Au jour le jour

Week-end Ludochons, soirées à thèmes, bref des moments de vie chez les ludochons

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, juillet 3 2020

3 juillet 2020 - Temps assassin...

On avait cru qu'un confinement c'était d'abord une question d'espace. Un espace réduit, limité, avec lequel il faudrait faire, quitte à tourner en cage... Dans celui-ci, on a d'abord cherché les jeux pour jouer avec la famille et en cas de défaut des solitaires tout-à-fait recommandables, au pire des jeux en ligne...

Puis nous avons découvert que le confinement c'était du temps... Pour certains du temps pour jouer, pour d'autres du temps sans jeu... Du temps d'inactivité ou du temps de suractivité, le vide ou le trop plein. Bref une gestion du temps bien surprenante...

Et puis il est apparu que finalement le confinement c'était du lien social, celui qu'on voulait préserver et celui qui se délitait...

Là où cela se complique pour un ludochon, c'est que le jeu c'est de l'espace, du temps et, du lien social... Bref tout cela a laissé les joueurs de jeux de société dans une société assez joueuse... Joueuse parce que les injonctions sont souvent contraires. On peut, par exemple, être obligé de prendre de la distance dans un TER avant d'aller s'entasser dans un Ouigo. Certains clubs sont accessibles, d'autres non et cela ne dépend parfois même pas du sport ou de l'activité en elle-même, mais parfois de la VMC, de la configuration du lieu, ou encore du niveau de directives.

Bref dans notre Nord-Isère, on peut travailler, aller au cinéma, acheter une nouvelle voiture, se rendre au restaurant, voter mais pour le moment et jusqu'en septembre jouer dans notre club sera chose impossible.

De plus, les injonctions qui peuvent nous toucher sont parfois elles-mêmes contradictoires ou paradoxales. Reprendre la voiture plutôt que le train est-ce vraiment un bon investissement dans la durée ? Faut-il sauver une industrie (aérienne) qui est au minimum un vecteur de propagation ? Bref, nous voilà à gérer des empilements de dilemmes insolubles.

Souvent nous avons professé ici que le jeu nous préparait au mieux à toute sorte d'événements, mais là même pour les meilleurs de nos analystes cela devient pointu... Mais, il y a pire! L'attaque du lien social est des plus angoissantes. En effet, on s'aperçoit que de nombreux concitoyens voient maintenant en l'autre un danger potentiel et qu'ils peuvent le haïr pour un masque dont ils suspectent la non-conformité, alors que les autres, "négligents" (au mieux) pour les premiers, peuvent les haïr de manière symétrique parce que, selon eux, ils bloquent le système de manière excessive (Il est vrai que j'ai vu à la gare une grand-mère mettre du gel sur ses gants vinyliques). Et au pire si on franchit ces fossés d'incompréhensions, on doit affronter la nouvelle peur : si c'était moi le vecteur maudit de cette pandémie...

Tout cela a donné à nos joueurs l'impression de jouer à un nouveau jeu "la pandémie de Thiercelieux", un jeu, théoriquement collaboratif, dans lequel on cherche les coupables, ou chaque nuit des joueurs disparaissent, et ou le carton définissant votre rôle indique juste "Pas sûr", "Je ne sais pas", ou "Peut-être"...

Pandémie à Thiercelieux, juil. 2020 Pandémie à Thiercelieux - la fiction et la réalité....

Que va devenir le joueur, s'il ne peut plus faire confiance à l'autre pour se réunir autour d'une table de jeu ? Le joueur redeviendrait alors un homme seul, et on le sait, l'homme seul est souvent mal accompagné, et on peut se demander, avec un peu d'angoisse, ce qu'il restera de nos joueurs de société en septembre.

Bref le temps est assassin... et emporte avec lui les rires des enfants et les mistral gagnants.

PS : Pleurez pas ! Les billets précédents (auto-censurés) étaient pires!

jeudi, mai 28 2020

28 mai 2020 - Ennemi intime....

Dans un cercle de joueurs normallement constitué il y a toujours un moment où vous rencontrez votre Némesis... Notez que généralement, on déforme ce concept et qu'on est loin de la déesse étrange de la vengeance et de l'équilibre, nous en faisons plutôt, non pas une personnification d'un ennemi intime mais plutôt une sorte de figure en creux, votre contraire ludique...

