Comptes-rendus

Semaine après semaine, les ludochons "au travail"...

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, juillet 21 2017

20 juillet 2017 - La musicale et littéraire indolence juilletiste

Voici venu le ventre mou de l'été , cette période languide où la chaleur augmente et où le temps se ralentit... Il se ralentit d'autant plus que de nombreux ludochons sont absents pour diverses raisons, bonnes (donc ludiques comme le FLIP ou Valmeinier) ou discutables (comme des vacances!). ;-)
Dans ces conditions, et comme nous l'avions annoncé les tables se forment autour de jeux et d'équipes de joueurs moins habituelles. Il faut bien avouer que cela donne une ambiance un brin chantante...

Alien Frontiers Alien frontiers - L'occasion de dire qu'il faut relire Solaris de Stanilas Lem

Hier nous recevions deux nouveaux Martin et Marine à une table où Olivier et Frédéric jouaient les papas... Tout ceci pour pouvoir vous coller une chanson des Mamas & papas California Dreamin' , qui sonne bien en cette période estivale... Même si en étant honnête en jouant à Castles of Mad King Ludwig il aurait été surement préférable d'écouter le moins léger Wagner ...
Sur les tables d'à côté nous avons eu d'abord un Dice Forge qui continue son petit bonhomme de chemin lors de nos séances... Là nous écouterons Guster avec Captain juste pour la rime "Forge ahead"... (et parce que le rédacteur aime bien cet album)
Plus loin, on redécouvrait la route des épices, un jeu qui revient souvent qui a été joué deux fois ce soir, des épices qui semblent donc bien doux au goût des ludochons (Sugar & spice ?).
Enfin nous avons vu le plateau d'Alien frontiers, sur nos tables, jeu qui permet de chanter pas mal de choses comme au hasard Space Oddity....
Mais, bien sûr, pour réveiller l'ambiance, il y a toujours une partie un peu plus costaud et cette fois-ci ce fut un Blood Rage, ce qui nous pousse à remettre un petit Blood de Pearl Jam à moins qu'il ne faille plutôt au milieu de la tempête chercher un abri (Shelter from the storm avec Bill Murray ,oui, je vous le remets)

20170702_blood_rage_2.jpg Blood rage - L'occasion de se demander s'il faut relire Robert E. Howard ?

Après cette belle soirée vous pourrez rentrer chez vous, et nous vous rendons le contrôle de votre auto-radio...

Les jeux

  • Alien frontiers (P. Burzykowski, K. Chakroun, M. Maxwell chez Clever Mojo Games)
  • Blood Rage (Eric Lang chez Edge)
  • Castles of Mad King Ludwig (Ted Alspach chez Bézier Games)
  • Century : La route des épices ( Emerson Matsuuchi chez Plan B games) x 2
  • Dice Forge ( Régis Bonnessée chez Libellud)


20170702_century.jpg Century La route des épices - L'occasion de se dire qu'on ne lit plus beaucoup Marco Polo

Les joueurs

  • Guillaume, Manu, Maude et Zaggus
  • Éric et sa fille, Rémi, et un invité
  • Bertrand II, Christophe et Thomas
  • Frédéric, Martin, Marine et Olivier


20170702_dice_forge.jpg Dice Forge - On parle de Forge et moi je vous parle de relire Rimbaud

vendredi, juillet 14 2017

13 juillet 2017 - le jour d'avant....

Jouer le 13 juillet au soir présente quelques avantages! Cela peut être, par exemple, l'espoir (un peu déçu) de rentrer le soir entouré de feux d'artifice, mais aussi la possibilité de trainer au lit le lendemain d'une séance agitée, ou de ne pas avoir à prétendre qu'on travaille assidument alors que notre esprit repasse en boucle la partie de la veille, histoire de savoir à quel endroit on a lamentablement échoué (une expérience personnelle récurrente)...

Maintenant alors que vous scrutiez le ciel dans l'espoir d'un feu d'artifice que jamais vous ne trouverez, une pensée étrange a pu naître en vous... Que ce passait-il le jour d'avant ? En effet nos calendriers foisonnent de dates "historiques" qui marquent dans la mémoire commune des réalisations majeures, le début ou la fin d'une période,... Mais que se passait-il le jour d'avant ?

Quartermaster 1914 Quartermaster 1914 - Le jour d'avant Jean-Philippe et surtout Olivier auraient dû réfléchir...

