Mot-clé - Bankiiiz

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, janvier 10 2020

9 janvier 2020 - Typologie du râle

Pour évoquer la vie des ludochons nous n'allons pas, comme pourrait le suggérer le titre, nous intéresser, et les comparer, à des rallidés, bien que les oiseaux soient à la mode dans le monde ludique! Mais nous nous sommes aperçus que le monde des joueurs se divise, en fait, en deux grandes catégories : les râleurs et les non-râleurs....

Et oui, les joueurs ne se répartissent pas entre petits et gros joueurs, joueurs de jeux abstraits ou non, simulationistes intégristes ou fan de narration mais bien comme nous l'avait suggéré notre forum entre les râleurs et les autres.

History of the world, janv. 2020'' History of the world - La vraie histoire a de quoi faire râler... le jeu moins ?''

Notons d'abord que les "autres" sont souvent de très bonne composition et des éléments essentiels de nos clubs de jeu, leur grande placidité en faisant d'ordinaire d'excellents compagnons de jeu. Nous pouvons ainsi citer de nombreuses joueuses à la bonne humeur qui parait ou apparaît inoxydable , ou chez les plus chenus nos Alain qui semblent toujours flegmatiques même lors des parties les plus tendues.
"- C'est vrai qu'il faudrait donner des bons points à l'un et l'autre.
- Oui, mais j'aurais plutôt préféré dire "Alain II"...
- À l'un d'eux, non, il faut dire à l'un, du bien des deux !"
(N'est pas Devos qui veut!)

Mais, il faut bien le dire à côté de ces joyeux drilles qui rendent plaisantes nos soirées, il existe une large famille de râleurs qui curieusement, même s'ils se sont éloignés de équanimité, ne rendent pas moins agréables nos réunions .
Il est donc sûrement temps d'étudier ces étranges râleurs:

  • Le légaliste : ce râleur va chipoter sur chaque point de règle et, pour les plus "féroces", prendre comme un affront personnel le moindre point de règle oublié (vous savez celle dont on se souvient au moment du décompte...). Le légaliste, version dure, semble avoir déserté les ludochons, heureusement pour ces nombreux bénévoles qui tentent, tant bien que mal, de se souvenir de dizaines de règles semaines après semaines et de toutes leurs variantes; mais on aime encore bien s'invectiver avec force, avec des poses de matamore, pour le plus grand plaisir des spectateurs, lorsque une règle oubliée fait son apparition.


  • Le caliméro : pour le caliméro l'univers entier semble s'être ligué contre lui, et il ne comprend vraiment pas pourquoi les autres joueurs ne font rien pour lui faciliter le travail, incroyable, non? Le côté tellement exagéré de ces prétentions spécieuses peut finir par être fascinant pour les autres joueurs. Pour respecter le dessin animé historique, il est préférable que ce rôle soit tenu par une tête d'oeuf.


It's a wonderful world!, janv. 2020 It's a wonderful world! Vite dit, il y a quand même pas mal de râleurs !

  • Le ronchon : le ronchon va moduler des sons étranges tout le long de la partie. Il connaît toutes les variantes possibles du "Ah la la !", du "Ouch!", du "Pfff" qu'il peut jouer sur tous les tons. Il peut intriguer les autres joueurs qui vont chercher à interpréter ses borborygmes pour en déduire sa stratégie, une sorte de jeu de communications qui s'ajoute au jeu classique.


  • Le bougon : le bougon c'est la version plus explosive du ronchon. C'est le capitaine Haddock de la session ludique et on peut regretter que tous les joueurs qui entrent dans cette typologie ne portent pas la barbe (mais on me dit que certains femmes pour des raisons physiologies doivent renoncer à cette pilosité), car le bougon, va souvent commencer à se tordre la barbe et le menton en tout sens comme s'il voulait se déboîter la machoire pour tout d'un coup laisser sortir un flot d'injures d'ordinaire fleuries et souvent assez créatives, permettant de donner à nos outils ludiques les plus courantes (pions, jetons, cartes et autres) des fonctions qu'on ignorait jusque là...


