Mot-clé - Rosenberg

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi, novembre 4 2017

9 novembre 2017 - God save the John !

Depuis quelques temps, vous avez surement noté les premiers billets de notre ami (avant la lecture de ce billet) John, citoyen britannique (cela arrive, même, à des gens très bien), et membre des ludochons (cela n'arrive qu'à des gens très bien!). Vous aurez noté aussi, et c'est un biais bien compréhensible, qu'il en profite parfois pour vanter les mérites de sa mère patrie (la "perfide Albion" tout de même). Ce blog étant un "modèle de probité intellectuelle", nous devons cependant, à notre lectorat, de remettre les choses en perspective.

Commençons par le nom de "Grande Bretagne"! Quand on sait tout le mal qu'il faut penser de la Bretagne, affubler son nom de "Grande" parait une démarche sidérante, mais finalement on comprend cet usage si on note que cela fonctionne de la même manière que "banditisme" et "grand banditisme"... Pensez-vous que le grand banditisme soit meilleur que le banditisme ? Non! C'est pire ! me direz-vous. Et bien, c'est pareil, la Grande Bretagne c'est littéralement, la Bretagne en pire ou le pire de la Bretagne... Cela en devient vertigineux pour le coup!

Twilight struggle Twilight struggle - L'Angleterre à gauche, point d'entrée des US en Europe

Bien sûr, on me dira que j'exagère un peu et que souvent ces deux grandes nations (enfin surtout une), ont fixé des standards que le monde entier a repris. C'est vrai!
Regardez la cuisine anglaise et, la cuisine française passent, toutes les deux, pour des références, bien que légèrement différemment.
Exemple unique ? À une époque plus sexiste, on aurait surement ajouté l'élégance féminine, mais on se contentera d'évoquer, par exemple, le système métrique...

On me dira, aussi, que je prends des exemples spécifiques et bien trop franco-français ? Bon essayons avec des belges. Prenez un belge (on en a au club, c'est pratique), proposez lui de boire une bière un soir, vous verrez qu'immédiatement il se fera plus loquace et sympathique et que vous verrez briller dans sons oeil une lueur de joie sincère.... Apportez lui alors une "Ale" britannique et vous verrez instantanément son oeil s'éteindre, il n'est même pas tout à fait impossible qu'il vous demande une bière pour s'en remettre...

Bien sûr, nous sommes "un peu dur", et il faut être plus pondéré, notre maître à tous Alexandre Vialatte a très bien résumé ce qu'il convient de penser de l'anglais :

"Les anglais sont timides, charmants et monotones. Un peu comme du veau de choix dans une assiette de fleurs. Le français doit tirer son charme de lui-même, l'anglais le tire de l'Angleterre. Et c'est toujours le même, mais on ne s'en lasse jamais. Car il repose comme un fauteuil de cuir, en face d'un bouquet de roses qui se reflète dans une table à côté de la théière d'argent. Les anglais ont des souliers jaunes qui sentent la litière de pur-sang ; ils les agitent sur des pelouses en tapant sur des boules avec de longs bâtons. Ils font bouillir le gigot du mouton et le mangent avec de la menthe. Ils parlent un langage que personne ne comprend. Bref, ils sont purement britanniques. Debout sur les pattes de derrière, ils contribuent avec le kangourou à faire de notre brumeuse planète un astre étrange et merveilleux peuplé d'êtres inexplicables."


Puisque vous regardez le doigt, un aparté; je vous précise qu'Alexandre Vialatte est un écrivain (merveilleux "Battling le ténébreux" et très joli "Fruits du Congo"), traducteur (de Kafka) et auteurs de centaines de chroniques savoureuses. Accessoirement il a même écrit un livre sur le Dauphiné! Si certains trouvent quelques charmes à nos chroniques, c'est qu'ils ne les ont pas encore mesurées à l'aune de celles du maître... Si vous hésitez devant les deux tomes de l'intégrale des chroniques, je vous conseille de plutôt commencer par les recueils notamment "Et c'est ainsi qu'Allah est grand" , car c'est ainsi que Vialatte concluait ses chroniques fameuses à une époque où cette interjection évoquait les charmes de l'orient et les mystères des terres d'outre méditerranée, alors qu'aujourd'hui, triste civilisation, rechercher ce nom vous vaudra peut-être plus d'être fiché à la NSA (Vialatte en aurait surement fait un beau billet).

20171109_sw_destiny.jpg Star wars Destiny - un anglais lui mettra des protège-cartes "My little pony". Si!