Certes les historiens nous aident sur ces sujets, mais encore faut-il lire leurs ouvrages et même dans ce cas, donnent-ils toujours une idée juste de tous les sentiments qui peuvent traverser une foule (si tant est même qu'avec les documents accessibles, ils le puissent) ? Dans le cas de notre 14 juillet 1789, le ludochon qui n'est pas un inculte vous évoquerait sans difficulté la prise de la Bastille mais si on lui parle du 13 seront-ils aussi nombreux? Et que faisaient le 13, tous les émeutiers qui participeront à la prise de la Bastille ? S'intéressaient-ils au renvoi de Necker, voulaient-ils promouvoir les États généraux ? Lisaient-ils des libelles ? S'inquiétaient-ils du prix du pain, ou de la présence des troupes étrangères à Paris (notamment à la Bastille) ? Faisaient-ils partie de la milice bourgeoise parisienne ou étaient-ils de simples citoyens ?
Si on peut voir de grande tendance, analyser les grands motifs, est-ce que tous savaient de quoi serait fait leur 14 juillet et si oui en mesuraient-ils tous la portée (Avoir Trump sur les Champs Élysées) ?

Cette pensée peut parfois nous paraître un peu vertigineuse (ou franchement oiseuse, mais ce n'est pas si facile que cela de trouver un sujet le 14 juillet!) mais curieusement le joueur lui peut en partie ressentir et répondre à cette interrogation , car, comme nous l'avons évoqué pas tout à fait innocemment au début de cette chronique (remarque visant uniquement à vous faire croire qu'il existe une structure réfléchie dans ces chroniques) il peut repenser à tous les coups qu'il a joué... On verra ainsi que certains réflexions puissantes ont été déterminantes, certaines dépassant nos meilleurs estimations et entrainant le respect de nos camarades, d'autres non moins réfléchies se révélant être des bévues d'ordre cosmique, d'autres d'heureuses surprises, etc....
Tour à tour, un exercice d'humilité ou d'orgueil bien instructif sur la distance...

Voilà les ludochons en cette soirée du 13 juillet pouvaient encore ressentir cette double curiosité, et tout cela grâce à quelques morceaux de cartons, de bois et de plastique, mis en règles par quelques créateurs audacieux !

Zombicide Zombicide - Le jour d'avant le zombie n'en était pas forcément un... Il réfléchissait encore et finalement maintenant sa vie est plus simple! Celles des joueurs moins !

Les jeux

  • Grand Austria Hotel (S. Luciani & Virginio Gigli chez Mayfair Games)
  • Lanternes (Christopher Chung chez Matagot)
  • Quartermaster General: 1914 (Ian Brody chez PSC Games)
  • Taluva (M.-A. Casasola Merkle chez Ferti)
  • Unlock! (Cyril Demaegd , Thomas Cauet et Alice Carroll) chez Space cowboys
  • Zombicide: Black Plague (Raphaël Guiton, Jean-Baptiste Lullien, Nicolas Raoult chez Cool Mini or Not)

Les joueurs

  • David, Marie et Suzel en hotelliers
  • Bertrand, Bertrand II, John, Philippe, Thomas et Zaggus ouvrent des portes (ce qu'ils ne devraient pas faire!)
  • Éric, Jean-Philippe, Olivier et Vincent (Possom) font encore la guerre
  • Noémie s'occupe de petits nouveaux Sébastien et Charlotte en les enfermant!


Grand Austria Hotel Grand Austria Hotel - Le jour d'avant, Suzel "pimpait" son jeu.... Classe !

vendredi, juillet 7 2017

6 juillet - fourberie familiale

À la lecture de ce titre, je ne doute pas que certains auront envie, au moins en pensée, d'agrémenter leurs réflexions de quelques onomatopées cinglantes à base de points d'interrogation et de points d'exclamation, ou chercheront tous les diacritiques rares que peut leur fournir leur clavier.
En effet, comment voir la moindre fourberie familiale, dans la séance d'hier alors que justement, c'est en cette journée, que par le biais d'une tradition (toute récente), nous avons réuni les ludochons et leurs familles pour une sorte de "pique-nique" ludique ? Accessoirement, une manière sympathique de marquer la fin de l'année et de faire une sorte de bilan (vous aurez droit à bilan des comptes-rendus dans ce billet!)...
On pourrait même évoquer tout un tas de concepts, comme la convivialité, la transversalité, l'ouverture aux autres, mais cela ressemblerait à un discours de coach et certains pourraient être pris de nausées.

