Mot-clé - Terraforming Mars

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, février 15 2019

14 février 2019 - C'est la Saint Plouc !

Hier soir, malgré des années de gesticulations de matamore de votre plumitif, nourries par une surjouée guéguerre Normandie - Bretagne, malgré donc tous ces efforts et des billets sanglants, quelques joueurs décidaient malgré tout de se lancer dans une partie de Bretagne...

- Vous n'allez quand même pas jouer à ce jeu de ploucs ? M'insurgeais-je avec toute la modération qu'on me connaît sur le sujet...
- Ah non, tu peux t'amuser avec les bretons, mais ça, tu ne peux pas dire ! Non ! Me rétorqua-t-on avec conviction.
- Bah, bien sûr que si.... Au contraire !
- Et pourquoi ?
- L'étymologie !
- ???
Bretagne Bretagne - Des phares, oui, mais des lumières ? (Roooooo outragé)

Et oui, peu de gens le savent mais plouc désigne par son étymologie les bretons... En effet, quelques employeurs ou logeurs parisiens recevaient au court du XIXème siècle des tombereaux de bretons et autres bretonnes, chassés par la misère crasse d'une région désolée (j'en fais trop ?) qui venaient tenter leur chance dans la capitale, les hommes comme hommes de tâche et les femmes souvent comme femmes de chambre (Bécassine ça vous rappelle quelque chose ?), et pour les moins chanceuses, malheureusement, dans des maisons à gros numéros et lumières rouges (si, si)... Bref, ces employeurs demandaient d'où venaient ces quidams parfois un peu rustauds et ils découvraient une série ininterrompue de "Plou" (Plougastel, Ploumenec, Plouflechien ...), tant et si bien qu'ils ont fini par forger le terme générique de ploucs...

Quand on le sait, cela permet quelques effets de manche bien sympathiques... En effet, si vous croisez par moment, un plouc particulièrement ennuyeux, il est pertinent à un moment, alors que vous risquez d'exploser de lui demander simplement :
- Il me vient une idée comme cela : tu n'aurais pas des origines bretonnes ?
- Euh, je m'appelle quand même Aitor Imanol Etchebaray.... Je n'aurais pas dit breton...
- Ouais, bizarre, un "je ne sais quoi" qui m'a fait penser à la Bretagne... Un côté océanique peut-être (Le plouc est généralement flatté et vous, vous pouvez vous calmer face à un océan de c******s )
C'est un peu mesquin, mais cela ressemble presque à une manoeuvre digne des "Notes d'un souterrain" et pour le coup c'est (presque) littéraire!

Notons aussi que c'était la Saint-Valentin.... On a fait de Valentin le symbole des amoureux surtout aussi comme souvent pour couvrir ou recouvrir des pratiques païennes antérieures, la plus jolie étant celle qui lierait la date du 14 février avec la période de nidification des oiseaux et donc la formation des couples... L'histoire en serait restée là si, quelques anglo-saxons, imprimeurs de leur état, n'avaient pas ressorti le saint de son placard pour vendre de jolis billets et autres cartes, idée brillante réutilisée par quelques confiseurs et chocolatiers français soucieux de célébrer... euh... l'amour, dans une période bien creuse entre Noël et la Pâques... Saint Valentin, patron des amoureux et de la récupération commerciale des premiers émois ?

Underwater cities Underwater cities - bien prendre sa respiration avant les règles...

Une histoire qui n'a rien à voir avec les ludochons ? À voir, cette jolie histoire de nidification, ne pourrait-elle pas être une parabole de ces jeux qui reviennent d'Essen et qui pour certains, après un temps de maturation, se sont attachés à certains joueurs créant des sortes de binômes ludiques ente le jeu et le joueur, qui se trouvent fortement marqués (Davy / Railroad tycoon, Olivier / Keyflower, Raphaël / TTA, Manu / Cyclades, Magali / Lorenzo, ... ).
Néanmoins en cette période, ces jeunes couples risquent de subir leurs premiers chocs et épreuves avec l'arrivée du salon de Cannes !

20190214_pandemic_montee_des_eaux.jpg Pandemic : Montées des eaux - On a bien du mal à rester à la surface aujourd'hui...

PS : tu vois, Suzel, je n'ai même pas parlé de ton coup légendaire.... Les ludochons seraient définitivement passés pour des.... bretons !

