Mot-clé - splendor

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, janvier 6 2017

5 janvier 2017 - Anamorphose ludique de l'univers

Rappelons pour les plus dissipés, ceux qui dans leurs jeunes années dormaient pendant les cours d'art plastique et n'écoutaient que d'une oreille distraite, leur attention entièrement focalisée par le pari idiot visant à savoir si on pouvait se tatouer avec de l'encre de Chine. (Réponse oui mais ne le faites pas); rappelons donc à ceux-ci qu'une anamorphose est une oeuvre artistique, qu'on pourrait penser difforme, et à priori impénétrable, mais qui ne se révèle réellement, à l'oeil attentif que, par exemple, vue depuis un angle précis, ou par le biais d'un objet spécifique (cylindre réfléchissant,...).


Quartermaster Quartermaster - une partie en utopie, une partie en dystopie

À ce moment, comme tout les vendredis certains lecteurs se diront une fois de plus, il faut vraiment lui dire "les chocapics... Le matin ... Pas en inhalation", mais je vais balayer tous ces arguments d'un revers de la main "Z'avez qu'à essayer, vous verrez!" (Note aux jeunes lecteurs, n'essayez pas sans l'avis préalable d'un adulte responsable, à défaut, et sans meilleure solution, de vos parents).

Bien, revenons à l'anamorphose et à notre traditionnelle question faussement intelligente mais toujours 100% pédante : les thèmes des jeux de société sont-ils une anamorphose de notre univers ?
Vache ! Penseront certains, juste avant de se demander s'il ne convient pas de compléter leurs naïfs tatouages lycéens par une scarification artisanale à la clé USB... Et bien oui, songez-y (Non ! Pas à la scarification), vous qui répétez à l'envie ce lieu commun qui prétend que l'on connait mieux une personne en jouant avec elle, connaissez vous mieux le monde en jouant ?

Not alone Not alone - Ils sont nombreux à ne pas vouloir être seuls

On ne peut pas nier que pour certains le sujet de jeux a permis de découvrir des sujets historiques méconnus (Lewis & Clarke, Justinien), mais ces exemples sont -ils si représentatifs que cela de la production ?

Bien sûr, certains commenceront par vouloir éliminer de la réflexion, les wargames aux sujets imposés, mais si on regarde l'ensemble de la production, les sujets choisis ne sont ils pas plus souvent les plus vendeurs ou les plus connus que les plus originaux ? Combien de Napoléon, de grecs anciens de 1ère et 2ème guerre, pour une guerre en Chine médiévale ? Un conflit de la Renaissance ? Et encore les wargamers se révèlent bien souvent les plus éclectiques.

D'autres voudront, exclure les univers directement inspirés d'oeuvres imaginaires (de Harry Potter à Game of thrones en passant par Terry Pratchett ou le seigneur des anneaux), mais là encore certains ne sont-ils pas sur-représentées alors que d'autres sont absents (et cela sans qu'on puisse uniquement accuser les licences).

Enfin il reste tous les autres... Regardez la Chine et le Japon qui trustent de nombreux titres, combien trouverez-vous de sujets sur les Khmers ? Combien de cathédrales, de châteaux et de gratte-ciels avons-nous construit pour si peu de viaducs et d'aqueducs. Combien de fois l'amélioration de l'acier apparait comme une innovation et pas celle du verre ? Combien de fois l'électricité nous a fait passer dans une ère de lumière, en oubliant les réverbères à gaz ? Combien de fois la mondialisation se voit représentée par des avions plutôt que par des paquebots ?

Bref, il y aurait surement beaucoup à dire sur le sujet mais nous allons nous contenter du nom des joueurs et des jeux de la séance... La prochaine fois, nous serons moins légers avec des sujets graves et nous évoquerons soit la mode des figurines détaillées (qui rend la réédition d'Ursuppe problématique) soit les insectes gynandromorphes, on verra...

Inis Inis - Hier, pour y jouer, il fallait avoir réservé (avant la réservation)...

Les jeux

  • Inis (Christian Martinez chez Matagot)
  • Kodama (Daniel Solis chez Iello)
  • Not alone (Ghislain Masson chez G.A.G.)
  • Quartermaster (Ian Brody chez Asyncron) x 2
  • Scythe (Jamey Stegmaier chez Ghenos games)
  • Splendor (Marc André chez Space cowboys)
  • Takenoko (A. Bauza chez Bombyx / Matagot)


Kodama Kodama - Les ludochons ont les po(uss/c)es vert(e)s

Les joueurs

  • Jean-Philippe, Jori, Manu et Vincent (Bibou) sur Scythe
  • Alain, Bertrand, David et Suzel sur Inis
  • Bertrand II, Davy, Éric, Olivier et Vincent (Possom) sur Quartermaster
  • Nelly, Noémie, Sandra, Vincent (Tcho) et une invitée sur Not alone
  • Zaggus et deux invités sur Takenoko et Splendor


