vendredi, juin 15 2018

14 juin 2018 - Foot et nous ? La paix !

Ca y est le désastre médiatique vient de démarrer : on nous annonce à grands renforts de bandeaux publicitaires tonitruants ou de polices surdimensionnées le démarrage de la coupe du monde de balle au pied.
À ce stade (non sportif), il faut absolument prévenir le joueur sur un des dangers qui nous menace : croire que ce sport est un jeu ! Que nenni !
Certes on "joue" au football, mais il faut bien avouer que cela a peu de choses à voir avec le plaisir délicat que peuvent prendre les ludochons autour de leurs tables, un jeudi soir....
Sur le fond, c'est d'ailleurs assez dommage car au démarrage on a presque un jeu de placements assez dynamique avec des règles plutôt simples et faciles à assimiler. Ensuite, cela s'est très vite dégradé,...
D'abord sûrement faute d'une édition bien maîtrisée, certains points de règles n'ont pas été parfaitement éclaircis (comme le fameux hors-jeu) et sont des sujets de discussion sans fin... Dans le monde ludique, on jetterait l'opprobre sur l'éditeur en quelques billets rageurs (mais les billets dans le foot sont enterrés dans le jardin).

Funkenschlag Funkenschlag - plus sexy que des joueurs en short ?

Ensuite, tout a empiré... D'abord pour essayer de conquérir un public toujours plus large, on l'a transformé en jeu semi-coopératif avec deux équipes,... Pourquoi pas ! Il est vrai que la concurrence sur le marché des jeux à 22 est faible et que cela peut constituer un placement "différenciant"; enfin, on imagine que c'est comme cela qu'un expert du marketing a du vendre le truc....
Pas assez ? Tiens, on va ajouter une extension, le module "mercato" avec un système d'enchères cachées, qui nuit pas mal au jeu de base... Toujours plus ? On peut ajouter le module de gestion financière "Fédération internationale", dont il faut avouer que les règles ne sont pas très bien écrites et pas forcément transparentes...

Le plus étonnant est qu'avec cela, il reste encore des joueurs disponibles... Alors un esprit éclairé, a ajouté une extension supplémentaire dit "Mass communication" qui permettait de relier l'ensemble des composants du jeu, du joueurs, au module de gestion... Le tout consistant à envoyer des messages confus des uns aux autres si possible dans un langage fleuri... Si on ajoute à cela que dans la boite, vous avez, de base, les extensions franchement ratées comme hooligans et insultes racistes, on peut se demander qui voudrait bien jouer à ce truc...

Un jeu ? Non du gloubiboulga ! Mais il faut boire la coupe jusqu'à la lie! Il y a pire.... Oui l'extension chronophage "Commentateurs sportifs", une escroquerie assez manifeste... D'une part la boite surdimensionnée et plutôt coûteuse ne contient que quelques cartes dont la grande majorité ne sont que des lieux (très très) communs. Cela consiste à construire un deck de lieux communs, qu'on tentera de relier au reste du jeu sans que cela ne corresponde à grand chose...
Si on ajoute à cela que l'on peut parfois on peut y prendre de mauvais coups (ce qui est rare dans le monde ludique, sauf à jouer à Jungle Speed avec une culturiste manucurée), on voit bien que le football ne vaut pas grand chose comme jeu !

Edenia Edenia - Des space sheeps poilus qui chevauchent des feux d'artifice.... Je voudrais bien voir l'éditeur, tiens !

Non, il vaut mieux donc passer ses soirées de jeudi chez les ludochons, on y passe de bien meilleurs moments.... Par exemple, grâce à Outlive vous apprendrez à réparer un pied de biche.... et réparer un pied de biche ce n'est pas simple (enfin faut déjà trouver comment le casser) !
Mieux! Vous apprendrez que lorsque Jean-Jacques ne sait pas quoi faire alors, il pose la robe.... Et Jean-Jacques posant sa robe ça doit valoir son pesant de cacahuètes.... Votre serviteur sait, lui, après avoir troublé le calme de plusieurs tables, qu'il évitera dorénavant les jeux à base de souris et d'éléphants, alors que Vincent et Zag, eux, jouaient avec des "Space sheeps" (non je ne me suis pas trompé), sachant que la règle précisait que c'est le joueur le plus frisé qui devait commencer, je vous laisse imaginer à quelles extrémités, cela peut nous amener...

