Mot-clé - Terraforming Mars

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, juin 8 2018

7 juin 2018 - Conquérants ludiques

Pour évoquer le climat de la soirée d'hier soir, John a choisi pour des raisons évidentes de citer Shakespeare, de mon côté je serais, si on m'y autorise, plus tenté de détourner les paroles du formidable Corneille, en lâchant un terrible "Orages, O désespoir", mais il me revient en mémoire que j'avais déjà consacré un billet à Corneille... Bref, même détrempé, il va falloir trouver autre chose !

"Heureusement", depuis quelques semaines, nous nous sommes lancés dans un cycle de délation (oui c'est vilain), et plus particulièrement, celle des ludochons qui ont réussi à rendre particulièrement créative la phase d'explication des règles. Avouons-le, nous avons des loisirs curieux!
Cette semaine, c'est Magali qui aura le droit aux honneurs de cette section assez discutable. En effet, hier, elle nous a permis de découvrir Santa Maria Legacy.
Là, immédiatement, vous me direz qu'à votre connaissance, il n'y a pas encore de Santa Maria Legacy... Et bien, grâce à Magali, nous avons pu tester, en exclusivité mondiale, cette version où les règles du jeu arrivent au fur et à mesure de la partie...

Santa Maria Santa Maria - Tu m'as conquis j't'adore

Si on veut continuer à s'intéresser à Santa Maria, ce qui est pertinent car c'est un bon jeu, il faudra aussi s'interroger sur le traitement de son thème...
En particulier, le graphisme qui est particulièrement réussi mais qui est assez peu en rapport avec la saga des conquistadors. Si on s'intéresse au nuancier de couleurs je ne suis pas sûr qu'on aurait associé la presqu'île du Yucatan, le Mexique ou les Andes à des couleurs pastels...
Par ailleurs, si Cortès n'a pas eu que de mauvaises relations (au début) avec les autochtones, il a contribué, assez vite et très largement à leur réduction en esclavage, du moins pour ceux qui n'étaient pas en train de mourir de dysenterie, de la variole, ou autres... Bref cela ne correspond pas trop au joli et sympathique conquistador de la couverture, ou aux paysans se promenant librement sur les chemins (faut être honnête c'est moins vendeur pour un jeu familial, de mettre de formidables guerriers jaguar, mourant de fièvres, en se vidant, dans un fossé au milieu de la jungle)....

Bon à l'opposé, vous avez "Huns", certes on aurait pu, pour le coup, prendre des couleurs pastels pour évoquer les grandes plaines verdoyantes des steppes de l'Asie centrale, les déserts à traverser, les calmes montagnes à franchir... Et bien non, là on est passé dans le spectre de la couleur saturée plutôt pour évoquer les pillages et la guerre.

20180607_huns.jpg Huns - À dada sur mon bidet (plaisir régressif)

Alors bien sûr, il y a toujours la facilité d'évoquer des univers qui n'existent que dans l'imaginaire, comme pour Scythe ou Terraforming Mars Là vous êtes tranquille, peu de chances qu'un scribouillard à la petite semaine et joueur médiocre du Nord-Isère puisse vous reprocher quoi que cela soit... On pourra cependant noter que sur la table de Scythe nous n'avions que de jeunes joueurs (enfin des joueurs arrivés chez les ludochons cette année), et sur Terraforming Mars, des ludochons de la seconde génération. Est ce que les ludochons se stratifient ?

Dans les événements de la soirée, citons aussi l'exclusion probable de notre président, en effet, après une partie de Caylus difficile il a osé critiquer celui-ci... Heureusement comme certains avaient joué aux conquistadors et aux huns, nous avons décidé de le pendre immédiatement par les pieds, puis de le traîner ainsi derrière nos chevaux (mécaniques) ! Enfin, virtuellement, parce que dès la semaine prochaine, on aura besoin de lui pour de nouvelles aventures ludiques!

The mind The mind - trois esprits ludochons pour en venir à bout... Bon signe ?