  • Le clabaudeur : pour clabauder il faut râler mais attention à tort et à travers et cela n'est toujours pas si facile. Le grand classique vise à reprocher par exemple à un jeu de gestion son manque d'interaction où à un "can't stop" son côté un peu aléatoire. Mais pour clabauder efficacement, il faut prendre à partie les autres joueurs, et, par exemple, au moment crucial où, un de nos plus fins calculateurs réfléchit finement au placement de sa huitième ressource lors du tour n+3, lui demander très très sérieusement, si possible en rouspétant, s'il ne trouve pas lui aussi qu'il est redoutablement indélicat à un moment où se développe le véganisme et le flexitarisme de représenter la nourriture par des cubes roses....


Expedition to Newdale, janv. 2020 Expedition to Newdale - Si tu ne réfléchis pas tu vas râler...

  • Le maronneur : le maronneur va utiliser les deux sens du terme maronner en exprimant du dépit en grognant indistinctement. Bref le maronneur est le fils improbable du caliméro et du ronchon... D'ordinaire à un moment il va désigner avec une tristesse infinie un point du plateau, tout en lâchant des umf, umf, umf. peu compréhensibles... Le maronneur n'est guère gênant même s'il peut inquiéter ses voisins (c'est peut-être son but secret).


  • Le scientifique : le scientifique part souvent d'une étude précise du jeu, mais il va rapidement vous déborder par des questions qui vous laisseront songeur, par exemple "Pourquoi au troisième tour du jeu, le point de victoire ne vaut plus que l'équivalent de 5 "sous" alors que, jusque là, la progression avait été plus linéaire ? Hein ? Pas normal... Et je ne te parle même pas du ratio entre les ressources"...


  • Le satanas : Seuls les plus chenus se souviennent peut-être de Satanas et Diabolo (" Dastardly and Muttley" pour les plus anglophones) et bien le Satanas a une gestuelle inspirée de ce personnage. À savoir que ses bras se lèvent au ciel avec régularité, que son corps peut se tasser puis rebondir en un instant, le tout pour exprimer sa joie extrême suivie d'un dépit aussi grand. Le satanas a le râle gestuel!



Curieusement les râleurs et les placides semblent vivre dans une sorte de symbiose improbable, du moins chez les ludochons. Pourvu que cela dure...

Les jeux

  • 6 qui prend / 6 nimmt ! (Wolfgang Kramer chez Amigo)
  • Agricola - Expedition to Newdale (Alexander Pfister chez Lookout games)
  • Bubblee Pop (Gregory Oliver, Bankiiiz Editions)
  • Carcassonne (Klaus-Jürgen Wrede chez Hans im Glück)
  • Dominion (D. Vaccarino chez Filosofia)
  • Ganz schön clever (Wolfgang Warsch chez Schmidt)
  • History of the world (Version 2018 - Steve Kendall et Gary Dicken chez Asmodée)
  • It's a Wonderful World (Frédéric Guérard chez La boîte de Jeu)
  • Nocturion (George Skourtis chez Vesuvius Media)
  • Splendor (Marc André chez Space cowboys)
  • Taluva (M.-A. Casasola Merkle chez Ferti) x3
  • Terramara ( Acchittocca, F. Brasini, V. Gigli, S. Luperto, A. Tinto chez Quined game)


Terramara, janv. 2020 Terramara - pas de raison de "râler", c'est un cadeau de Noël

Les joueurs

  • Bertrand II, Guillaume, et Suzel
  • AlainCM, Davy, Éric, Vincent à la barbe fleurie, et Vincent (Possom)
  • Frédéric, Olivier, Philippe et Serge
  • Bertrand, Cécile, Cyril (Atom), et Magali
  • Jean-Marc, Manu, Michaël et Rémi
  • Natacha, Pauline, Sandrine et Stéphane 3
  • Corinne, Patrick et Vincent (Bibou)
  • Elsa et Noémie


Nocturion, janv. 2020 Nocturion - La nuit tous les râleurs sont gris (sauf les dragons).

vendredi, février 8 2019

7 février 2019 - Encore de la concorde ?

Nous avions déjà dans un vieux billet rappelé ce vieux proverbe latin "Ubi concordia, ibi victoria", "dans la concorde la victoire", ce qui est d'ordinaire juste un moyen assez élégant pour évoquer le fait que nous avons joué à Concordia...
Mais cette fois, petite subtilité, nous avons pu jouer à Concordia Venus et avouons qu'un programme qui associe la Concorde et la déesse de la Beauté ne peut que nous réjouir... Quelle programme! Cela pourrait d'ailleurs être pour nos futures élections européennes ! Curieusement, le jeu (et l'actualité politique) nous laisse à penser que cela pourrait se révéler plus compliqué que cela...

