Comptes-rendus › God save the John !

Le sémillant John nous décrit ses soirées chez les ludochons !

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, novembre 23 2018

A Gamerkin's Thanksgiving !

Though they made it quite clear they were fed up with us in the 18th century, I reserve the right, as a Brit, to steal an American holiday. And so what better gift to my fellow Gamerkins (Ludochons), on this Thanksgiving day, than that of the English language. So here are my thanks for the year in the language of some guy called Shakespeare.

Firstly, I would like to thank the president of the club. For he made it quite clear, the first evening I spent with our beloved board game enthusiasts, that figurine games were a taboo in our common rooms. So thank you president Manu, your private use, this evening, of one of the rooms for yourself and a group of friends to play a game of "Dracula's America" was an inspiration to all power crazed Dictators of the world.

Secondly, I would like to thank Zaggus. The ever smiling, bearded and jolly fellow, who's constant bringing of gifts to the club members every week make me wonder why we don't call him Father Christmas yet. Then I remember how much money we give him for the service and the fantasy fades...

Thirdly, and to my utter amazement I would like to thank Olivier. Thank you for inviting me to finally play my first game of "Keyflower", thank you for proving during said game how sneaky and traitorous the Normans really are. Keyflower is a fun little management game, where you spend 4 turns using meeples as a resource to build a small colony that will produce as many points as possible at the end of the game. Wheat not being an item in the game, I went for the next best thing: Gold. Our back stabbing vile Olivier ? Norman like non other ? Waited until the last possible moment to sneak by grabbing all the tiles he needed to win the game. How dare he use his expertise and intelligence in his own game ? I will not mention how I ended last, behind an Elsa that didn't realize how close to the victory she was getting and a Cécile who beat me even after I purposefully blocked some of her scoring. Did I say Keyflower was fun ? In fact like the colonial time it represents it was a disease and starvation filled time of great misery!

Keyflower Keyflower - Winter is coming...

Lastly I will thank the Gamerkin. Thank you for embracing me into your midst, allowing me to write stupidities in a language that is not the official one of the club. I rediscovered the joy of games and of kind people. I met my significant other. I made incredible friends. I have every week a Christmas like evening, where a mysterious box is opened before my eyes, and I play with joy a new game.

Thank you all.

Until next week.

Lundi, novembre 19 2018

Chute d'étoiles pour John...

Le prophète Izzit T'ime, renifla l'air et hocha la tête satisfait. Le grand Slann avait, comme toujours, vu juste. Ici tomberaient des pierres célestes. Mais quelque chose était différent de sa vision prophétique. Un goût de cendres ? Il découvrit rapidement avec colère ce qu'il en était. Les Slann, êtres cosmiques de grands pouvoirs, n'étaient pas les seuls à pouvoir prédire certains événements célestes. Toujours avides de conquérir toutes les terres et les amener dans son domaine, le dieu de la mort Nagash avait envoyer son bras droit pour récupérer ces étoiles tombées du ciel.

Ainsi, Arkhan était déjà sur les lieux quand Izzit T'ime arriva, et au lieu des terres depuis longtemps désolées que ce dernier avait prédis, c'est une horde de squelettes qu'il trouva. Le Slann, non habitué à être pris par surprise, ne put invoquer qu'un petit groupe de Seraphons pour l'aider. Les bras levés vers le ciel, il fit se matérialiser ses féroces guerriers. Les écailles crépitantes d'énergies, les hommes lézard céleste fondirent sur les morts vivants. Mais les serviteurs de la mort n'allaient pas se laisser faire. Des griffes spectrales ralentirent la moitié des forces Seraphon, et tapis dans des ruines surgirent des abominations d'os et d’âmes damnés. Des Morghast Archais, véritables anges de la mort se mirent à faucher sans pitié les hommes lézards. Guerriers, cavaliers et leurs montures, tous furent retournés en poussière d'étoile face à cette incarnation funeste. Arkhan lui même s’avança dans la bataille voyant les Seraphons en déroute.

Warhammer : Age of Sigmar Warhammer : Age of Sigmar ...