Bon, abandonnons à regret Vialatte et revenons à John ! Si on doit donc lui pardonner certains excès à cause de cette étrangeté, cet olibrius abuse de ce droit puisqu'il tenterait même de rallumer une prétendue querelle entre normands et anglais... Vous l'avouerez ,c'est impossible!
Pour qu'il y ait querelle il faut deux rivaux de même force et il est évident que le normand a définitivement clos les velléités anglaises à Hastings... Harold pensait alors que la couronne lui faisant de l'oeil, un normand facétieux planta, derechef, sa flèche dans le sien, ce qui réduisit d'un coup à rien, à la fois sa vision glorieuse et son espérance de vie.
Mais voilà, fier de son succès, le normand décida, erreur incompréhensible, de s'installer et de devenir roi d'Angleterre ! Quand on est Duc de Normandie (la plus belle terre du monde), pourquoi devenir roi d'une terre qui fonctionne comme un étron maléfique ? "Si tu mets le pied dedans, ça tourne mal"... Il ne fallut que quelques ducs normands pour s'en apercevoir! L'Angleterre corrompt tout ! Regardez le destin de tout ceux qui ont tenté de la conquérir!

Faut-il, pour autant, en vouloir à John ? Surtout pas! Cela ne serait guère miséricordieux, mais plus encore, en appliquant les sain(t)s principes de l'Éducation Nationale, nous lui attribuerons plutôt une gommette verte pour bien saluer les efforts faits en quittant son île impie (Henri VIII et l'anglicanisme ! Quel dommage de ne pas avoir plus de temps !) et en se vouant à la pratique ludique... Oui cet homme est sur la voie de la rédemption...

Pour l'aider, il est possible que nous lui offrions même ici une zone dédiée où ses billets viendraient soit en remplacement soit en complément de nos traditionnelles billevesées... J'en vois déjà qui s'arrachent la peau en hurlant à la mort.... Je sais, je sais... Mais la France, on le dit souvent, se doit d'être une terre d'asile (d'aliénés anglais ?)
(Marseillaise en fond sonore, Si si ! Ou alors pour les plus curieux celle-là! Hein étonnant, non?)

Pour les moins attentifs, précisons que l'auteur a pensé à cette chronique planté dans ses brogue, en duffle-coat, en mangeant des Jelly babies, un livre d'Evelyn Waugh dans la poche (faudrait vous parler de lui aussi!) en susurrant "I'm a lumber jack and I'm OK".

Au fait c'était la soirée jeux à deux... Cool, ouais assez... Jeaux à deux Jeux à deux - une série d'affrontements !

Les jeux

  • Andor : Chada & Thorn (Gerhard Hecht chez Iello)
  • Bubblee Pop (Gregory Oliver, Bankiiiz Editions)
  • Les Cités Perdues (R. Knizia chez Filosofia)
  • Earth Reborn (Chris Boelinger chez Ludically)
  • The Game: Are you ready to play The Game? (Steffen Benndorf chez Oya)
  • Kamisado (Peter Burley chez Huch & friends)
  • La légende des cinq anneaux JDC (Fantasy Flight Games)
  • Star Wars Destiny (Corey Konieczka et Lukas Litzsinger chez Edge)
  • Terres d'Arle (Uwe Rosenberg chez Filosofia)
  • Twilight struggle (A. Gupta & J. Matthews chez GMT)
  • Warhammer Underworlds: Shadespire (Games Workshop)

Terres d'Arle Terres d'Arle - Les jeux à deux c'est des petits jeux ? Mmm, je vais te montrer un truc... (Pouf, pouf!)

Les joueurs

  • Vincent et Olivier
  • Cyril et John
  • David et Jean-Jacques
  • Bertrand et Raphaël
  • Bertrand II et René
  • Yannick (Lego) et Noémie
  • Laurent, Davy et Éric

Shadespire Shadespire - on a même des nouveautés et des jeux de figurines !

vendredi, avril 14 2017

13 avril 2017 - Les élections sont-elles jouées ?

Je vois déjà certains de nos lecteurs se crisper sur leurs claviers ou leurs smartphones, en murmurant des "non, pas eux!". Mais si ! Il est difficile, en effet en ce moment d'éviter une sorte de frénésie médiatique et même générale autour de ces élections présidentielles et le monde ludique devrait "normalement" s'en faire écho.

