Mot-clé - Benndorf

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, février 28 2020

27 février 2020 - révolutions oubliées

Les révolutions exercent dans nos sociétés modernes une certaine fascination, soit qu'on s'en réclame ou qu'on s'en méfie, ou qu'on exalte ses réalisations ou qu'on discute du côté contrasté de leurs bilans. D'aucuns prennent un certain plaisir à se réclamer de tel ou tel, ou de s'y opposer et de rejouer sans risque et sans terreur, les grandes heures des révolutions, en prenant des pauses de matamore (bien au chaud cependant).

Pourtant, il est une révolution (en fait des révolutions) qu'on a tendance à oublier: la révolution industrielle! Et oui depuis qu'Adolphe Blanqui a défini ce terme en plein milieu du XIXème siècle, cette révolution est devenue un sujet d'études, mais ils sont rares, ceux qui s'en réclament ou tentent de se rapprocher de ses grandes figures ! Quelles figures d'ailleurs ? Des ingénieurs, des agronomes, de grands propriétaires, des capitaines d'industrie, des analystes économiques ? Pas facile...

Age of industry, fév. 2020 Age of industry - le charbon et l'acier, cela donne peu de bleu sur la carte !

Cette révolution est d'ailleurs un défi à la définition quand commence-t-elle vraiment? Quels sont ses moteurs (démographie, révolutions agricoles, révolutions techniques, progrès de la connaissance, un peu de tout) ? Elle n'a même pas la gentillesse d'être uniforme en prenant des formes diverses suivant les pays (notamment en France en raison par exemple du morcellement des terrains dû à la Révolution) et de ne pas pouvoir se résumer aussi facilement à quelques formules (comme le "take off") pourtant intelligentes, tout cela sans compter ses propres paradoxes (les progrès du savoir et de la scolarité alors qu'on exploite à grande échelle les petites mains)....

Bref, chez les ludochons qui ont des avis souvent très différents sur tout un tas de sujets et bien, on n'a jamais vu un ludochon se pointer avec un T-shirt "Viva la révolution industrielle", et pourtant cette révolution a bien changé nos vies, mais on ne s'y intéresse souvent que par rapport avec son impact social!
Il y a plus fascinant encore, les ludochons et les joueurs en général adorent la révolution industrielle, sans en avoir conscience !

Combien de jeux de civilisations ? Combien de jeux sur le développement des trains au XIXème ? Brass nous rappelle même fort pertinemment que la révolution débute via les canaux! Les joueurs parcourent cette période avec méthode, sans en avoir conscience, alors qu'ils tracent avec attention des réseaux ferrés ou d'énergie...

Barrage, fév. 2020 Barrage - la révolution industrielle c'est aussi une puissante révolution énergétique!

Il y a encore quelque chose de plus drôle encore ! Enfin c'est très relatif mais si vous avez tenu jusque là vous sentez déjà que l'on ne risque pas de rire aux éclats aujourd'hui.... Comment s'appelaient certains opposant aux progrès en Angleterre ? Les Luddistes. Si!

Ned Ludd, à la fin du XVIIIème siècle lança un mouvement en cassant des métiers à tisser, pour revenir aux métiers traditionnels... (Ouaip ça fait un peu moins rêver de nos jours sauf si vous aimez filer la laine). Bref les luddistes s'opposaient à la révolution industrielle que les ludistes pratiquent assidûment...

Est-ce que nos ludochons qui jouaient à Age of Industry ou à Barrage pensaient à cela alors qu'ils combinaient leurs ressources ? Pas sûr (sauf à être largué mais ceci est une autre histoire !)

J'ai bien essayé de me persuader de faire rentrer les différents types de cabanes de The Grimm Forest, dans le développement de révolutions techniques par la mise en place du capitalisme dans l'univers des contes mais j'ai eu un doute...
Russian railroad, fév. 2020 Russian railroad - Curieusement le jeu évoque peu les goulags qui servaient à construire les lignes les plus improbables....

Les jeux

  • Age of Industry (M. Wallace chez Tree frog games)
  • Barrage (Simone Luciani et Tommaso Battista chez Cranio Creations)
  • Geschenkt - Non Merci (T. Gimmler chez Amigo)
  • The Grimm Forest (Tim Eisner chez Druid city games)
  • Isle of Skye: From Chieftain to King (A. Pelikan & A. Pfister chez Mayfair games)
  • Just One (Ludovic Roudy et Bruno Sautter chez Repos Prod.)
  • Kanagawa (Bruno Cathala, Charles Chevallier chez Iello)
  • Res Arcana (Thomas Lehmann chez Sand Castle Games)
  • Russian Railroad (H. Ohley & L. Orgler chez Hans im Glück)
  • Salade 2 points (Molly Johnson, Robert Melvin et Shawn Stankewich chez Gigamic)

Les joueurs

  • Alain, Noémie, Philippe et deux nouveaux Mathieu et Charlotte.
  • David, Stéphane 3 et Vincent (Tcho)
  • Guillaume, Natacha et Séverine
  • Éric, Maude, Vincent (Possom) et une invitée Sandrine (de l'est)
  • Bertrand II, Davy, Frédéric II et un invité Jérôme.
  • Cyril, Joëlle, Suzel et Olivier


Isle of Skye, fév. 2020 Isle of Skye - Back to basics... Whisky et Aberdeen-Angus !