Not alone Not alone - Avec les ludochons tu n'es jamais seul pour jouer... mais dans ce jeu ce n'est pas une bonne idée !

Comment, donc, voir une quelconque zone d'ombre dans cette réunion sympathique ? Certes, il faisait un peu chaud mais comment le reprocher aux organisateurs ? Et avec quelques verres de rosé la température redevenait supportable !

Et bien oui, il est temps de vous révéler les dessous sordides de cette manifestation... Elle a bien un but caché, celui de convaincre nos conjoints (cf la classification des conjoints ludiques) que les ludochons sont des êtres tout-à-fait sympathiques et parfaitement normaux, manoeuvre visant à nous assurer qu'on nous permettra de continuer à exercer notre passion !... Oui, c'est fourbe !

C'est ainsi que pendant un peu plus d'une heure, les ludochons se sont bien comportés histoire de donner le change, Emmanuel n'a pas mis sa chemise rose, Suzel n'a pas juré, on a persuadé Olivier de ne pas parler de Keyflower avant une bonne heure, les ludochons portaient des T-shirts sans rapport avec le jeu (mais où sont passés les T-Shirts Ystari? Lidja ? Pearl games ?). À aucun moment nous n'avons évoqué les termes de Legacy, deck, KS, et nous n'avons à peine parlé du jeu où alors comme un loisir tout-à-fait sain, méditatif et une sorte d'aventure intellectuelle dont on serait le héros...

El Dorado El Dorado - À la recherche du Spiel ?

Fourberie ultime, on a parfois regroupé par des manoeuvres subtiles (la longue pratique du jeu de placement), les non-joueurs dans un coin, où ils purent discuter agréablement, trouvant, ceux qu'ils pensaient être des joueurs, des plus plaisants.... Il suffit alors qu'un ludochon apparaisse régulièrement dans ce cercle (de jeux!) pour que l'illusion soit totale ! Du génie stratégique, je vous dis !

Bien sûr, à un moment il a fallu passer à la partie ludique de la soirée, mais là encore, le ludochon a parfaitement "joué le jeu"... Il l'a fait comme à regret comme s'il souffrait de quitter une si bonne compagnie !
Mais à ce moment ce fut le drame pour quelques ludochons, en effet certains purent reprendre leur "vraie vie", retourner sur un jeu Legacy en jurant parce que c'est un jeu de pirates, mille sabords! Alors que d'autres continuèrent la soirée avec les conjoints et furent "forcés" de continuer à donner le change... "Nan sérieux ? Pas de Quartermaster ou de Keyflower ?"

Bon, au final, cette chronique est elle-même des plus fourbes , et n'a qu'un seul but celui de ne pas tomber dans l'émotion, quand nous remercions notre "best half" (comme dirait les anglophones) ou nos proches qui nous laissent nous livrer à notre loisir et même, parfois, y participent. (Fin de la pirouette)

Dice Forge Dice Forge - Avis partagés mais en tout cas il sort souvent !

les jeux

  • Century : La route des épices ( Emerson Matsuuchi chez Plan B games) x 3 / 4 ?
  • Dice Forge ( Régis Bonnessée chez Libellud) x2
  • Kanagawa (Bruno Cathala, Charles Chevallier chez Iello)
  • Modern Art (R. Knizia)
  • Not alone (Ghislain Masson chez G.A.G.)
  • The Quest for El dorado (R. Knizia chez Ravensburger)
  • Seafall (Rob Daviau, JR Honeycutt chez Ironwall games)
  • Prototype

Les joueurs

Alain, Bertrand, Bertrand II, Céline, Davy, Éric, Frédéric, Guillaume, JB, Jean-Jacques, Jean-Philippe, John, Lucie-Anne, Magali, Marie, Maude, Olivier, Philippe, Nelly, Noémie, Raphaël, Sandra, Stéphane (l'aff), Suzel, Vincent (Possom), Vincent(Bibou), Yoann, Zaggus et toutes les familles !

Kanagawa Kanagawa - Le Japon comme source inépuisable de thèmes ?

- page 1 de 119