Les jeux

  • 1812 (Beau Beckett, Jeph Stahl, Asyncron)
  • Bretagne (Marco Pozzi chez Placentia Games)
  • Lanternes (Christopher Chung chez Matagot)
  • Palais Royal (X. Georges chez Filosofia)
  • Pandemic : Montées des eaux (M. Leacock & J. Doumen chez Z-man games)
  • Terraforming Mars (Jacob Fryxelius chez Fryxgames) + une extension
  • Underwater cities (V. Suchy chez Delicious games)

Les joueurs

  • Elsa, Jean-Jacques, John et Stéphane (l'aff)
  • Cécile, David, Vincent IV, et Zaggus
  • Cyril (Atom), Jori et Vincent (Bibou)
  • Bertrand II, Davy et Raphaël
  • AlainCM, Éric, Magali et Suzel
  • Et Alain de passage


20190214_1812.jpg 1812 - là aussi il faut marcher sur l'eau (avant de voir l'ennemi)

vendredi, novembre 16 2018

15 novembre 2018 - Leader d'opinion....

Hier soir une ludochonne dont nous tairons le nom, nous a affirmé qu'elle avait failli renoncer à l'organisation d'un week-end ludochon suite à la lecture de notre dernier billet, de peur de tomber dans le binge-playing, qui est loin de la qualifier puisque ce n'est pas la pratique de l'amateur que nous dénoncions, mais les abus afférents de certains....
Nous voilà, surtout, estomaqués, car non seulement nous découvrons que nos lecteurs ne sont pas uniquement des robots de référencement qui parcourent notre site uniquement par devoir, mais, qui plus est, que parmi les êtres de chair qui pourraient s'aventurer ici, certains pourraient porter suffisamment de crédit à nos billevesées pour les transformer en ligne de conduite....
"- Maverdave !" (Oui un peu de javanais que le verlan a rendu un peu trop daté!) Il va peut-être falloir faire attention à ce qu'on écrit!

Nous voilà donc pourvu du statut de leader d'opinion (enfin à petite échelle) et là immédiatement se pose un petit problème... Ayant consulté rapidement l'état de mon compte en banque, me voilà obligé de me demander si je ne serais en train de tomber pas dans la "mauvaise" catégorie des gourous...

Teotihuacan Teotihuacan - À l'époque les gourous t'arrachaient le coeur, là c'est plutôt les yeux et les neurones... Moins cruel?

En effet, votre serviteur assez iconoclaste pour un vieux croyant a mis en place un classement assez simple des gourous, directeurs de conscience et autres leaders religieux.
Il y a d'une part ceux qui appellent à une transformation personnelle, et si souvent avec celle-ci il y a un appel à l'amour, il y a souvent aussi des "sacrifices" (théoriquement librement consentis) pour se conformer à une morale plus ou moins stricte. Ce type de leader, qui est d'ordinaire un brin intransigeant, finit d'ordinaire dans une situation assez inconfortable (soit asphyxié sur une croix, soit à se momifier vivant, soit à manger des fruits laxatifs dans le dénuement ou soit une lame dans le ventre pour ceux qui sont pour le dépassement guerrier et autres rigolades sur le thème de l'âme de la lame)...
Par ailleurs, il y a le second type de gourou, qui prêche grosso modo la même chose mais qui applique souvent, à son endroit, au minimum une certaine mansuétude, qui fait que s'il ne renonce pas aux vierges prévues pour l'au-delà (ce qui finalement est assez sordide), il préfère les rencontrer dans cette existence et si possible dans un certain confort matériel (ce qui est là carrément sordide)...

Bref en tant que fidèle, ou représentant de la brigade des moeurs, le choix se discute assez peu, mais comme gourou putatif, je me vois peu finir dans la première catégorie à manger des cafards dans une caverne ! Vu que, ces chroniques ne nous rapportent rien, il nous faut sortir de ce dilemme au plus vite et, nous vous interdisons donc immédiatement de prendre au sérieux ces billets et nous pousserons un vibrant POPOPOP (POchades POtaches POPulaires ) qui qualifiera dorénavant nos billets...

Eco-links Eco-links - Le gourou t'a dit, "il faut construire un chemin de vie"... Ouais, bah, pas si facile !

Il est donc aussi temps de dénoncer toutes les absurdités que certains d'entre vous, par mégarde, auraient pu prendre au sérieux...