Laissant ses squelettes réanimés s'occuper de la collecte des rochers célestes qui tombaient du ciel, il réduit en cendre d'un geste de la main un Bastilodon Seraphon, énorme dinosaure en armure montée d'une machine solaire. L'Artillerie ennemie ainsi réduit au néant il fit fondre sa monture spectrale sur le prophète Slann. Mais Izzit T'ime ne s'était pas tourné les pouces. Il avait tourné son regard vers le futur au début de la bataille et avait vu sa mort. Ainsi alors qu'Arkhan était sûr de sa victoire totale, il fut surpris quand, dans une cascade d'énergie cosmique, un féroce Carnosaur monté d'un Saurus vétéran se matérialisèrent et se jetèrent sur le nécromancien pris de court. Izzit T'ime laissa ses nouvelles invocations s'occuper du nécromancien, il savait que toute victoire contre la mort n'était que temporaire et que les serviteurs de Nagash ne feraient que revenir un jour ou l'autre. A la place, il se téléporta avec une poignée de cavaliers Seraphon, terrassa les squelettes sur sa route et reparti dans les cieux avec ce qu'il pouvait récolter, pendant son repli stratégique, en roche d'étoile.

Tout ça pour dire qu'Olivier tu me déçois. C'est à Warhammer: Age of Sigmar qu'on à jouer nous! Pas 40k ! Honte à toi! Honte !

vendredi, novembre 2 2018

Merci Doris Day

Qu'Essen a, tu as
Whatever will be, will be...

Et oui, après la semaine de désertion (la mienne), vient la semaine de mort à l’hameçon. L’appât étant les piles monumentales de nouveautés que les traîtres Ludochons Essenistes nous ramènent. Certains demanderont s'il vaut mieux être traître, ou simplement trop occupé à être confortablement installé dans son lit plutôt que de venir aux Ludochons ? Car il l’avoue, votre correspondant anglais abandonna ses camarades adorés Ludochons la semaine dernière, non pas pour Essen, mais pour des recherches plus calmes et cinéphiliques. Mais de retour il est! Et quelle soirée!

Commençons par une minute de silence. Une pratique internationale pour payer nos respects envers les défunts. Je propose ici que tous ensemble nous lisions les billets de vos Ludochons favoris en respectant une minute de silence (facile avec les billets trop sérieux et toujours pertinents d'Olivier) pour tous ces Meeple que nous massacrons. Ce soir spécifiquement, je voudrais faire la lumière sur le drame des dizaines, voir centaines, de Meeple malades, appelons les les Meledle, assassinés pour des poursuites illégales dans un hôpital Ludochon. Je dis Ludochon ? Que nenni! Ludochonne!

La doctoresse machiavélique n'est autre que la sournoise Magalie! Alors donc mes chères lecteurs et lectrices, une minute de silence pour ces pauvres Meledle...

Maintenant parlons de châteaux. Oui Suzel, châteaux. Si "Between two CASTLES, of mad king Ludwig" avait été appelé "Between two PALACES, of mad king Ludwig" alors oui, je dirais aussi palais. Bref, parlons châteaux.

Between two castles of mad king Ludwig Between two castles of mad king Ludwig - Entre deux châteaux ou entre deux pays...

Ce soir ne fut pas ma première soirée à construire des châteaux avec des compagnons architectes Ludochons. Mais ce soir j'en construisit deux d'un coup! Le jeu en lui même est d'une simplicité adorable, mais d'une profondeur tout aussi agréable. Le but est de construire deux "ne sont pas des palais". L'on fait ceci en partenariat avec nos voisins de droite et de gauche (mes voisins architectes étant des vétérans du jeu et des hommes sages et forts intelligents (ils portent la barbe c'est logique) j'étais entre bonne main). Les châteaux se construisent deux pièces par deux pièces, représentées par des tuiles, grâce à des séries de "draft". Au bout de deux rounds, ou deux séries de drafting, le jeu se termine, et le meilleur château le plus mauvais gagne la partie! Nul est il utile de vous dire quand terme de meilleur médiocrité c'est bien évidemment moi qui sortit vainqueur!

Pour en finir, je prendrais bien une autre minute de silence... Cette fois pour sourire à la mémoire d'une excellente soirée Ludochonne. Ce n'est pas un hasard, une soirée Ludochonne est par définition une bonne soirée, alors quand en plus on y ajoute des amis perdus depuis une semaine dans un pays lointain et des jeux encore jamais vus... L'ambiance explose.


The future's not ours to see,
But at the Ludochons I will be!

Note de l'admin. : pour ceux qui ont raté la référence musicale, c'est ici

- page 1 de 11