Mot-clé - Kramer ou Kiesling

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, janvier 10 2020

9 janvier 2020 - Typologie du râle

Pour évoquer la vie des ludochons nous n'allons pas, comme pourrait le suggérer le titre, nous intéresser, et les comparer, à des rallidés, bien que les oiseaux soient à la mode dans le monde ludique! Mais nous nous sommes aperçus que le monde des joueurs se divise, en fait, en deux grandes catégories : les râleurs et les non-râleurs....

Et oui, les joueurs ne se répartissent pas entre petits et gros joueurs, joueurs de jeux abstraits ou non, simulationistes intégristes ou fan de narration mais bien comme nous l'avait suggéré notre forum entre les râleurs et les autres.

History of the world, janv. 2020'' History of the world - La vraie histoire a de quoi faire râler... le jeu moins ?''

Notons d'abord que les "autres" sont souvent de très bonne composition et des éléments essentiels de nos clubs de jeu, leur grande placidité en faisant d'ordinaire d'excellents compagnons de jeu. Nous pouvons ainsi citer de nombreuses joueuses à la bonne humeur qui parait ou apparaît inoxydable , ou chez les plus chenus nos Alain qui semblent toujours flegmatiques même lors des parties les plus tendues.
"- C'est vrai qu'il faudrait donner des bons points à l'un et l'autre.
- Oui, mais j'aurais plutôt préféré dire "Alain II"...
- À l'un d'eux, non, il faut dire à l'un, du bien des deux !"
(N'est pas Devos qui veut!)

Mais, il faut bien le dire à côté de ces joyeux drilles qui rendent plaisantes nos soirées, il existe une large famille de râleurs qui curieusement, même s'ils se sont éloignés de équanimité, ne rendent pas moins agréables nos réunions .
Il est donc sûrement temps d'étudier ces étranges râleurs:

  • Le légaliste : ce râleur va chipoter sur chaque point de règle et, pour les plus "féroces", prendre comme un affront personnel le moindre point de règle oublié (vous savez celle dont on se souvient au moment du décompte...). Le légaliste, version dure, semble avoir déserté les ludochons, heureusement pour ces nombreux bénévoles qui tentent, tant bien que mal, de se souvenir de dizaines de règles semaines après semaines et de toutes leurs variantes; mais on aime encore bien s'invectiver avec force, avec des poses de matamore, pour le plus grand plaisir des spectateurs, lorsque une règle oubliée fait son apparition.


  • Le caliméro : pour le caliméro l'univers entier semble s'être ligué contre lui, et il ne comprend vraiment pas pourquoi les autres joueurs ne font rien pour lui faciliter le travail, incroyable, non? Le côté tellement exagéré de ces prétentions spécieuses peut finir par être fascinant pour les autres joueurs. Pour respecter le dessin animé historique, il est préférable que ce rôle soit tenu par une tête d'oeuf.


It's a wonderful world!, janv. 2020 It's a wonderful world! Vite dit, il y a quand même pas mal de râleurs !

  • Le ronchon : le ronchon va moduler des sons étranges tout le long de la partie. Il connaît toutes les variantes possibles du "Ah la la !", du "Ouch!", du "Pfff" qu'il peut jouer sur tous les tons. Il peut intriguer les autres joueurs qui vont chercher à interpréter ses borborygmes pour en déduire sa stratégie, une sorte de jeu de communications qui s'ajoute au jeu classique.


  • Le bougon : le bougon c'est la version plus explosive du ronchon. C'est le capitaine Haddock de la session ludique et on peut regretter que tous les joueurs qui entrent dans cette typologie ne portent pas la barbe (mais on me dit que certains femmes pour des raisons physiologies doivent renoncer à cette pilosité), car le bougon, va souvent commencer à se tordre la barbe et le menton en tout sens comme s'il voulait se déboîter la machoire pour tout d'un coup laisser sortir un flot d'injures d'ordinaire fleuries et souvent assez créatives, permettant de donner à nos outils ludiques les plus courantes (pions, jetons, cartes et autres) des fonctions qu'on ignorait jusque là...


  • Le clabaudeur : pour clabauder il faut râler mais attention à tort et à travers et cela n'est toujours pas si facile. Le grand classique vise à reprocher par exemple à un jeu de gestion son manque d'interaction où à un "can't stop" son côté un peu aléatoire. Mais pour clabauder efficacement, il faut prendre à partie les autres joueurs, et, par exemple, au moment crucial où, un de nos plus fins calculateurs réfléchit finement au placement de sa huitième ressource lors du tour n+3, lui demander très très sérieusement, si possible en rouspétant, s'il ne trouve pas lui aussi qu'il est redoutablement indélicat à un moment où se développe le véganisme et le flexitarisme de représenter la nourriture par des cubes roses....