Ce concept peut parfois être relativement cruel, en effet si vous êtes le ou la némesis de Raphaël, notre ancien membre, parti "juste au bon moment" dans le Grand-Est, vous avez peut-être été plus vite que lui, dans une zone verte et vous êtes probablement plus chanceux que lui sur ce point mais, il est certain, qu'en revanche, vous n'avez pas gagné une partie depuis le 12 mars 2003, et que, qui plus est, vos défaites sont généralement larges et humiliantes.
Dans ce cadre, il vaut nettement mieux se positionner comme la némésis de votre serviteur, qui enchaîne avec une certaine efficacité les stratégies douteuses et les résultats médiocres ! Une de nos joueuses ne s'était pas trompé et avait réclamé ce titre, il y a quelques temps... Belle idée, qui dénote un esprit plutôt malin (En effet, c'est bien ma némésis) !

Bon, mais que nous ayons déjà ou non trouvé notre némésis, les choses deviennent nettement plus ennuyeuses pour nous les joueurs, en ce moment, puisque nous avons, tous, maintenant un ennemi intime... Ennemi intime, qui n'est plus simplement notre complémentaire ludique, mais l'ennemi implacable du joueur : j'ai nommé, vous vous en doutez, la covid....

Nemesis, mai 2020 Nemesis - "once fastened, servile, now you're getting sharp / moving oh so swiftly, with such disarm / I pulled the covers over him, shoulda' pulled the alarm / turned to my nemesis" Pearl Jam "Go".

Rappelez-vous! Souvent, vous avez vanté, auprès de vos collègues moqueurs ou éberlués, les qualité du jeu de société et bien, reprenez cet argumentaire, et vous vous apercevrez que cette dernière race de corona-virus semble vraiment vous en vouloir....

  • "le jeu de société engendre de bons moments de rire et de joie".... Dernièrement, quand vous éclatez de rire, il semble que tout le monde se sente obligé d'ouvrir son parapluie, de baisser sa visière, et de sortir son gel hydro-alcoolique... Ce qui par ailleurs ouvre des perspectives intéressantes pour tous les spécialistes du One man show pas drôle.

  • "Le jeu de société est transgénérationnel".... Il est déjà difficile de se réunir mais mélanger les générations parait être devenu le nec plus ultra du comportement social réprouvé...

  • "Le jeu de société rapproche les gens, en leur offrant des terrains de rencontres et de discussions"... Alors là, l'attention du censeur va se focaliser, en un instant, sur le mot "rapprocher".

  • "Le jeu de société est une source d'évasion"... En fait, ce n'est pas trop ce qu'on vous demande en ce moment, où on vous préfère chez vous...

  • "Le jeu de société est assez peu cher".... Cela reste vrai mais si on ajoute le prix des masques, le gel et la stérilisation du jeu, cela va devenir discutable... Sans compter tous les jeux qu'il va falloir acheter pour soutenir nos boutiques préférées : #shoptonjeu !


Si nous devions céder à la paranoïa nous affirmerions bien haut que le covid n'est pas la création d'un chinois israëlite anti-capitaliste qui aurait croisé un pangolin transgénique et démocrate avec des chauve-souris pédophiles, comme le pensent ceux dont l'irrigation du cerveau souffre d'une casquette trop serrée ou alors de l'écoute prolongée du best of du rap français, "courant Jul", remixé par Bigard et Dieudonné ; non le covid est la création d'un ludophobe revanchard ! Bah quoi ? Ce n'est pas plus improbable !

La bonne nouvelle est qu'il semblerait que nous puissions imaginer voir bientôt la fin de ce tunnel ludique, et que nous puissions retrouver nos "vraies" némésis, celles avec lesquelles on risque au pire de se prendre une dérouillée (en mangeant des bonbons et en échangeant des bons mots)....

vendredi, mai 15 2020

14 mai 2020 - Quand vous reverrai-je, jeux merveilleux...

"Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant"... d'une réunion de ludochons, telle que semblent vouloir nous les prédire, les plus zélés des hygiénistes...
Elle ressemblerait un peu à une dystopie qui aurait emprunté ses arguments à Terry Gilliam. Nous retrouverions les ludochons, dans des combinaisons intégrales, munies de respirateurs, qui leur permettraient de porter sur leurs dos des karchers portatifs remplis de gels désinfectants.
Une fois sortis de leurs voitures blindées, équipés de ces tenues, au lieu de mettre en place les tables dans une guillerette humeur, ils commenceraient par une désinfection générale de la salle, combinant fumigation et aspersions généreuses, sous tous les angles, des chaises et des tables.
Une fois la salle nettoyée, ils pourraient mettre en place sur une table, un champ stérile, accueillant les machines à stériliser dont le modèle rapide aux UV pour les cas d'urgence.

Dès que seront installées les toiles séparant les différentes tables, ils pourraient enfin se réjouir de pouvoir jouer en se plaçant chacun à un coin de ces sortes de tentes sanitaires.... Tous? Pas tout à fait, il faudrait, bien entendu que le jeu stérilisé soit placé au centre d'une table, et accessible uniquement par un jouer désigné et qui serait le seul habilité à déplacer les éléments et à les placer devant les joueurs, sur le support isolant en plexiglas...

Robot joueur, mai 2020 Des joueurs regardant un robot jouer derrière des glaces... L'avenir ?

La communication entre les joueurs serait assurée par des système audio, permettant de maintenir des conversations joyeuses que nous connaissons!
Pour maintenir la bonne ambiance habituelle, on pourrait commander des gélules stériles Haribo , dont le système d'éjection sous pression réduit le problème de contact.

Une fois la partie terminée dans cette coutumière ambiance joyeuse, les éléments du jeu, bien que n'ayant été manipulés que par un seul jouer seront stérilisés par celui-ci et enfermés pour une quarantaine dans des cantines métalliques.
Les conversations de fin de séance ne se tiendront que via les réseaux sociaux, une fois rentrés, et les sas de nos maisons passés, vu qu'il aura fallu faire brûler en fin de soirée tout le matériel jetable...


"Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant" et je serais plutôt pris d'un certain vague à l'âme (une expression qui semble disparaître, probablement qu'on ne croit plus trop à l'âme non plus)... Quand cela arrive je me lance dans quelques recherches sur internet histoire de préparer notre retour en imaginant une issue plus rigolote...
Il faudrait commencer par s'équiper sûrement de masques et pour cela il me semble que, ce qui importera, sera de choisir un tissu adapté... J'ai bien quelques suggestions qui permettraient d'avoir des figures joyeuses même s'il faudra peut-être éviter quelques excès...
Masqués ainsi, nous serons déjà nettement plus sympathiques...

Tissus, mai 2020 Couturières de tous les pays....

Bien sûr, certains pourraient privilégier les visières et dans ce cas, il faudrait que ces visières soit a minima de la couleur des meeples choisis par le joueur... Et pourquoi ne pas y ajouter des crêtes avec des motifs reprenant les jeux du jour... Là, cela commencerait, et qu'on nous pardonne l'expression, à avoir "de la gueule" (ou, peut-être à ressembler à une meeple pride!).
S'il faut se laver les mains (et il le faut toujours), faisons aussi que cela soit plus ludique, et s'il faut se trimballer une fiole de gel hydro-alcoolique pourvu qu'elle ressemble à une fiole de Potion explosion !

Et est-ce qu'il y aura des jeux ? me diront les plus sombres... Et bien avec tous les kickstarters que nos plus grands joueurs, oisifs, achètent par dépit et par pelletés (zeugma), je pense qu'on aura un nombre de jeux (stériles et sous cellophane) assez remarquable...

Parfois donc, on peut rêver de retrouvailles ludiques, radieuses et foutraques et finalement bien plus dans le style habituellement espiègle des ludochons... et puis cela fera plaisir de retrouver ,sans appareillage électronique, "L’inflexion des voix chères qui se sont tues." (*)

(*) Cette citation habillement placée peut faire ressembler le procédé à une épanadiplose narrative sans en être tout-à-fait une.... Ca (et le zeugma), c'est pour ceux qui révisent le bac français... et puis un peu de Verlaine cela ne fait jamais de mal!

- page 1 de 23