Mot-clé - Quartermaster

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, novembre 8 2019

7 novembre 2019 - Les francs-maçons et le jeu !

Rien qu'en lisant le titre de ce message on sent déjà que certains des ludochons, vont manquer de s'étouffer en buvant leur thé (ou leur café) et murmureront un légitime "Oh pétard!".
Rassurez-vous, on va vous expliquer tout cela !

Il y a une quinzaine d'années (c'est à dire, il y a très très longtemps), avant les réseaux sociaux et alors qu'internet balbutiait encore un peu, la source principale d'information pour nombres de nos concitoyens était la presse, nous utilisons le passé car combien de personnes déplient encore de bon matin leurs quotidiens dans le TER ou le métro ? Parfois, à cette époque ancienne, chez les patrons de presse, pour ne pas trop se ruiner en payant le pigiste stagiaire, il fallait faire du chiffre!
On ressortait donc des cartons, les marronniers les plus efficaces, comme, le numéro spécial sur les francs-maçons (où comment la notion de "secret" devient très relative quand on l'expose tous les ans), le palmarès des meilleurs lycées (un vrai soulagement pour le lycéen jurassien de savoir que Louis-le-grand est un bon établissement), le palmarès des urgences (où comment demander à une ambulance de faire 300 kilomètres parce qu'on traite mieux les ongles incarnés dans le nord), les statistiques immobilières (ou tout ce que vous pouvez apprendre en regardant une vitrine d'agence immobilière sans jamais le faire), etc.

À cette époque, on critiquait bien cette tendance à faire dans le sensationnalisme alors que le sujet n'était pas toujours des plus cruciaux.... Heureusement, internet est arrivé, et l'accès direct et large à l'information qui nous préservera désormais de ces excès, des fausses informations et autres discours dogmatiques... Pouf, pouf.

Dreamscape, nov. 2019 Dreamscape - "Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant..."

Et bien remplacez maintenant dans le titre (d'une fantastique absurdité) "Francs-maçons" par "Essen" et vous comprendrez notre drame ! En effet, voici deux semaines que se sont fermées les portes du salon d'Essen et nous avons une fois de plus à faire face à un déluge d'analyses définitives; les premiers bilans du salons tombant quasiment en même temps que les rideau sur cette édition!
Depuis on sent que sur plusieurs blogs ludiques c'est la course! Il faut être le premier à sortir l'article sur le jeu qui buzze, pour récolter le flux des lecteurs et en cas de concurrence être celui qui saura trouver le titre le plus accrocheur, "référençable", et chargé en jeux de mots douteux...

Nous avions déjà mentionné cette citation de Hugo ("Le calembour est la fiente de l'esprit qui vole") et bien il semblerait que dans le domaine ludique certains se soient métaphoriquement transformés en usine à produire du gaz à effet de serre, quoi que par certains côtés ils le soient aussi littéralement. En effet, sur ce dernier point, pour soutenir des discussions assez oiseuses à l'ouverture d'une boîte sur l'épaisseur du carton qui tient les feuilles de score, on vous gratifie parfois de photos en ultra-haute définition d'un meeple (qui vous permet de compter les veines du bois et d'en déduire l'age de l'arbre correspondant) ou de vidéos non-compressées pour tourner autour de la boîte... Sachant que la grande partie des vidéos est regardée sur un mobile avec le son coupé dans les transports en commun, on se demande pourquoi on n'envoie pas directement le texte du sous-titre...

Mais voilà l'internaute moderne veut savoir tout et tout de suite et surtout de rien rater (ce qui produirait un sujet de philosophie pertinent "Peut on passer à côté de l'essentiel en ne ratant rien?"), et pour exister les médias doivent se plier à cette excitation. Cette rage n'est pas innocente et il faut se rappeler que c'est lorsque les jeux envahissent les rayons des vendeurs pour Noël que sortent ces avis, et il ne faut pas douter qu'un avis malheureux s'il ne peut pas définitivement nuire à la carrière d'un bon jeu peut lui porter sévèrement ombrage.