Les jeux

  • Caylus (William Attia chez Ystari Games)
  • Exposition universelle Chicago 1893 (J.Alex Kevern chez Renegade France)
  • Huns (Fneup chez La boite de jeu)
  • The Mind (Wolfgang Warsch chez Nürnberger Spielkarten Verlag)
  • Mistkäfer (Klaus-Jürgen Wrede chez Schmidt)
  • Santa Maria (Eilif Svensson et Kristian Roald Amundsen Østby chez Aporta Games)
  • Scythe (Jamey Stegmaier chez Ghenos games)
  • Terraforming Mars (Jacob Fryxelius chez Fryxgames)

Les joueurs

  • Noémie, Vincent (Possom), Vincent (Bibou) et Yoann en barbares
  • Éric, Bertrand II, Davy et Raphaël sur Mars
  • John, Jean-Jacques, Manu, et Zaggus dans le château
  • David, Magali, Noémie² et Olivier aux Amériques
  • Cyril, Guillaume², Philippe, Renars, Tom (des nouveaux il en "faux")
  • Frédéric, de passage.


Exposition universelle Exposition universelle Chicago 1893 - Faire tourner la roue ludique

vendredi, mai 25 2018

24 mai 2018 - Il n'est pire aveugle....

Puisqu'avec le billet de John nous avons ouvert le bal des proverbes, continuons dans cette lignée et reconnaissons qu'il n'est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir....

Ainsi, hier soir, nous étions réunis une fois de plus dans une joyeuse ambiance, quand pour satisfaire les pulsions de jeunes joueurs nous avons décidé de leur permettre de s'ébattre sur le plateau de Quartermaster... Et évidemment nous avons du immédiatement endurer les quolibets de quelques persifleurs, sur l'air du "Quoi vous allez encore jouer à cela ?"
C'est là, que nous utiliserons avec brio notre proverbe, puisque parmi ces facétieux on comptait un grand nombre de joueurs enchaînant méthodiquement depuis quelques mois les parties de Terraforming Mars...

Quartermaster Quartermaster - Vous voyez les alliés gagner ? Regardez-mieux (victoire de l'Axe)

Parmi les aveugles du jour nous citerons aussi le sémillant Laurent à la boucle fleurie, celui-ci, goguenard, se livrait à un exercice de genre, à savoir, mettre en boite votre serviteur... Pour se faire, il avait choisi aujourd'hui l'angle du jeunisme, argument souvent fallacieux qui fait d'ordinaire le bonheur du politique en manque d'idées, du moins tant qu'il est jeune ou inconscient de son âge.
Il avançait son argumentaire avec un certain brio, mais il faut avouer que le déployer devant une assemblée de chenus membres fondateurs était plus discutable.

Pourtant, normalement, le joueur se doit d'avoir une certaine vigilance ou vista et si on prend un de nos grands classiques Hansa teutonica, il est surprenant de voir qu'un des joueurs présents sur la table semblait incapable de reconnaître un ludochon avec lequel il prend le train tous les matins... À moins que cela ne soit une sorte de moquerie ou de d'insulte mais de niveau cosmique !

Hansa teutonica Hansa teutonica - J'ai la berlue ? Personne au Sud ?

Certaines en terme d'aveuglement cédaient à l'appel de Bruges de Feld, parce que c'est un Feld (ce qui est une approche assez dangereuse les acheteurs d'Au feu de Knizia ou de Dog fight de Wallace vous le diront ).

Deux tables semblaient épargnées par cette soirée de cécité, une table de Flamme rouge, (mais sous le contrôle du sus-nommé Laurent on peut donc s'inquiéter) et une table de Fleet commander... mais que voit-on réellement dans l'espace ?

Fleet commander Fleet commander - C'est tout noir, je ne vois rien ! T'espérais quoi, dans l'espace profond ?

Les jeux

  • Bruges (Stefan Feld chez Hans im Glück)
  • Flamme Rouge (Asger Harding Granerud chez Lautapelit) x2
  • Fleet Commander - Genesis (D. Dincher chez Capsicum Games)
  • Hansa Teutonica (A. Steding chez Argentum Verlag)
  • The Mind (Wolfgang Warsch chez Nürnberger Spielkarten Verlag)
  • Terraforming Mars (Jacob Fryxelius chez Fryxgames)
  • Quartermaster General (Ian Brody chez Asyncron) x2

Les joueurs

  • Jean-Jacques, Magali, Suzel et Zaggus
  • Cyril, Guillaume², Noémie², et Renars
  • Alexis, Manu, Nelly et Noémie
  • Davy, Éric, John, Olivier, Philippe, et Vincent (Possom)
  • Alain², Laurent, Stéphane 3 et Vincent (Tcho)
  • Davd, Raphaël, Tom et Vincent (Bibou)


Bruges Bruges - Voir Venise et mourir... Avec la Venise du Nord, restez en vie!

vendredi, mai 18 2018

17 mai 2018 - ... et ça repart ?