Scythe Scythe - bien parti pour être souvent sur nos tables

vendredi, octobre 7 2016

6 octobre 2016 - Travolta 007

Ceux qui liront le titre de ce message ne manqueront pas de se demander si nous n'avons pas joué à Codenames et si l'un des joueurs ne s'est pas livré à un pari désespéré mais néanmoins fantastique...
Les choses sont en fait un peu plus simples (dommage) et à la fois plus étranges (chouette!); en cette semaine qui précède le salon d'Essen, l'ambiance était comme d'habitude légère et presque frivole, puisque déjà certains parlent goulûment de bières et... de la capacité comparée des coffres de différentes berlines familiales ! C'est curieux, mais habituel !

Dans cette ambiance électrique et bon enfant, un de nos membres éminents, Manu a commis l' "erreur" de venir en tenue de travail, nanti d'une somptueuse chemise rose... Notez- bien que la dite chemise était tout-à-fait élégante et qu'il la portait fort bien ! Peine perdue, le ludochon était d'humeur moqueuse et rien ne lui fut épargné ! On lui a demandé des nouvelles de Jack Lang, on a salué son courage, on s'est interrogé sur les risques pour la jeunesse de tels exemples, etc... Pour tout dire, on a fini par esquisser quelques pas de danse façon Saturday night fever... Oui, même le ludochon connaît des moments d'égarement.

Colons de Catane Les colons de Catane - retour surprenant pour un grand ancien !

Saluons Manu qui est resté de belle humeur face à se déferlement de bêtises. Mais sa chemise a créé une nouvelle interrogation (si). En effet, d'ordinaire une majorité féminine ne manque d'attribuer (en soupirant) à celui-ci une ressemblance avec Daniel Craig... C'est plutôt pas mal car pour nous qui avons grandi à l'époque de l'existentialisme triomphant, nous avions fini par considérer nos visages de manière assez négative

"Ma tante Bigeois me disait, quand j'étais petit : Si tu te regardes trop longtemps dans la glace, tu y verras un singe. J'ai du me regarder encore plus longtemps : ce que je vois est bien au-dessous du singe, à la lisière du monde végétal, au niveau des polypes." Jean-Paul Sartre - La nausée

Avec cette éducation, être comparé à Daniel Craig c'est donc assez formidable, mais voilà dans nos esprits (diablement pervertis) s'est alors formée une image curieuse celle d'une fusion contre-nature entre John Travolta et James Bond...

On pourrait douter mais notez immédiatement que certains des titres des films de James Bond pourraient très bien être des titres de chansons discos au kitsch assumé ("For Your Eyes Only", "Diamonds are forever", "GoldenEye") ou des noms de boites de nuit ("Casino Royale", "Moonraker", "Skyfall" ou "thunderball") sans compter la chanson "Stayin' Alive" qui résume la vie de 007. De la même manière, certains des films de John Travolta ont des titres qui pourraient fort bien s'adapter à l'univers de Ian Fleming ( "Blow Out", "The experts") et on imagine bien des armes ou des projets secrets baptisés par Q, "Saturday Night Fever" ou "Grease"...

Bref, pour le prochain James Bond, nous proposons John Travolta, ou s'il est jugé trop âgé pour le rôle un danseur quelconque pourvu qu'il porte une chemise avec un col pelle-à-tarte ! À défaut, prenez Manu, car on a compris lors de l'AG qu'il souhaitait (aussi) plus de James Bond girls ! :-)

Hyperborea à deux Hyperborea - en version deux joueurs

D'autres choses fascinantes dans la soirée ? Oui, Magali a fait son coming-out, "Oui, je suis une hard-core gameuse (et je veux maraver Raphaël)!". Certains ont joué aux colons de catane (ça aussi c'était un peu improbable), d'autres ont gagné à Quartermaster sur le score de zéro, Manu (pas épargné ce soir) a découvert qu'il y avait beaucoup plus de cylons que d'alliés à sa table, et d'autres ont fini sur un collaboratif "mais je vais te pourrir quand même un peu ce qui n'est pas normal mais j'aime cela" (the game)

Vivement le retour au calme (ou pas) !