Bref tant qu'à jouer, prenez un jeu !

Hippo Hippo - Une bouée de secours contre le foot!

les jeux

  • Édenia (Matthieu Lanvin chez Blam!)
  • Exposition universelle Chicago 1893 (J.Alex Kevern chez Renegade France)
  • Funkenschlag (F. Friese chez 2F-Spiele)
  • Hero Realms (Darwin Kastle et Robert Dougherty chez Iello)
  • Hippo (Martin Nedergaard Andersen chez Helvetiq)
  • Kariba (R. Knizia chez Helvetiq) x2
  • Outlive ( Grégory Oliver chez La Boîte de jeu)
  • Santa Maria (Eilif Svensson et Kristian Roald Amundsen Østby chez Aporta Games)
  • Scare it (Adrian Dinu chez Boom boom games)
  • Scythe (Jamey Stegmaier chez Ghenos games)
  • Star Realms (R. Dougherty , D. Kastle chez White Wizard Games)

Les joueurs

  • Éric, John, Nelly, Vincent (Bibou) et Zag les doigts dans la prise
  • Bertrand II, Davy, René et Vincent (Possom) en grandes faucheuses
  • Alain, Jean-Jacques, Magali et Olivier sur le pont.
  • Alexis, Carole, Michaël et Noémie en survivants...


Outlive Outlive - c'est partie pour un mois de survie

vendredi, juin 8 2018

7 juin 2018 - Conquérants ludiques

Pour évoquer le climat de la soirée d'hier soir, John a choisi pour des raisons évidentes de citer Shakespeare, de mon côté je serais, si on m'y autorise, plus tenté de détourner les paroles du formidable Corneille, en lâchant un terrible "Orages, O désespoir", mais il me revient en mémoire que j'avais déjà consacré un billet à Corneille... Bref, même détrempé, il va falloir trouver autre chose !

"Heureusement", depuis quelques semaines, nous nous sommes lancés dans un cycle de délation (oui c'est vilain), et plus particulièrement, celle des ludochons qui ont réussi à rendre particulièrement créative la phase d'explication des règles. Avouons-le, nous avons des loisirs curieux!
Cette semaine, c'est Magali qui aura le droit aux honneurs de cette section assez discutable. En effet, hier, elle nous a permis de découvrir Santa Maria Legacy.
Là, immédiatement, vous me direz qu'à votre connaissance, il n'y a pas encore de Santa Maria Legacy... Et bien, grâce à Magali, nous avons pu tester, en exclusivité mondiale, cette version où les règles du jeu arrivent au fur et à mesure de la partie...

Santa Maria Santa Maria - Tu m'as conquis j't'adore

Si on veut continuer à s'intéresser à Santa Maria, ce qui est pertinent car c'est un bon jeu, il faudra aussi s'interroger sur le traitement de son thème...
En particulier, le graphisme qui est particulièrement réussi mais qui est assez peu en rapport avec la saga des conquistadors. Si on s'intéresse au nuancier de couleurs je ne suis pas sûr qu'on aurait associé la presqu'île du Yucatan, le Mexique ou les Andes à des couleurs pastels...
Par ailleurs, si Cortès n'a pas eu que de mauvaises relations (au début) avec les autochtones, il a contribué, assez vite et très largement à leur réduction en esclavage, du moins pour ceux qui n'étaient pas en train de mourir de dysenterie, de la variole, ou autres... Bref cela ne correspond pas trop au joli et sympathique conquistador de la couverture, ou aux paysans se promenant librement sur les chemins (faut être honnête c'est moins vendeur pour un jeu familial, de mettre de formidables guerriers jaguar, mourant de fièvres, en se vidant, dans un fossé au milieu de la jungle)....

Bon à l'opposé, vous avez "Huns", certes on aurait pu, pour le coup, prendre des couleurs pastels pour évoquer les grandes plaines verdoyantes des steppes de l'Asie centrale, les déserts à traverser, les calmes montagnes à franchir... Et bien non, là on est passé dans le spectre de la couleur saturée plutôt pour évoquer les pillages et la guerre.

