Comptes-rendus

Semaine après semaine, les ludochons "au travail"...

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, septembre 22 2017

21 septembre 2017 - Jouer en silence !

Votre serviteur se plaint souvent (oui) du manque d'originalité des thèmes de jeu (entre autres)... Si vous êtes suffisamment patient, ou sérieusement désoeuvré, vous devriez même pouvoir trouver plusieurs billets sur le sujet...
On ne compte plus les jeux sur le Japon médiéval, la construction d'un château fort ou d'une église, etc... Même les jeux avec des thèmes fantastiques paraissent souvent bien sages (Tiens, on va encore tuer un dragon...).

Pourtant il existe de nombreux sujets touchant à notre quotidien et qui ne sont que rarement évoqués / utilisés. La vie littéraire, par exemple a rarement servi de thème pour les jeux alors que la vie d'une maison d'édition, ou celle d'une académie doit pouvoir se substituer assez bien, à celle d'une industrie ou d'une cour... On pourrait signaler Shakespeare, mais celui-ci apparait bien seul dans sa catégorie.... Pour les plus attentifs, j'ai bien parlé de vie littéraire et pas de littérature sinon on me citera toutes les adaptations de contes (et si dans notre club je ne cite pas la cigale et la fourmi Yoann va me taper !).

Age of empires - À jouer en écoutant la BO de Mission?

Un autre sujet parait souvent étrangement absent de notre univers ludique c'est la vie musicale... Là encore si on parle de musique on citera surement (et à juste titre) Shabadabada, mais avez vous le souvenir de beaucoup de jeu sur la vie d'un opéra ? (oui il y a Opéra ). La constitution d'un orchestre symphonique ? Les tournées d'un groupe ? La compétition entre groupes / compositeur ? La vie d'un éditeur de musique ? La lutte pour les cachets ? etc...

Curieusement, une grande majorité de personnes va déclarer un intérêt pour la musique, mais ce thème ne semble pas prendre alors que sur les exemples fournis, on voit que ceux ci pourraient s'adapter aussi bien à des jeux de pick and delivery (pour le tournées), de négociation (pour les académies de musique ou les orchestres), de gestion pour les maisons d'édition, etc...

Je me demande parfois si cette curieuse absence n'est pas liée, en fait à deux problèmes : l'illustration et le choix trop "segmentant" du thème... Choisir l'opéra n'est ce pas exclure les joueurs réfractaires à la musique classique ? Gérer une tournée de rock n'est peut-être pas la tasse de thé de tout le monde ? Et pour les illustrations, les gothiques plairont -ils aux ex fans de grundge ? Le groupe ressemblerait-il trop aux Beatles et pas assez aux Rolling stones ? ... Mais ces raisons sont-elles si pertinentes que cela ? Songez au nombre de joueurs agnostiques qui ont construit des cathédrales pendant leurs parties...
Bref, on a de la musique chez soi, dans sa voiture, dans les transports, dans son téléphone, sur son PC, dans ses magasins, dans l'ascenseur, mais pas dans ses jeux...

D'ailleurs dans un autre sujet proche, le cinéma, on s'aperçoit qu'à part le très bon Fabrik der Träume (faut qu'on le ressorte celui-là), le sujet reste lui aussi largement inexploité...
Voilà donc un petit billet à destination de notre éditeur (Bertrand) et de nos auteurs favoris (Bertrand et Yoann), pour leur montrer qu'il y a encore plein de champs à explorer!

Tash-Kalar Tash-Kalar - entre deux claquements d'épées, la BO de Gladiateur ?

Sinon, hier encore une grande affluence chez les ludochons avec pas mal de nouveaux et pas mal de nouveautés, à jouer en rythme mais sans musique !