Expedition to Newdale, janv. 2020 Expedition to Newdale - Si tu ne réfléchis pas tu vas râler...

  • Le maronneur : le maronneur va utiliser les deux sens du terme maronner en exprimant du dépit en grognant indistinctement. Bref le maronneur est le fils improbable du caliméro et du ronchon... D'ordinaire à un moment il va désigner avec une tristesse infinie un point du plateau, tout en lâchant des umf, umf, umf. peu compréhensibles... Le maronneur n'est guère gênant même s'il peut inquiéter ses voisins (c'est peut-être son but secret).


  • Le scientifique : le scientifique part souvent d'une étude précise du jeu, mais il va rapidement vous déborder par des questions qui vous laisseront songeur, par exemple "Pourquoi au troisième tour du jeu, le point de victoire ne vaut plus que l'équivalent de 5 "sous" alors que, jusque là, la progression avait été plus linéaire ? Hein ? Pas normal... Et je ne te parle même pas du ratio entre les ressources"...


  • Le satanas : Seuls les plus chenus se souviennent peut-être de Satanas et Diabolo (" Dastardly and Muttley" pour les plus anglophones) et bien le Satanas a une gestuelle inspirée de ce personnage. À savoir que ses bras se lèvent au ciel avec régularité, que son corps peut se tasser puis rebondir en un instant, le tout pour exprimer sa joie extrême suivie d'un dépit aussi grand. Le satanas a le râle gestuel!



Curieusement les râleurs et les placides semblent vivre dans une sorte de symbiose improbable, du moins chez les ludochons. Pourvu que cela dure...

Les jeux

  • 6 qui prend / 6 nimmt ! (Wolfgang Kramer chez Amigo)
  • Agricola - Expedition to Newdale (Alexander Pfister chez Lookout games)
  • Bubblee Pop (Gregory Oliver, Bankiiiz Editions)
  • Carcassonne (Klaus-Jürgen Wrede chez Hans im Glück)
  • Dominion (D. Vaccarino chez Filosofia)
  • Ganz schön clever (Wolfgang Warsch chez Schmidt)
  • History of the world (Version 2018 - Steve Kendall et Gary Dicken chez Asmodée)
  • It's a Wonderful World (Frédéric Guérard chez La boîte de Jeu)
  • Nocturion (George Skourtis chez Vesuvius Media)
  • Splendor (Marc André chez Space cowboys)
  • Taluva (M.-A. Casasola Merkle chez Ferti) x3
  • Terramara ( Acchittocca, F. Brasini, V. Gigli, S. Luperto, A. Tinto chez Quined game)


Terramara, janv. 2020 Terramara - pas de raison de "râler", c'est un cadeau de Noël

Les joueurs

  • Bertrand II, Guillaume, et Suzel
  • AlainCM, Davy, Éric, Vincent à la barbe fleurie, et Vincent (Possom)
  • Frédéric, Olivier, Philippe et Serge
  • Bertrand, Cécile, Cyril (Atom), et Magali
  • Jean-Marc, Manu, Michaël et Rémi
  • Natacha, Pauline, Sandrine et Stéphane 3
  • Corinne, Patrick et Vincent (Bibou)
  • Elsa et Noémie


Nocturion, janv. 2020 Nocturion - La nuit tous les râleurs sont gris (sauf les dragons).

vendredi, novembre 22 2019

21 novembre 2019 - Le ludochon est de retour...

Ce blog n'a absolument aucune influence.... On demande, la semaine dernière, à nos lecteurs de venir en robe de bure pour manger des insectes, on s'attend donc en conséquence à une séance tranquille, et voilà une fréquentation quasiment record et une tripotée de nouveautés post-Essen et de nouveaux joueurs ! (et pas une robe de bure!)

Era of tribes, nov. 2019 Era of tribes - Nous, on va vous parler de la tribu des ludochons...

Bref, ce blog n'ayant donc aucune importance, il faut donc expliquer le succès des ludochons par les ludochons eux-mêmes. Or ceux-ci, il faut bien l'avouer, sont parfois étranges....

Commençons par un gaillard (dont on taira le nom, justement parce qu'il est gaillard), qui a uniquement retenu du dernier compte-rendu, puisqu'il m'en a parlé avec émotion, l'image du pied violacé dans une sandale... Bref, amis ludochons, on a un fétichiste du pied parmi nous! Le "pied" ?