Le CATM ("Ca T'aime"), le Cercle des adorateurs de Terraforing Mars dont nous vous avions déjà parlé, a encore frappé... Et le pire est que le mal se répand ! Encore une fois, ce n'est pas une table mais, deux qui regroupaient des néo-martiens pervers décidés à rendre verte, la planète rouge.

Outre le fait, que cette tache ne requiert pas autant d'effort qu'on semble vouloir nous le faire croire (enfin si vous êtes daltonien), on pourrait se demander si le pédant bipède qui a réussi à transformer une planète bleue en planète grise est vraiment le meilleur coloriste disponible dans l'univers pour ce genre de "tâches" (de couleurs ou non).
Qui plus est, si les martiens avaient voulu de l'eau ils se seraient installés sur terre, or à part un accident navrant, dû à un martien éméché, de retour d'une nuit torride sur Venus (Vénus c'est chaud! Tout le monde vous le dira !) et qui a raté la bretelle de sortie au dessus de Roswell (parce qu'en parlant de bretelles, il avait son pantalon sur les chevilles, ce qui explique en passant sa nudité), les martiens donc, aucun ! Pas un seul martien!

Terraforming Mars Terraforming Mars - Laissez cette pauvre planète tranquille !

Bref, si vous êtes martien, vous êtes en droit de, très légitimement, vous demander s'il faut vraiment que les ploucs d'à côté se piquent de venir installer l'eau courante et la climatisation sur votre planète pourtant si sympathique. Surtout s'il faut avoir à supporter la vue de ce bipède à l'esthétique discutable déambulant dans une combinaison digne d'un cauchemar SM (couches comprises).

Ca ne me surprendrait d'ailleurs qu'à moitié qu'ils ne renvoient un jour à la NASA ses sondes avec un message ordurier leur proposant au mieux de rester bien sagement du côté de leur mur et au pire d'aller terraformer des terra incognita de leurs anatomies !

Heureusement, il y avait hier soir des ludochons nettement plus sages... Ainsi certains se penchaient sur l'art de gérer un hôtel (Grand Austria Hotel), et il faut bien avouer que c'est dans ces lieux que l'on a transformé deux des fonctions de base de l'être humain (manger et dormir) en deux expressions artistiques hautement codifiées... Si vous mettez un martien (Je les avais déjà invoqués dans ce billet, alors autant les utiliser) face à une belle table avec tous ses jeux de couverts et sa vaisselle de qualité, il n'aura plus un doute. L'être humain aime le beau... mais représente le summum de l'évolution dans la perversité (Des huîtres ? Avant des escargots ? Que vous arrachez de leurs coquilles ? En buvant du raisin pourri ?).

Grand Austria Hotel Grand Austria Hotel - Au delà du geek, le "pimper" et ses tasses en pâte Fimo ! (beau boulot au demeurant)

D'autres preuves ? Comme s'ils en avaient besoin ! L'humain passe la moitié de son temps à se battre sur tous les terrains (Quartermaster), sur toutes les mers (Pillards de la mer du Nord) et même dans les fosses les plus profondes (Otys)...

Bref heureusement que Vincent nous a permis d'ouvrir la lumière (Lumens) avant de sortir sinon nous serions bien sombres.

Pillards de la mer du Nord Pillards de la mer du Nord - le viking c'est comme un martien, les cornes en plus

Les jeux

  • Terraforming Mars (Jacob Fryxelius chez Fryxgames) x2
  • Pillards de la Mer du Nord (Shem Philips chez Pixie Games)
  • Quartermaster General (Ian Brody chez Asyncron)
  • Grand Austria Hotel (S. Luciani & Virginio Gigli chez Mayfair Games)
  • Lumens (Jakob Andrusch chez Queen Games France)
  • Otys (Claude Lucchini chez Libellud)


Les joueurs

  • Jean-Jacques, Noémie et Suzel en hotelliers
  • Alexis, Guillaume², Stéphane 3, L'aff-fille au fond du trou
  • Éric, Noémie² et Stéphane (l'aff) au Nord
  • Alain, John, Manu, Olivier, Philippe et Vincent (Possom) en généraux
  • Bertrand II, Guillaume, Michaël et Vincent (Bibou le coyote) sur Mars
  • David, Magali, Nelly, et René sur Mars aussi


Lumens Lumens - un jeu à l'ancienne ? Oui, simple et bon

- page 1 de 6