Les jeux

  • Age of Empires III : The Age of Discovery (G. Drover chez Pro Ludo)
  • Blood Rage (Eric Lang chez Edge)
  • Dice Forge ( Régis Bonnessée chez Libellud)
  • Edgar & Lucien (T. Camus, S. Gantiez, B. Mayeur chez Guru fabric)
  • The Game: Are you ready to play The Game? (Steffen Benndorf chez Oya)
  • Hansa Teutonica (A. Steding chez Argentum Verlag)
  • Tash-Kalar: Arena of Legends ( Vlaada Chvátil chez CGE)
  • Valeria: Card Kingdoms (Isaias Vallejo chez Daily Magic Productions.)
  • Whistle stop ( Scott Caputo chez Bézier games )

Les joueurs

  • Jean-Jacques, Nelly, Nicolas et deux nouvelles
  • Bertrand II, Franck et deux nouveaux
  • Magali, Olivier, Stéphane (L'aff) et Yannick
  • David, Jori, Manu, Rémi et Vincent (Possom)
  • Bertrand, Jean-Michel, Stéphane (3) et Laurent
  • Davy, Raphaël, et Vincent (Bibou le coyote) et Yoann
  • John, Noémie, Zaggus et une invitée


Whistle stop Whistle stop - Le sifflet du train tient-il de la musique ?

vendredi, septembre 15 2017

14 septembre 2017 - Des formations... déformantes !

Le mois de septembre voit d'ordinaire arriver de nouveaux membres pressés d'en découdre... Il faut avouer qu'historiquement leur intégration ne posait pas problème ils avaient même la chance de "subir" un petit parcours initiatique (fait de (petites) épreuves et de rétributions).

D'ordinaire, l'impétrant recevait une première formation sur la vie du club réalisée par Vincent choisi avec une certaine malice pour son côté souriant, présentable et... rassurant.
Ensuite, on le confiait à la sympathique Suzel qui pouvait lui expliquer son premier jeu chez les ludochons. S'il résistait à l'explication du jeu, c'était un premier bon signe, le "nouveau" était doué de patience, de capacités d'abstraction et de colossales capacités d'adaptation. Tout ce qu'il faut à un bon ludochon

Bruxelles Bruxelles - Fluide mais pas si facile que cela à expliquer...

Lors de la seconde séance (en cas d'étonnante réapparition), celui-ci exprimait souvent la volonté de tester un jeu "peut-être de... gestion ou un peu plus... carré"... Comme nous sommes toujours prêts à faire plaisir à nos membres on le confiait généralement à Davy. C'est ainsi qu'accompagné de ce dernier, de Bertrand (II), et de Raphaël, ce jeune joueur découvrait les arcanes du jeu de gestion...
Bien sûr dans ces conditions, avec ces amateurs du genre, le jeu de gestion revient métaphoriquement, à tirer avec bonheur, le meilleur d'une opulente campagne verdoyante. Le défaut est que, pendant que, comme une abeille, vous butinez joyeusement, les autres ont l'air d'être montés sur des moissonneuses batteuses, équipées d'un GPS et d'un turbo-propulseur....
Bref à la session suivante....
"- Raphaël ! Trois fois ton score! ... Non, non, ce n'est pas mal du tout.... Plus interactif ?... Ah bah ça tombe bien ! Coup de chance, j'ai par hasard Keyflower dans le panier... Ah! Oui un classique! La preuve, tous les ludochons ont été forc...- y ont déjà joué ... Tu ne connais vraiment pas ?... Bon je vais essayer d'harponner de te trouver un ou deux autres innocents joueurs "...

Si le nouveau ludochon résiste à ce traitement, il arrive d'ordinaire à la séance suivante avec une certaine... méfiance. Là, il regardera avec attention les joueurs présents et posera bien plus de question sur le contenu exact des boîtes qu'on lui proposera... Cela devrait l'amener à la réaction suivante, quand il tentera de raconter sa séance à son conjoint :
"- Alors c'était bien ?
- Je ne sais pas j'étais entre un type sympa avec la barbiche de Fu Manchu qui hurlait toutes les deux minutes "Il est terrible ce jeu, j'adore" et un autre type sympa qui renchérissait avec des "C'est le jeu du salon"...
- Il était aussi bon que cela ?
- Je ne t'ai pas dit, le troisième non moins sympathique ajoutait systématiquement "Mais non! C'est cheaté cette carte"
- Il était comment finalement alors le jeu....
- Bah, il était.... Euh.... bon".