20180607_huns.jpg Huns - À dada sur mon bidet (plaisir régressif)

Alors bien sûr, il y a toujours la facilité d'évoquer des univers qui n'existent que dans l'imaginaire, comme pour Scythe ou Terraforming Mars Là vous êtes tranquille, peu de chances qu'un scribouillard à la petite semaine et joueur médiocre du Nord-Isère puisse vous reprocher quoi que cela soit... On pourra cependant noter que sur la table de Scythe nous n'avions que de jeunes joueurs (enfin des joueurs arrivés chez les ludochons cette année), et sur Terraforming Mars, des ludochons de la seconde génération. Est ce que les ludochons se stratifient ?

Dans les événements de la soirée, citons aussi l'exclusion probable de notre président, en effet, après une partie de Caylus difficile il a osé critiquer celui-ci... Heureusement comme certains avaient joué aux conquistadors et aux huns, nous avons décidé de le pendre immédiatement par les pieds, puis de le traîner ainsi derrière nos chevaux (mécaniques) ! Enfin, virtuellement, parce que dès la semaine prochaine, on aura besoin de lui pour de nouvelles aventures ludiques!

The mind The mind - trois esprits ludochons pour en venir à bout... Bon signe ?

Les jeux

  • Caylus (William Attia chez Ystari Games)
  • Exposition universelle Chicago 1893 (J.Alex Kevern chez Renegade France)
  • Huns (Fneup chez La boite de jeu)
  • The Mind (Wolfgang Warsch chez Nürnberger Spielkarten Verlag)
  • Mistkäfer (Klaus-Jürgen Wrede chez Schmidt)
  • Santa Maria (Eilif Svensson et Kristian Roald Amundsen Østby chez Aporta Games)
  • Scythe (Jamey Stegmaier chez Ghenos games)
  • Terraforming Mars (Jacob Fryxelius chez Fryxgames)

Les joueurs

  • Noémie, Vincent (Possom), Vincent (Bibou) et Yoann en barbares
  • Éric, Bertrand II, Davy et Raphaël sur Mars
  • John, Jean-Jacques, Manu, et Zaggus dans le château
  • David, Magali, Noémie² et Olivier aux Amériques
  • Cyril, Guillaume², Philippe, Renars, Tom (des nouveaux il en "faux")
  • Frédéric, de passage.


Exposition universelle Exposition universelle Chicago 1893 - Faire tourner la roue ludique

vendredi, octobre 20 2017

19 octobre 2017 - Malédictions !

Parlons malédiction! Car certains me disent que les Ludochons sont des femmes et des hommes comme les autres. Mais je n'en suis pas si certain. En effet, vu notre fixation sur le jeu, je prétends plutôt que nous sommes une espèce rare, ayant évoluée depuis des pions d'un jeu antique enterré dans un tombeau d'un souverain maudit. Pourquoi maudit ? Parce que après trois jeux différents et trois défaites, je ne me sens pas folichon.
Ludochon oui, folichon non.


Unearth Unearth - Certains n'ont pas décollé et sont restés sur terre...

Certains Olivier qui resteront anonymes prétendront que c'est une histoire de culture et que les anglais ont le don de se maudire eux mêmes alors que la ligne d'arrivée est en vue. Mais non, c'est une histoire de malédiction. Pendant que certains voguaient les mers dans SeaFall en trouvant de forts joyeux noms pour leurs personnages, moi je re-jouais l'histoire du Seigneur des Anneaux dans le jeu coopératif "Seigneur des Anneaux". Une version où les 4 Hobbits restent ensemble jusqu’à la fin. La fin, ce soir, étant le moment où Sauron attrape Frodon (joué par moi) et récupère l'anneau assurant ainsi sa dominance sur les terres du milieu...

Prenant exemple sur les charmantes demoiselles à la table d'à côté jouant à "The game", (et je le rappelle les Ludochons sont une espèce maudite, elles ont donc probablement perdu la partie), nous décidons d’enchaîner sur un petit jeu de carte. "Zéro" a pour simple principe de terminer la partie avec le plus faible score possible voire, au mieux, de faire zéro. Votre humble maudit a fait 12... Les mathématiciens me diront: "Ce n'est pas mal 12! C'est un nombre composé, voir hautement composé..." Mais je ne comprends pas grand chose à leurs propos et 12 reste assez éloigné du 0 voulu!