D'ailleurs dans ce blog, nous avions déjà par le passé pris à la légère l'élection américaine avant de retrouver brutalement une certaine gravité, et les leçons du passé nous inviteraient donc plutôt à prendre les choses au préalable avec une certaine gravité, pour pouvoir par la suite vivre avec une certaine légèreté (Zut, on dirait presque un message politique subliminal à la légèreté du parpaing!).


À la gloire d'Odin À la gloire d'Odin - Entraînement pour les élections ? Oui, choisir n'est pas facile...

Attention, nous ne voulons nullement transformer notre vénérable association en succursale locale de tel ou tel candidat, ou plus surement en un lieu de pugilat où les différents membres nantis de convictions diverses tenteraient d'imposer leurs vues; éventuellement, en cas de résistance, en faisant manger à leurs contradicteurs, leur jeu préféré pièce par pièce! À titre conservatoire, je n'emporte cependant plus que Love letters en admirant la courageuse inconséquence des amateurs de Conan, Scythe et autre à la gloire d'Odin...

Au fond, le ludochon prétendant être un animal civilisé, il accordera plutôt à son condisciple, le droit d'avoir d'autres préférences que lui. D'ailleurs, dès lors que vous aurez admis les fautes de goût ludique criantes de vos voisins ;-), la divergence politique n'est qu'une petite marche à franchir!
Non, il serait plutôt question de se demander si les élections inspirent les joueurs et les créateurs...
Là, la réponse est assez décevante ! Si on considère l'intérêt et la couverture médiatique d'un tel événement, le nombre de jeux qui semblent y être consacrés est très faible, et la plupart sont, qui plus assez, médiocres.
En Europe (la France ne suffirait même pas), on peut cependant citer quelques titres ayant tiré leur épingle du jeu comme l'inénarrable "Casse-toi, pov'con !" ou le fameux Copycat. Bref, de ce côté ci de l'Atlantique, il semble que les élections produisent assez peu de bons jeux et pas mal de jeux de "circonstances" (Des thunes et des urnes, Democrazy, Aux urnes citoyens ! ...).

Terraforming Mars Terraforming Mars - militer pour la poursuite des programmes de recherche spatiale ?

Certains ludophiles évoqueront parfois aussi "Election USA" pour son auteur britannique Martin Wallace, ce qui nous permet aussi de remarquer que de l'autre côté de l'Atlantique, les élections ont l'air d'être prises très au sérieux (uniquement ludiquement parlant visiblement).
Difficile de savoir pourquoi les élections américaines seraient un meilleur sujet ludique que nos propres élections : élections plus typiques, bipartisme plus propice, effet géographique plus marqué,... Les raisons peuvent se multiplier! Qu'importe, on verra rapidement qu'on peut citer plusieurs bons jeux dont le fameux 1960: The Making of the President, mais aussi Campaign Trail ou encore Divided Republic (sur une période plus ancienne) et encore il faudrait compléter par Campaign Manager 2008, Mr. President, Road to the White House, Swing States 2012...

Quoi qu'il en soit, il est surement préférable de nous souhaiter de bonnes élections plutôt que de bons jeux sur les élections... (Le parpaing vole bas aujourd'hui !)

Hier cependant à 10 jours du scrutin, les ludochons jouaient encore innocemment, quoi qu'à des jeux plutôt trapus dans l'ensemble...

Alien frontiers Alien frontiers - un jeu d'influence...

Les jeux

  • À la Gloire d'Odin (Uwe Rosenberg chez Filosofia)
  • Alien frontiers (P. Burzykowski, K. Chakroun, M. Maxwell chez Clever Mojo Games)
  • Comuni (Acchittocca, Virginio Gigli chez HUCH! & friends
  • Inis (Christian Martinez chez Matagot)
  • Magic Maze (Kasper Lapp chez Sit down !)
  • Profiler ( Romaric Galonnier chez Cocktail Games)
  • Terraforming Mars (Jacob Fryxelius chez Fryxgames)

Les joueurs

  • Bertrand, Guillaume, Jean-Philippe, et Raphaël sur un jeu qui fait mal comme un marteau de guerre sur l'occiput
  • Olivier, Vincent (Bibou), Vincent (Possom) et Yoann, version total recall
  • David, Manu, Noémie et Thomas en celtes conquérants
  • Aline, Sandra , Jori, et Zaggus entre de grands auteurs de SF
  • Alain, Bertrand II, Frédéric et Stéphane II en faucheurs
  • Jean-Jacques et Michaël en communards.

20170414_magic_maze.jpg Magic Maze - Des élections ? Perdus, tirant chacun dans notre direction mais au final ensemble

vendredi, mars 10 2017

9 mars 2017 - On ne sait même pas polémiquer !