Roll for the galaxy Roll for the galaxy - on a de grands fans chez nous...

À ce stade, nous avons déjà sélectionné les plus enthousiastes (ou les plus masochistes), et il convient alors de les présenter aux grands anciens... C'est souvent David qui s'y collera...
"- Règles complexes mais pas trop ? Gestion ? Mais pas trop ? Pas Keyflower ? À toi aussi ! Bon jeu ? Mais pas trop ?!?!
- J'ai un truc mais tu veux t'investir un peu dans un jeu ?"
Bien sûr, le nouveau ne réapparaitra qu'au terme d'une petite campagne de Star wars Assaut sur l'empire de 15 ou 16 séances...
À ce terme, normalement, on aura un ludochon pleinement opérationnel ! Cela se ressentira d'ailleurs sur son choix de jeux et de partenaires mais tout ne sera pas encore parfait...
"- Il est super ce jeu ! Vincent, on peut le trouver où ?
- Euh c'était un Kick starter coréen accessible uniquement via Tor.
- Ah..."
Ou encore ,
"- Tu aimes les protos ?
- Pourquoi pas
- Bon, voilà les ciseaux... Tu vas voir c'est un super jeu"
C'est à ce moment qu'il convient de lui présenter les autres ludochons, ceux qu'il n'a pas encore rencontré, nos joueurs et joueuses sympathiques et placides et là normalement il devrait trouver que le voyage valait la peine....

Maintenant l'affluence de nouveaux joueurs ne nous rend pas toujours capables de leur faire profiter de cette belle formation.... Qu'ils ne renoncent pas, cela vaut le coup !

Not alone Not alone - C'est comme chez les ludochons, tu n'es pas seul et... on va s'occuper de toi!

Les jeux

  • Blood Rage (Eric Lang chez Edge)
  • Bruxelles 1893 (E. Espreman chez Pearl games)
  • DC Comics Deck-Building game (Ben Stoll et Matt Hyra chez Cryptozoic Entertainment)
  • Kingdoms (R. Knizia chez Fantasy Flight Games)
  • Not alone (Ghislain Masson chez G.A.G.)
  • Pairs: Girl Genius Muses Deck ( James Ernest - Paul Peterson chez CheapAss games)
  • Roll for the galaxy (Wei-Hwa Huang, Thomas Lehmann chez Gigamic) x 2
  • Seafall (Rob Daviau, JR Honeycutt chez Ironwall games)
  • Prototype Bankiiiz



Les joueurs

  • Thomas, Stéphane (3), Yannick (2) et XXXXX en collants
  • Zaggus et deux nouveaux sur Kingdoms
  • Bertrand, Davy, Frédéric, Raphaël sur Roll for the galaxy
  • Bertrand II, Franck, Jean-Jacques etManu sur Blood rage
  • Laurent, Nelly, Nicolas, Noémie, Olivier à Bruxelles
  • Éric, Jean-Philippe, Vincent (Possom) et Suzel sur Seafall


Bloodrage Bloodrage - pour laisser aux jeunes les moyens d'exprimer quelques pulsions ;-)

vendredi, septembre 8 2017

7 septembre 2017 - Jeux d'ambiance ?

