cocktail Games et Space Cowboys)



20180215_chateau_de_bourgogne.jpg Les Châteaux de Bourgogne - un jour je vous parlerai du chanoine Kir

Les joueurs

  • Manu, Noémie, Olivier et Stéphane (l'aff)
  • Magali, Suzel, Vincent (Bibou) et Louane
  • Christophe, Éric, David, Jean-Philippe, et John
  • Guillaume², Noémie², Stéphane 3 et j'ai oublié...
  • Yoann de passage (et qu'il soit remercié)


Splendor Splendor - Classique ? Oui et c'est un compliment!

vendredi, janvier 6 2017

5 janvier 2017 - Anamorphose ludique de l'univers

Rappelons pour les plus dissipés, ceux qui dans leurs jeunes années dormaient pendant les cours d'art plastique et n'écoutaient que d'une oreille distraite, leur attention entièrement focalisée par le pari idiot visant à savoir si on pouvait se tatouer avec de l'encre de Chine. (Réponse oui mais ne le faites pas); rappelons donc à ceux-ci qu'une anamorphose est une oeuvre artistique, qu'on pourrait penser difforme, et à priori impénétrable, mais qui ne se révèle réellement, à l'oeil attentif que, par exemple, vue depuis un angle précis, ou par le biais d'un objet spécifique (cylindre réfléchissant,...).


Quartermaster Quartermaster - une partie en utopie, une partie en dystopie

À ce moment, comme tout les vendredis certains lecteurs se diront une fois de plus, il faut vraiment lui dire "les chocapics... Le matin ... Pas en inhalation", mais je vais balayer tous ces arguments d'un revers de la main "Z'avez qu'à essayer, vous verrez!" (Note aux jeunes lecteurs, n'essayez pas sans l'avis préalable d'un adulte responsable, à défaut, et sans meilleure solution, de vos parents).

Bien, revenons à l'anamorphose et à notre traditionnelle question faussement intelligente mais toujours 100% pédante : les thèmes des jeux de société sont-ils une anamorphose de notre univers ?
Vache ! Penseront certains, juste avant de se demander s'il ne convient pas de compléter leurs naïfs tatouages lycéens par une scarification artisanale à la clé USB... Et bien oui, songez-y (Non ! Pas à la scarification), vous qui répétez à l'envie ce lieu commun qui prétend que l'on connait mieux une personne en jouant avec elle, connaissez vous mieux le monde en jouant ?

Not alone Not alone - Ils sont nombreux à ne pas vouloir être seuls

On ne peut pas nier que pour certains le sujet de jeux a permis de découvrir des sujets historiques méconnus (Lewis & Clarke, Justinien), mais ces exemples sont -ils si représentatifs que cela de la production ?

Bien sûr, certains commenceront par vouloir éliminer de la réflexion, les wargames aux sujets imposés, mais si on regarde l'ensemble de la production, les sujets choisis ne sont ils pas plus souvent les plus vendeurs ou les plus connus que les plus originaux ? Combien de Napoléon, de grecs anciens de 1ère et 2ème guerre, pour une guerre en Chine médiévale ? Un conflit de la Renaissance ? Et encore les wargamers se révèlent bien souvent les plus éclectiques.

D'autres voudront, exclure les univers directement inspirés d'oeuvres imaginaires (de Harry Potter à Game of thrones en passant par Terry Pratchett ou le seigneur des anneaux), mais là encore certains ne sont-ils pas sur-représentées alors que d'autres sont absents (et cela sans qu'on puisse uniquement accuser les licences).

Enfin il reste tous les autres... Regardez la Chine et le Japon qui trustent de nombreux titres, combien trouverez-vous de sujets sur les Khmers ? Combien de cathédrales, de châteaux et de gratte-ciels avons-nous construit pour si peu de viaducs et d'aqueducs. Combien de fois l'amélioration de l'acier apparait comme une innovation et pas celle du verre ? Combien de fois l'électricité nous a fait passer dans une ère de lumière, en oubliant les réverbères à gaz ? Combien de fois la mondialisation se voit représentée par des avions plutôt que par des paquebots ?

Bref, il y aurait surement beaucoup à dire sur le sujet mais nous allons nous contenter du nom des joueurs et des jeux de la séance... La prochaine fois, nous serons moins légers avec des sujets graves et nous évoquerons soit la mode des figurines détaillées (qui rend la réédition d'Ursuppe problématique) soit les insectes gynandromorphes, on verra...

Inis Inis - Hier, pour y jouer, il fallait avoir réservé (avant la réservation)...

Les jeux

  • Inis (Christian Martinez chez Matagot)
  • Kodama (Daniel Solis chez Iello)
  • Not alone (Ghislain Masson chez G.A.G.)
  • Quartermaster (Ian Brody chez Asyncron) x 2
  • Scythe (Jamey Stegmaier chez Ghenos games)
  • Splendor (Marc André chez Space cowboys)
  • Takenoko (A. Bauza chez Bombyx / Matagot)


Kodama Kodama - Les ludochons ont les po(uss/c)es vert(e)s

Les joueurs

  • Jean-Philippe, Jori, Manu et Vincent (Bibou) sur Scythe
  • Alain, Bertrand, David et Suzel sur Inis
  • Bertrand II, Davy, Éric, Olivier et Vincent (Possom) sur Quartermaster
  • Nelly, Noémie, Sandra, Vincent (Tcho) et une invitée sur Not alone
  • Zaggus et deux invités sur Takenoko et Splendor


Scythe Scythe - bien parti pour être souvent sur nos tables

- page 1 de 5