Alors, une deuxième défaite sous la ceinture, je décide de changer de table. C'est à ce moment qu'un cri retentit "On peut trouver un troisième peut être". Je lève les yeux et alors que la plupart des Ludochons se mettent à rentrer, je m'installe devant une partie de "Taluva".
L'anonyme Olivier regrette immédiatement mon invitation à sa table quand je remarque un problème majeur de ce jeu le moment où je m'assois. Pourquoi 4 civilisations décideraient elles de s'installer sur une île volcanique hautement instable ? Le silence comme seule réponse je m'investis dans la partie. Je cogite et cogite et réfléchis un peu et petit à petit arrive à me faire une petite marge d'avance par rapport aux autres. La victoire à portée de main d'ici 2 tours je décide... De trop construire... Ma civilisation tombe en poussière, l'anarchie s'installe et pendant que mon quart de l’île sombre dans le chaos, l'anonyme Olivier remporte la partie...

Taluva Taluva - Les anglais à leur apogée - Conclusion : les laisser-faire... Ca marche à chaque fois... Il est où l'Empire britannique ?

Qu'importe le jeu. Ce soir il y eut plus de perdants que de gagnants. N'est ce pas là la preuve que le Ludochon est une créature maudite ? Alors si la malchance vous poursuit... Peut être est-ce parce que vous êtes un Ludochon. Et une fois qu'on est Ludochon, on le reste. Quoi que puisse en dire les Normands.

Tadam ... roulement de tambour et pyrotechnie de bon aloi !
Oh la la , on laisse les commandes 5 minutes à un représentant de la perfide Albion, et voilà qu'il nous raconte des insanités et qu'il finit par invoquer les Normands ! Tu invoques le Normand ! Le voilà...
Bon nous avons déjà dit tout le bien qu'il fallait penser des bretons, je vous promets de parler des grands bretons d'ici peu ! En attendant il convient d'évoquer le fait qu'hier nous avons joué à pas mal de jeux plutôt récents, on peut citer Unearth, Paper tales, mais aussi le prototype d'Asyncron Pelegrinus. Si on aime bien voir des prototypes, (il vaut mieux dans un club qui a pour membres vénérables Yoann Levet et Bertrand Arpino) cela nous fait toujours plaisir que des éditeurs nous permettent de "tester" des prototypes (je ne rentrerai pas dans le débat sur "tester" aujourd'hui). Le normand que je suis est d'autant plus heureux qu'il avait déjà testé le vrai prototype il y a 8 ans!
Curieusement c'est un "jeu à l'ancienne" (programmation, majorité, règles simples), mais je trouve que dans le paysage moderne, c'est un grand bol d'air assez rafraichissant (Oui John cela me rappelle ma jeunesse). Disons que sur la partie il a eu 3 bonnes notes sur 4 ce qui n'est pas mal chez nous... Nous réserverons nos retours détaillés à Asyncron, surtout quand d'autres auront pu le tester a semaine prochaine. En tout cas c'est toujours sympa de voir des jeux en cours d'évolution...

Pelegrinus Pelegrinus - Il juraient vraiment autant que cela les moines autour de la table ?

Les jeux

  • The game - (Steffen Benndorf chez Nürnberger Spielkarten Verlag)
  • Huit minutes pour un Empire (Ryan Laukat chez Iello)
  • Paper tales (Masato Uesugi chez Blackrock games)
  • Scythe (Jamey Stegmaier chez Ghenos games)
  • Seafall (Rob Daviau, JR Honeycutt chez Ironwall games)
  • Taluva (M.-A. Casasola Merkle chez Ferti)
  • Le Seigneur des Anneaux (Reiner Knizia chez Edge)
  • Unearth ( Jason Harner, Matthew Ransom chez Brotherwise games)
  • Zéro (R. Knizia chez Asyncron)

Les joueurs

  • Magali, Raphaël, Vincent (Bibou) et Yoann
  • DAvide, Jori, Stéphane (l'aff) et Yannick 3
  • Jean-Jacques, Manu, Olivier et Zaggus
  • David, John, Rémi et Yannick (Lego)
  • Noémie et Nelly
  • Éric, Jean-Philippe, Vincent (Possom), et Suzel sur SeaFall
  • Bertrand II, Davy, Frédéric et Stéphane 3


Paper tales Paper tales - À jouer en chantant "Les petits papiers" ?

- page 1 de 5