  • par exemple, si votre serviteur s'amuse d'ordinaire à asticoter Noémie ce n'est que par jeu, mais si elle prend cela au sérieux notre serviteur doit être nanti d'un sévère statut de sale type.... Bon ce n'est pas faux mais là ce n'est pas pour les bonnes raisons !
  • regardons le sympathique John, à lire nos chroniques on se dit qu'il faudrait bannir tous les anglais et raser l'Angleterre, et si possible la passer au dessous du niveau de la mer... Bon évidemment ce... Oui... bon... Ce n'est peut-être pas un bon exemple.
  • Regardons, continuons sur le thème de l'éradication, avec les bretons... Ouais, en fait, ce n'est pas bête....
  • Nous vous avions recommandé de ne pas lécher vos meeples... Euh, pas idiot non plus..
  • On vous a recommandé de jouer à tous vos jeux.... Ouais, là, encore pas idiot...
  • De respecter les joueuses.... De nos jours, ça devient aussi une bonne idée (ce que cela aurait toujours dû être) !
  • On a même tenté de réhabiliter le boulet... A ce stade vu qu'on a pris les femmes !... Pourquoi pas..
  • On a même fait l'apologie du juron ! "à=&%* en fait t'es un *$@&€ de génie !


Contre toute attente, ce site fournit peut-être bien de bons conseils de vie, ce qui était le contraire de ce que nous voulions démontrer, mais, le gourou sait manier le paradoxe et retomber sur ses pieds (ce en quoi il diffère de la tartine beurrée qui n'a pas de pieds)....
Conclusion : si vous persistez à faire du rédacteur un leader charismatique, celui-ci demande à être surclassé et à passer dans la catégorie "business class" du gourou, et il songe donc à faire d'Éric son grand disciple et le responsable de la perception des oboles (*)!

Sérieusement? Sérieusement, hier, suite du déballage post-essen avec de nombreux nouveaux jeux, tous plus beaux ou intéressants les uns que les autres...


(*) des parties de Keyflower régulièrement. Key flow Key flow - Quand le gourou n'arrive plus à faire jouer à Keyflower.... Variante !


Les jeux

  • Carpe Diem (S. Feld chez Alea)
  • Détective club (Oleksandr Nevskiy chez Igames)
  • Dice hospital (S. Kordonskiy et M. Nudd chez Alley Cat Games)
  • Eco-Links ( Günter Burkhardt chez Korea Boardgames co., Ltd. )
  • Key flow (Richard Breese, Sebastian Bleasdale et Ian Vincent chez R&D games)
  • Franchise (Christwart Conrad chez Queen games)
  • Gizmos (Phil Walker-Harding chez Asmodée)
  • Pandemic : Montées des eaux (M. Leacock & J. Doumen chez Z-man games)
  • Spring meadow (U. Rosenberg chez Pegasus Spiele)
  • Teotihuacan : La Cité des Dieux (D. Tascini & D. Turczi chez Pixie games)
  • Terraforming Mars (Jacob Fryxelius chez Fryxgames) + une extension (je ne sais plus j'ai grillé la photo ;-/ )
  • Warhammer: Age of Sigmar (chez Games Workshop)

Les joueurs

  • Cyril, David et Éric à creuser des canaux
  • Bertrand et Yoann cercle des joueurs assidus
  • Manu, Noémie, Olivier et Philippe dans le flow
  • Antonio, Vincent (Possom), Vincent (bibou) et Suzel méso-américains
  • Guillaume, Jori, Raphaël et Karen sur Mars
  • Cécile, Magali et Zaggus pas flushing (j'ai honte!)
  • John, Rafaella et une invitée dans une galaxie loin du jeu de plateau :-)
  • Jean-Jacques, Manu le jeune, et (je ne sais plus j'ai grillé la photo ;-/ ) dans le commerce


Gizmos Gizmos - ne pas perdre la boule disait le gourou !

vendredi, octobre 19 2018

18 octobre 2018 - Tsundoku ludique

Depuis quelques temps que votre rédacteur favori, tout fier, mûrissait lentement l'idée de pouvoir révolutionner le genre ludique en faisant entrer dans son vocabulaire, le terme de Tsundoku, piqué sur un site littéraire... Je me suis aperçu (O rage! O désespoir! O Procrastination ennemie!) en faisant mes recherches que j'avais malheureusement été doublé, il y a, à peine quelques mois, sur ce sujet (Gus) et que pire, ce terme avait été désigné comme nouveau terme à la mode, il y a plus de deux ans, sur un blog de... bricolage...
Autant dire que le tsundoku peut retourner dans mon tiroir d'idées apparemment brillantes et révolutionnaires et foncièrement has-been.