Les jeux

  • Les colons de Catane (K. Teuber chez Filosofia)
  • Battlestar Galactica (Corey Konieczka chez Fantasy Flight Games)
  • The Game: Are you ready to play The Game? (Steffen Benndorf chez Oya)
  • Hyperborea (A. Chiarvesio , P. Zizzi chez Asterion)
  • Kréo (Julien Prothière chez Sweet November ,)
  • Mombasa (Alexander Pfister chez Gigamic)
  • Splendor (Marc André chez Space cowboys)
  • Quartermaster (Ian Brody chez Asyncron)

Les joueurs

  • Bertrand II, Magali et Raphaël sur Mombasa
  • Bertrand I, Noémie, Suzel et Zaggus à Catane
  • Matthieu et Sandra sur Hyperborea
  • David, Jean-Michel, Manu, Thomas et Vincent (Bibou) dans Battlestar Galactica
  • Davy, Éric, Frédéric, Jean-Philippe, Olivier et Vincent (Possom) sur Quartermaster


Quartermaster Quartermaster - la forteresse Europe

vendredi, décembre 11 2015

10 décembre 2015 - Entre deux tours (bis)

Il n'est pas toujours facile de bon matin de s'apercevoir qu'alors que vous pensiez avoir eu l'éclair de génie, l'éclair se révèle n'être qu'une flammèche que, de plus, vous vous acharnez à éteindre !
Et oui ce matin, devant un bol de chocolat, vous avez eu, dans une fulgurance, l'idée d'un titre pour le billet du jour : "Entre deux tours"... Plus vous y réfléchissez et plus cela vous plait... Jusqu'au moment où vous vous apercevez que vous avez déjà fait le coup l'année dernière (ici)....

Pourtant l'idée était jolie... En effet, si vous ne vous êtes pas enfoncés profondément les doigts dans les oreilles avec vigueur en ayant au même moment fermé vos paupières il est dur d'échapper à cette actualité qui semble des plus stupéfiantes pour la plupart des commentateurs... Or pour le joueur, et donc pour le ludochon, l'entre deux tours est un état familier et pour tout dire presque constitutif de son état... Et si on pousse le raisonnement jusqu'à ses limites, avant même le premier tour, il se projette souvent dans le jeu, nanti de son expérience ludique, et une fois le jeu fini il n'est pas rare qu'il continue à imaginer ce qu'aurait pu être un tour supplémentaire ou ce que sera le premier tour de sa prochaine partie...

Clochemerle Clochemerle - comme dans la vraie vie, si on est moins nombreux à se battre, c'est plus fluide !

Bref, pour le ludochon, l'entre deux tours est quasiment ce qui constitue le jeu... or nous avons appris avec l'âge à nous habituer à cet état de tension et à en comprendre les étapes. D'abord faire un état des lieux le plus complets possibles, ensuite tenter de comprendre les intentions et les objectifs de vos partenaires / adversaires, ensuite tenter de trouver le coup le plus efficace possible (valables pour vous et n'entrainant pas chez vos partenaires l'envie de vous rayer du plateau), ou parfois plus simplement de sauver les meubles.
Le joueur de Go a d'ailleurs aussi un petit proverbe qui dit que "la pierre brûle" (comme le bulletin ?) et que donc il faut réfléchir à toutes les options avant de prendre sa décision et de l'exécuter....
Le joueur, on le voit, est plutôt bien préparé à l'entre deux-tours et gère avec un certain calme le "et si..., et si...".

Vous me direz que cela n'empêche pas les joueurs de faire des erreurs ou de ne pas être d'accord sur la meilleure stratégie possible. C'est vrai, mais le joueur comprend bien la liberté qu'à tout un chacun de jouer sa carte, son meeple, comme il l'entend, le tout est qu'il utilise au mieux cette liberté...
Fin de la métaphore vaguement moralisatrice et, pour tout dire, gonflante ! ;-)

Broom service Broom service - Peut-on donner un coup de balai avec un casque à pointe ? Oups... c'est un chapeau de sorcière !

Le joueur, hier, pour l'essentiel ne faisait pas dans la métaphore, il jouait ! Et il était intéressé par tout un tas de jeux des plus anciens Wikinger, Twilight struggle, Taluva, aux plus récents Clochemerle...

Les jeux

  • Blueprints (Yves Tourigny chez Z-man games)
  • Broom Service (Alexander Pfister et Andreas Pelikan chez Alea)
  • The City (T. Lehmann chez Gigamic)
  • Clochemerle / My village (Inka & Markus Brand chez Gigamic)
  • Splendor (Marc André chez Space cowbo
  • Taluva (M.-A. Casasola Merkle chez Ferti)
  • Twilight struggle (A. Gupta & J. Matthews chez GMT)
  • Wikinger (M. Kiesling chez Hans im Glück)
  • Yspahan (S. Pauchon chez Ystari)
  • Zéro (R. Knizia chez Asyncron)

Les joueurs

  • Raphaël et Vincent(Possom) en pleine guerre froide
  • Éric, Suzel et Zagg en villageois en bisbille
  • Frédéric, Jean-Michel, Michaël, et Olivier en langskip
  • Bertrand, jean-Philippe, Manu et Vincent (Possom) donnant un coup de balai
  • Davy, Noémie, Stéphane (l'aff) en caravane !


Twilight struggle Twilight struggle - c'était mieux avant ?

- page 1 de 4