Concordia Concordia - le défaut de la Concorde c'est qu'il y a toujours un malin pour vouloir poutrer le voisin

Qu'est ce que la concorde finalement, quand ce n'est pas un bout de ficelle pas très futé ? Et bien, c'est la "bonne intelligence", mais étymologiquement aussi une chose faite avec coeur (re-voici Vénus?)...
Décrit comme cela on ne peut rien lui refuser, et on aime même à s'en réclamer... C'est d'ailleurs sûrement pour cela que l'on a donné ce nom à un grand oiseau blanc au profil curieux conçu par des équipes anglaises et françaises qui avaient le plus grand mal à travailler ensemble.

Chez les ludochons, outre le coeur et l'intelligence nous n'oublions pas aussi l'estomac, et dans un pays rabelaisien, c'est aussi autour du du vin et de la Viticulture qu'on peut se réunir (les paquets de bonbons aussi)... D'ailleurs hier, certains étaient en Toscane à essayer de tirer le meilleur de cette riche province et de ses vignes, bien loin des tracas franco-tialiens... Tous les joueurs ? Non, Jean-Philippe resté coincé depuis des semaines sur une partie de "Passe moi la savonnette" est passé à côté du jeu! Une mauvaise glissade sans doute, il faudrait se détendre....

Viticulture + Toscane Viticulture + Toscane - Faites ce que vous voulez mais laissez-nous le vin toscan...

À part cela, nous avons pu voir apparaître (le nom qui défie les moteurs de recherche), le nouveau jeu de Bankiiiz et donc un peu le bébé de notre camarade Bertrand... Bonne réception pour les quelques heureux qui ont pu l'essayer. Joli et intelligent, la concorde on vous dit!

Saluons aussi la grande élégance d'une certaine joueuse qui après avoir gagné sur le revenant Puerto Rico, décidait de se torpiller sur Brikks, sans doute pour ne pas avoir à cumuler les victoires et pour offrir à tous des chances de gagner... Là aussi, c'est préserver la concorde, mais il est dommage, même dans le pays rabelaisien évoqué, que la révélation de l'erreur ait été accompagnée d'une bordée de jurons remarquables, ce qui laissait planer un doute sur les intentions réelles de la dite joueuse...

Nous avons aussi pu ouvrir la boite de Pandoria (Désolé pour l'almanach Vermot ludique), un nom rappelant une autre figure mythique, qui pourtant douée de nombreuses qualités par les Dieux ne résista pas à la curiosité que lui avait fourgué Hermès (non, on ne parle pas d'un bijou intrigant), et fini par ouvrir une jarre (ah si on l'avait appelé cruche, le destin aurait pu être tout autre), libérant sur le monde tous les maux en ne lui laissant que l'espoir.... C'est dingue ce qu'on peut apprendre dans les jeux ! Nos dirigeants ne doivent pas beaucoup jouer, ou du moins ils ne viennent pas assez jouer chez les ludochons qui jouent dans la concorde...

Mū Mū - Pourquoi Bankiiiz fait des jeux qui n'ont jamais pour cadre la banquise ?

Les jeux

  • Brikks (Wolfgang Warsch chez Schmidt Spiele)
  • Concordia Venus (Mac Gerdts chez PD-Verlag)
  • Ganymede (Hope S. Hwang chez Sorry We Are French)
  • Horreur à Arkham JCE (Chez FFG)
  • Mū (Johan Benvenuto chez Bankiiiz) x2
  • Pandoria (Jeffrey D. Allers, Bernd Eisenstein chez Irongames)
  • Puerto Rico (Andreas Seyfarth chez Filosofia)
  • Viticulture + Toscane (Alan Stone, Jamey Stegmaier chez Matagot)

Les joueurs

  • Cyril (Atom), Guillaume, Jean-Jacques et Vincent IV
  • Guillaume², Noémie² et Rémi
  • Bertrand II, Cécile, Éric, et Vincent (Bibou)
  • Davy, Jean-Philippe, Olivier et Philippe
  • Alexis, Carole, John Magali, et Suzel
  • Bretrand, David, Manu et Vincent (Possom)
  • et Zaggus de passage


Pandoria Pandoria - Ouvrir la boite, le territoire et enfermer ses pions