vendredi, juin 14 2019

13 juin 2019 - Le Gange qui dérange

Hier soir, le Gange était de retour.... En stéréoscopie!
Non, non, ne partez pas! Nous n'allons pas vous refaire les coups des images en 3D que vous ne pouvez pas voir (même pour faire une exclusivité mondiale), c'est juste qu'hier, Rajas of the Ganges était disponible sur deux tables, ce qui fait qu'après une apparition lors du dernier de nos week-ends, ce jeu de 2017 semble être rentré dans la liste des classiques chez les ludochons....
Cela peut se comprendre, sachant qu'il multiplie les points favorables, deux auteurs bien connus, des couleurs chaudes, un mécanisme classique (de la pose d'ouvriers) mêlé à quelques originalités comme le croisement des pistes de score, le tout sur fond d'un exotisme indien bon teint.

Dans l'absolu, le Gange peut effectivement être une source de rêveries pour ceux qui ont grandi avec la prose de Kipling (sans faire trop attention à l'époque et encore maintenant, au fait que l'Inde est multiple et en passant par dessus les quelques notes impérialistes qui parsèment ces joyeuses aventures).
Qui plus est le Gange est censé naître dans la chevelure de Shiva, ce qui est quand même bien plus élégant que le Pla de Beret ou le Mont de Gerbier de Jonc! Si on se souvient, en plus, que s'y plonger doit procurer une grande sagesse, cela ne peut que vous pousser à y mettre orteil et pour le ludophile à vouloir y jouer!

Rajas of the Ganges Rajas of the Ganges - Deux saveurs avec ou sans extension (sans ici)

Curieusement Wikipedia, nous précise aussi que le Gange c'est, chaque jour, "le dépôt des restes de quelque 475 cadavres humains ainsi que de 1 800 tonnes de bois utilisées pour les crémations, auxquels s'ajoutent les 10 000 carcasses d'animaux qui y sont abandonnées, ce qui est une importante cause de pollution". Pour le coup c'est un brin moins rigolo et léger et curieusement le design passe un peu sous silence ces éléments comme les tortues charognardes qui n'ont même pas le temps de faire leur besogne, ayant elles finies dans le ventre des indigents...
Bref, on peut se plonger dans le Gange pour atteindre la sagesse mais il faudra sûrement que vous l'utilisiez abondamment, (cette sagesse), par la suite, lors de vos visites chez le dermatologue. Il est certain que ce genre d'illustrations aurait nui aux ventes du jeu, mais finalement, cela aurait été assez représentatif de l'attitude de l'être humain, toujours prompt à s'émerveiller, en toute bonne foi, sur les beautés de la nature... Avant d'aller faire caca dessus!

Pour ne pas céder à cette morosité, Les ludochons, eux, se contenteront de faire rouler dans leur esprit, et donc sans (trop) nuire à leur bilan carbone, ces noms (Rajas, Gange, Brahmapoutre) qui peuvent faire naître de belles images dans un monde assez virtuel...

Caylus Caylus - avec les meilleurs des ludochons !

Après tout, on peut rêver aussi plus prêt de chez nous comme à Caylus, (de retour).. Quoi que, si on évoque sur les joueurs autour de la table (Bertrand II, Davy, Guillaume, et Raphaël), on se dit qu'il ne fallait sûrement passer trop de temps à rêvasser, sauf à vouloir se retrouver aux pieds des murailles, sous un déluge de poix chaude (pas d'huile, trop chère!)...

Bien sûr toutes ces réflexions sont un peu perturbantes pour certains des ludochons, certains se tourneront vers le Culte de quelques divinités discutables, alors que d'autres reviendront à des valeurs plus sûres comme Solenia ou Dragon Castle, quoi que Stéphane ait décidé de faire douter ses partenaires de jeux par l'adoption de stratégies alternatives dont il a le secret, avant de donner au moment du calcul des scores des additions de chiffres aléatoires qui ne correspondent en rien à son score réel (qu'il donnera par la suite) ...

Heureusement, il reste des ludochons épris de sérieux avec Escape Plan, un bon gros jeu de Lacerda (un pléonasme ?)

Songbirds Songbirds - Attention au blackbird

Les jeux

  • Caylus (William Attia chez Ystari Games)
  • Culte (Konstantin Seleznev chez Bragelone)
  • Dragon Castle (L. Silva, H. Hach et L. Ricci chez Horrible Games)
  • Escape Plan (Vital Lacerda chez Eagle Gryphon Games)
  • The Game: Are you ready to play The Game? (Steffen Benndorf chez Oya)
  • Geschenkt - Non Merci (T. Gimmler chez Amigo)
  • Rajas of the Ganges (Inka & Markus Brand chez Huch!) x2
  • Roll for the galaxy (Wei-Hwa Huang, Thomas Lehmann chez Gigamic)
  • Solenia (Sébastien Dujardin chez Pearl Games)
  • Songbirds (Kotori Neiko chez Pixie Games)

Les joueurs

  • Manu, Noémie, Suzel, et Victor
  • Elsa, Philippe, Olivier et Vincent (Bibou)
  • David, Rémi, et Vincent (Possom)
  • Bertrand II, Davy, Guillaume, et Raphaël
  • Cécile, Magali et Stéphane (l'aff)
  • Antonio, Cyril, Cyril (Atom) et Renars


Escape plan Escape plan - Se sauver prend du temps !