Pour ceux qui l'ignoreraient encore, le tsundoku c'est l'art d'empiler des livres sans jamais les lire.... Oui, il y a un terme pour cela! Et pire il n'est pas nouveau! Bref il fallait bien l'application japonaise, de celle qui a apporté au monde l'art de la composition florale ou le génocide mandchou pour dégager ce concept.

On voit aisément tous les rapprochements qu'on aurait pu faire entre nos collectionneurs de jeux et ces collectionneurs de livres et les effets comiques qu'on aurait pu en tirer... D'ailleurs, votre serviteur, qui cumule les collections, a joué avec cette phrase tout l'été dans les dîners en ville :
"-Non, non, mon tsundoku se porte plutôt bien.
- Pardon, votre... ?
- Mon Tsundoku..."
Notez que ce que vous pourrez capter après cette remarque, rire gras, regard gêné entre les hôtes, question placide, sourcils montant au ciel, ou même parfois compréhension... vous en apprendra beaucoup sur vos convives...

Fertility Fertility - le tsundoku est-il fertile ?

Bien sûr nous connaissons tous des joueurs qui affirmeront bien fort :
"-Mais non, j'ai joué à tous mes jeux"...
Un reste de probité nous oblige à ajouter d'ordinaire "au moins une fois" et "il y a longtemps".... Bref, cela reviendrait à évoquer une bibliothèque dont vous auriez lu uniquement les premiers chapitres ou toutes les quatrièmes de couverture... Il n'est pas évident que cela relève de la culture, ni même de la connaissance.

Il y a aussi un effet secondaire bien connu, celui de décrire parfaitement le tsundoku du voisin tout en ignorant le sien... Tel ce figuriniste se moquant des collections d'un fan de JCC, qui se moque lui-même du volume des boites d'un fan de jeux à l'allemande, etc. En cette période, où le salon d'Essen va nous apporter son lot de boite sous blister, il sera aisé de nous voir, tous, à l'oeuvre...

Le seul vrai défaut du tsundoku ludique c'est qu'il amène d'ordinaire à la collection d'armoires, qui finit, elle, par lasser le conjoint (sauf à collectionner aussi les conjoints mais là cela relève peut-être plus du je que du jeu)

Bon j'abandonne là mon tsundoku d'idées idiotes et je repasse aux données "objectives" de la soirée... Enfin, j'aurais aimé mais une table nous a empêché de nous concentrer efficacement.... Sûrement pour préparer leur séjour en Allemagne, certains ont voulu vérifier le proverbe "Nach müde kommt doof", bref 10 minutes de fous-rires ininterrompus autour de Santa Maria, qui est certes un bon jeu mais qui ne passe pas d'ordinaire pour un party game... Vu l'état de certaines de nos joueuses, je me demande ce que vont donner les achats d'Essen....

Orbis Orbis - nouveau jeu des Space Cowboys

Les jeux

  • Aeon's End (Kevi Riley chez Matagot)
  • Anachrony (Dávid Turczi, Viktor Péter et Richárd Ámann chez Mindclash games)
  • Bataille par Rokugan (Tom Jolly chez FFG)
  • Brass (Martin Wallace chez Roxley Games)
  • Fertility (Cyrille Leroy chez Catch up games)
  • Keyflower (R. Breese & S. Bleasdale chez R&D games)
  • Orbis (Tim Armstrong chez Space cowboys)
  • Santa Maria (Eilif Svensson et Kristian Roald Amundsen Østby chez Aporta Games)
  • Terraforming Mars (Jacob Fryxelius chez Fryxgames)
  • Thunderstone (Mike Elliott chez Edge)


Bataille pour Rokugan Bataille pour Rokugan - Ils ont perdu la bataille du contraste des couleurs...

Les joueurs

  • Alain, Magali, Nelly et Suzel
  • Cécile, Manu, Olivier et Rémi
  • Bertrand II, David, Éric et Guillaume
  • Bertrand, Frédéric, Vincent (Possom) et Yoann
  • Antonio, Renars et Stéphane 3
  • AlainCM, Jean-Philippe, Davy et Raphaël
  • Alexis, Cyril, Raphaëlla, et Rodney
  • Elsa, John, Noémie et Philippe
  • Zaggus de passage


Terraforming Mars Terraforming Mars - Encore.... Oui!

- page 1 de 8