On voit parfois apparaître, dans le monde ludique, de bien curieux noms pour définir tout un tas de "petits jeux". Ainsi un certain nombre des piliers de nos ludothèques ont été baptisés suivant les époques, les modes et leurs caractéristiques, de "jeux d'apéro", de "p'tits jeux", de "jeux d'ambiance" , et autres anglicismes comme "fillers" ou "Party games"...
Qu'on le veuille ou non, ces appellations ne sont pas toujours mélioratives et bien souvent un léger mépris teinte ces dénominations, perception relayée d'ailleurs par les joueurs qui vont, le plus souvent, s'étendre sur le "vrai" jeu qui a constitué l'essentiel de leur soirée et oublier ces jeux de format court qui ont participé à celle-ci.

Impérial Impérial - 6 conspirateurs penchés sur le plateau avec des mines soucieuses...

Cette soirée n'échappait pas ce phénomène puisque le moment important de la soirée pour plusieurs joueurs s'organisait autour d'Amun-Re, d'Impérial, d'Olympos ou autre Hansa Teutonica et il faut bien avouer que ces jeux ont des qualités... Or même si les joueurs sur certaines de ces tables gardent des mines appliquées ces jeux ne sont pas sans ambiance. Quelques tours pendables et mouvements audacieux forcent l'admiration et poussent les joueurs à s'esclaffer bruyamment.... Mais alors pourquoi ces jeux ne seraient pas des jeux d'ambiance ? Et pourquoi réduire les petits jeux à cette notion ?

Thunderbirds Thunderbirds - Débat classique chez les vieux fans... Pourquoi leurs vaisseaux restent iconiques ?

Avouons que c'est surement aussi que les jeux "courts" sont, souvent (quoique), moins exigeants intellectuellement / calculatoires (cela dit sans mépris), mais cela ne signifie pas pour autant que leur valeur ludique est moindre. Par ailleurs, s'ils se basent sur d'autres mécanismes et d'autres notions qui ne sont pas sans intérêt (culture, vocabulaire, association d'idées, observation,...) ils génèrent souvent une belle ambiance et aussi souvent une interaction bien plus forte entre les joueurs. Là, se trouve aussi, parfois, un autre paradoxe ludique, celui de joueurs qui reprochent souvent le manque d'interactions sur certains "gros" jeux mais qui vont s'éloigner de ces jeux courts réellement interactifs....

Il fallait par exemple voir hier des joueurs chevronnés après de hautes luttes prendre bien du plaisir sur "We are the word" pour se dire qu'au delà des catégories, il y a, avant tout, le plaisir ludique.

20170907_we_are_the_word.jpg We are the word - vous devriez comprendre le principe...

Bref il est peut être prudent en ces matières de se tenir à la notion un peu politiquement correct de "format" et d'avouer que chez ludochons nous jouons à tout un tas de jeux de (bonne) ambiance ayant des formats très variés....

Les jeux

  • Amun-Re (R. Knizia chez Super meeple)
  • The Castles of Burgundy : Le jeu de dés (S. Feld et C. Toussaint chez Alea)
  • Hansa Teutonica (A. Steding chez Argentum Verlag)
  • Imperial (Walther Mac Gerdts chez Eggertspiele)
  • Kingdom Builder (D. Vaccarino chez Queen Games)
  • Olympos (Philippe Keyaerts chez Ystari)
  • Thunderbirds (Matt Leacock chez Asyncron Games)
  • We are the word (Ludovic Roudy and Bruno Sautter chez Asmodée)



Amun re Amun- Re - Magnifique ré-édition d'un classique de Knizia

Les joueurs

  • Bertrand, Jori, Vincent (Bibou) et Zaggus sur Amun-Re
  • Christophe, David, Nelly et Yannick sur Thunderbirds
  • Bertrand II, Davy, Éric, Frédéric, Guillaume et Vincent (Possom) sur Imperial
  • Davide, Jean-Jacques, Manu et J_ai_oublié sur Olympos
  • Alain, Magali et Maude sur Hansa teutonica
  • Laurent, Noémie, Olivier et Stéphane (3) sur Kingdom builder


Kingdom builder Kingdom builder - pour initier quelques ludochons à ce jeu léger mais pas sans qualité

- page 1 de 122