Passons ensuite au "Daniel Craig ludique" qui fréquente avec talent nos séances. Cet homme, bien sous tout rapport, a, lui, développé une passion assez malsaine pour les poulpes... Et c'est des "Cthulhu par ci" et des "Cthulu par là"... Il suffit qu'il y ait un Grand ancien dans un jeu pour qu'il soit à la table... Moi, je serais cuisinier, j'éviterais de lui servir des chipirons, histoire de ne pas le voir se jeter sur moi en hurlant, "Ignoble profanateur!"....

Cooper island, nov. 2019

Devons nous mentionner le cas de quelques ludochons qui ont passé une partie de leur soirée à comparer leur façon d'appuyer sur un cochon ailé (Pigasus), avant de se lancer dans un concours d'imitation des cris de suidés ? Malsain, non?
Remarquez, à la table attenante, le sujet de conversation était centré autour des frais dentaires (caries, implants, )... Ce qui fait qu'une partie de la soirée votre serviteur s'est demandé s'il devait débarqué dans ce compte-rendu avec le jeu de mot Pigasus Bridge...
Notez que pour ce qui est des dents on pourrait presque penser que cela fait partie de la thématique du jeu (Endeavor), parce que si on nous présente, souvent dans les illustrations de beaux explorateurs, au regard noble et fier posé sur l'horizon, ils sourient rarement.... Parce que le noble héros, édenté par le scorbut, c'est un peu moins vendeur !

Est-ce que les nouveaux ludochons sauront relever le niveau ? Difficile à dire, car hier, on les a confié à notre doyen, qui a adopté une procédure classique, tel une sirène à la toison blanche, visant à les emmener dans les Abyss,.... histoire de les noyer sûrement...

Qu'attendre donc d'une bande d'énergumènes de cette espèce? Difficile à dire. Certains ont l'oeil fixé sur le passé avec "Era of tribes", une époque bénie où le meilleur de la médecine s'exprimait par une trépanation vite faite bien faite, et d'autres sur un avenir de collapsologues avec Ocean Crisis et son océan de plastique.... Un jeu paradoxal puisqu'en dénonçant une catastrophe écologique, c'est aussi un jeu qui est un pur produit de la mondialisation ( des auteurs chinois, acheté en Allemagne, joué en France)...

Les ludochons sont des êtres peu ordinaires, leur fréquentation hebdomadaire est donc fortement recommandée....

Ocean crisis, nov. 2019 Ocean crisis - Pas de plastique dans le jeu... De bon goût...

Les jeux

  • Abyss (B. Cathala & C. Chevallier chez Bombyx)
  • Azul: Summer Pavilion (Michael Kiesling chez Pegasus Spiele)
  • Cooper island (Andreas "ode." Odendahl chez Pegasus spiele)
  • Endeavor: Age of Sail ( Carl de Visser, Jarratt Gray chez Burnt Island games)
  • Era of tribes (Arne Lorenz chez Black Beacon Games)
  • Evil High Priest ( Lincoln Petersen, Sandy Petersen chez Petersen games)
  • Ishtar: Gardens of Babylon ( Bruno Cathala, Evan Singh chez Iello)
  • Nova luna ( Uwe Rosenberg, Corné van Moorsel chez Pegasus Spiele)
  • Ocean crisis ( Chen, Jhao-Ru, Hsien Pu Jan, Chi Wei Lin chez Shepherd Kit, Inc.)
  • Pigasus (Urtis Šulinskas chez Brain Games)

Les joueurs

  • David, Davy ,Cyril, Vincent (Possom) dans les chefferies
  • Éric, Patrick, Vincent (Bibou) et Yoann sur leur île
  • Frédéric II, Jean-Marc, Jean-Philippe, Manu, et un nouveau Thibaud
  • Albane, Bertrand, Cécile, Noémie, Suzel
  • Magali, Nelly, Stéphane (l'aff) et Vincent (Tcho)
  • Alain, Natasha (presque nouvelle) et deux nouveaux Serge et Sandrine.
  • Bertrand II, Frédéric, Olivier et Philippe

Endeavor, nov. 2019 Endeavor - Un jeu qui a du mordant... (avec la gencive )!

vendredi, septembre 13 2019

12 septembre 2019 - Tant de victoires

Hier, nous aurions pu avoir une pensée pour Sainte Victoire (de Fornari, une "bienheureuse"), et c'est bien dommage que nous n'ayons pas été plus nombreux à nous y référer, car une séance des ludochons est, au fond, constituée d'une série de petites victoire successives :

  • Première victoire, l'arrivée du porteur de clés, une sorte de miracle perpétuel, ou comment un trousseau de clés peut parcourir de nombreux kilomètres et de nombreux foyers et se retrouver comme par miracle au bon endroit le jeudi soir. Parfois, le miracle n'a pas eu lieu mais force est de constater qu'avec un soin constant nous ne sommes pas restés à la porte depuis bien longtemps! Croisons les doigts !