Il faut bien l'avouer, ce prétendu blog ludique édifié à la seule gloire des ludochons, valeureux servants de la cause ludique dans le Nord-Isère a bien des qualités (universellement reconnues... chez nous). Celle, par exemple, d'évoquer d'illustres inconnus (d'ordinaire à contre-emploi) ou encore de s'intéresser à des sujets qui mériteraient de rester dans la tangue (comme par exemple la tangue), mais malgré donc ces évidentes qualités, il lui manque un élément (apparemment) essentiel du monde ludique : la polémique.

Ainsi de temps en temps, comme si de puissants courants de subduction (cette chronique, comprenez le, sera "minérale" et "géologique") étaient à l'oeuvre, des continents ludiques semblent devoir se frotter puissamment comme de nobles plaques tectoniques, secouant par ce biais l'ensemble du fragile édifice ludique.

Mare nostrum Mare nostrum - Autour du Vésuve, il y a du monde....

Il semble bien en effet que cette pratique soit gravée dans le marbre et que son déroulement soit quasiment codifié. L'épicentre parait d'ordinaire innocent, il peut s'agir d'une parution, de la remise d'un prix, du coût d'un jeu, d'une traduction improbable, d'une différence de vue sur le business ludique pour que l'onde de choc commence à se répercuter....

Et le joueur n'est pas de bois, il n'a pas non plus la souplesse du roseau de la Fontaine, il serait plutôt du genre roc granitique... Et quand on le secoue bien fort il pourrait avoir tendance à devenir cassant...

Notez bien qu'avant de se lancer dans le combat de catch dans l'argile, il va toujours prendre le soin de dire qu'il ne veut pas polémiquer, non jamais... C'est juste que si on ne le grattouille pas dans le sens de la veine, il explose et est forcé de projeter quelques bombes (volcaniques) bien senties...

Great western trail Great Western Trail - la ruée vers l'or (encore des minéraux)

Forcément, là se mettent en oeuvre des effets d'entrainement, des zones tranquilles se trouvent projetées dans la lumière, sans dessus-dessous. D'autres se trouvent coulées dans le bronze ou la lave en un temps record. Telle la Californie, la communauté ludique est morcelée, par des failles qui paraissent définitives.

Petit-à petit, cependant, les choses retournent à la normale, le basalte s'effrite et les cultures reprennent leurs droits et paradoxalement la volcanique pierre ponce qui va servir à rendre les choses plus douces,... En attendant la prochaine éruption.

La polémique semble donc constitutive de l'univers ludique et curieusement les ludochons, eux qui se pensaient "gros joueurs" se révèlent... nuls en ce domaine ! Regardez-les à l'occasion du dernier salon de Cannes ! Des piliers du monde ludique se sont parfois échauffés, invectivés, mais le ludochon lui reste de glace, indifférent et pour tout dire minéral.
Pourquoi ? Parce que, même si c'est bon pour le buzz, cela va nous faire perdre du temps de jeu, et cela c'est trop précieux pour nous... Bref, polémiquez-moins mais jouez plus !

Donc hier nous avons joué, nombreux, et sans trop d'éclats de voix...
Caverna Caverna - collecter des minéraux

Les jeux

  • L'arbre ( Simon Havard chez Asyncron)
  • Bubblee Pop (Gregory Oliver, Bankiiiz Editions)
  • Castles of Mad King Ludwig (Ted Alspach chez Bézier Games)
  • Caverna (U. Rosenberg chez Filosofia)
  • Dice city (Vangelis Bagiartakis chez AEG)
  • Flamme rouge ( Asger Harding Granerud chew Lautapelit)
  • Great Western Trail ( Alexander Pfister chez Stronghold games)
  • Mare Nostrum + extensions (S. Laget chez Asyncron)
  • Unlock! (Cyril Demaegd , Thomas Cauet et Alice Carroll) chez Space cowboys

Les joueurs

  • David, Guillaume, Suzel et XXXXX
  • Marie, Magali, Nelly et Philippe
  • Bertrand II, Davy, Raphaël et Vincent (Tcho)
  • Stéphane et XXXX
  • Bertrand, Frédéric, Vincent (Bibou) et Yoann
  • Amélie, Jean-Jacques, Manu, Olivier, Vincent (Possom) et Zaggus


Castles of mad king Ludwig Castles of mad king Ludwig - retour de cet ancien succès chez les ludochons avec pas mal de pierres de taille

- page 1 de 15