Culte, sept. 2019 Culte - Le culte de la Victoire ?

  • Pour la victoire suivante, il faudra décroiser les doigts : celle de l'ouverture de la porte du placard à jeux, un travail de patience et de minutie qui a bien souvent pu décourager même les plus acharnés des joueurs. Le clic salvateur du barillet se mettant en mouvement est une victoire dont l'auteur se souviendra longtemps!


  • Viens, immédiatement après, l'ouverture des boites les victoires sur le matériel! Combien de fois le ludochon même le plus réfléchi, a du se concentrer pour monter un improbable assemblage de cartons emboutis ou de plastiques moulés.... Nous pourrions ici, si nous avions la moindre trace de courage, dénoncer quelques ludochons dont les jeux ont parfois des aspects curieux.


  • Évidemment l'aventure se poursuit avec l'inévitable explication de règles...
    Par exemple, et on peut regretter (une fois de plus) que cela soit votre serviteur qui soit derrière le clavier, car on pourrait se moquer abondamment de son explication de "Race to the Rhine", et se demander si pour évoquer, au moins métaphoriquement, la pénible progression des soldats alliés, il fallait vraiment gadouiller dans les règles d'une manière propre à évoquer un lanceur de poids invité à courir un marathon dans un marécage brumeux avec un GPS en panne.... Parfois, commencer à jouer est une victoire délicieuse !


Race to the Rhine, sept. 2019 Race to the Rhine - Comme une petite opposition en face !

  • On passe souvent la victoire suivante sous silence, celle de la "révision de la règle". En effet, le préposé à l'explication qui finit d'ordinaire l'explication, rouge, transpirant et angoissé par le regard un brin rageur ou, pire, carrément vide de ceux qu'il a tenté de convaincre, pense être sorti de la zone des turbulences et pouvoir enfin profiter d'un peu de sérénité . Souvent après une interjection plus ou moins grossière, il devra prononcer le mythique "Oh! J'ai oublié de vous dire"...
    Sortir de la salle vivant après une ou deux performances de ce genre peut être une autre victoire...


  • Une fois la partie terminée, il faudra ranger la boite, et celui qui n'a jamais connu la joie d'avoir réussi à remettre en place les 300 figurines d'un kick-starter dans un thermo-formage improbable ne sait pas ce qu'est une victoire sur l'adversité...


  • Et puis si on a franchi toutes ces étapes, il faut s'arracher à cette douce torpeur, pour retourner dans le monde réel! Pas la moindre des victoires...


- Et tu as gagné ? vous demanderont vos proches....
- Oui, plusieurs fois dans la soirée..
- De combien ?
- À ça... En fait, je me suis enlisé pas loin du Rhin!

Les ludochons ne vous offrent pas les victoires auxquelles vous pensez !

Le bien et le malt, sept. 2019 Le bien et le malt - À défaut de victoire , une blonde !

Les jeux

  • 1944 : Race to the Rhine (Jaro Andruszkiewicz & Waldek Gumienny chez Asyncron games
  • Le Bien et le Malt (A. Schmidt, M. Kiesling chez Plan B Games)
  • Catham City (Yuri Zhuravlev chez Gigamic)
  • Les charlatans de Belcastel / Die Quacksalber von Quedlinburg (Wolfgang Warsch chez Schmidt Spiele) x2
  • Clank! (Paul Dennen chez Renegade Game Studios)
  • Culte (Konstantin Seleznev chez Bragelone)
  • Tuki (Grzegorz Rejchtman chez Next moves)
  • Penny Papers Adventures : L'île aux Crânes (Henri Kermarrec chez Sit Down !)

Les joueurs

  • Davy, Olivier et Vincent (Possom) vers le Rhin
  • Alexis, Carole, Éric et Yannick (lego)
  • Alain, David, Jean-Marc, et Nelly
  • Corinne, Patrick , Vincent (Bibou) et Marjorie
  • Manu, Michaël, Rémi et Stéphane III
  • Bertrand, Bertrand II, Elsa, Magali, et Noémie


Clank !, sept. 2019 Clank! - La victoire au bout du tunnel...

- page 1 de 14