Dernière heure, nov. 2019 Dernière heure - Monsieur Cthulhu! Monsieur Cthulhu ! Un selfie ?

Faut-il critiquer Essen pour autant, ou ces zélateurs trop zélés ? Non, pas forcément... mais chez les ludochons, cela fait quelques années qu'on sait qu'on ne peut commencer un bilan d'Essen que quelques mois plus tard quand on a pris assez de recul sur les différentes boites présentes... Pire, certaines années, on redécouvre, avec une certaine gène, dans les promotions d'Essen et autres invendus, des jeux passés sous les radars et qui acquièrent petit-à-petit un statut de classique...

Aujourd'hui nous mixions donc nouveautés (Dreamscape, Mandala ...) et vieux classiques (Caylus, Hansa teutonica, ...). Jean-Philippe avait même pris l'initiative de ressortir à quelques jours de l'armistice Quartermaster 14-18, histoire de rappeler un temps où on ne faisait pas du foodporn dans les cagnas, où la bayonnette ne servait pas de perche à selfie, et où curieusement quelques hommes, les pieds dans une lourde boue apprenaient durement que la réalité du terrain n'est pas celle des titres lyriques.


Bon, on dit du mal mais le compte-rendu d'Essen par Cécile arrive et ça va être du "lourd" ! Paradoxe de la ligne éditoriale ? Peut-être !
Quartermaster 1914, nov. 2019 Quartermaster 1914 - Une gigantesque absence de réseau social,... la boue et la mort... Mais un très bon jeu!

Les jeux

  • Caylus (William Attia chez Ystari Games)
  • Coup Royal (Vlaada Chvatil chez CGE)
  • Dreamscape (David Ausloos chez Sylex)
  • The Gallerist (Vital Lacerda chew Eagle-Gryphon Games)
  • Geschenkt - Non Merci (T. Gimmler chez Amigo)
  • Hansa Teutonica (A. Steding chez Argentum Verlag)
  • Horreur à Arkham : Dernière Heure (Carlo A. Rossi chez FFG)
  • Libertalia (Paolo Mori chez Marabunta / Asmodée)
  • Mandala (Brett J. Gilbert et Trevor Benjamin chez Funforge)
  • Not alone (Ghislain Masson chez G.A.G.)
  • Quartermaster General: 1914 (Ian Brody chez PSC Games)
  • Small world underground (Philippe Keyaerts chez Days of wonder)

Les joueurs

  • Bertrand II, Cécile, Elsa, Éric, Natacha, et Stéphane (l'aff)
  • Davy, Jean-Philippe, John, Olivier et Philippe
  • Jean-Marc, Manu, Rémi et l'homme invisible
  • Bertrand II, Frédéric, Frédéric II (le bleu prussien...), et Patrick
  • David, Magali, Nelly, et Noémie
  • Alexis, Carole, Marjorie, et Michaël
  • Antonio, Guillaume et Cédric (Atom)


Mandala, nov. 2019 Mandala - exercice esthético-sprirituel ?

vendredi, mars 1 2019

28 février 2019 - La patience n'est plus ludique...

La semaine dernière les ludochons étaient amputés d'une large partie de leurs membres, partis pour la ville de Cannes, et de FdJ. Ceux-ci ont profité d'un temps clément et d'éditeurs expliquant avoir pu faire venir en exclusivité des palettes de jeux par avions pour satisfaire les besoins des joueurs les plus avides...

Gravity superstar Gravity superstar - Le designer bossait chez Haribo avant, non?

Votre serviteur, accroché à son rôle de vieux ronchon, ne peut que s'inquiéter devant cet état de fait où l'on est poussé à se réjouir lorsque l'apocalypse est habillé d'une tenue printanière (enfin par ici, dans le Midwest, le Polar vortex était moins fun). Bref, le climat chauffe et l'être humain met son maillot de bain. Tout cela me rappellerait bien une vieille chanson de Mellencamp
"Hello, all you losers
You've got nothing to fear
This may not be the end of the world
But you can see it from here"

, En fait, après quelques remontants, on arrive à s'abstraire de ces idées moroses pour se demander ce que nous avons fait de la Patience.... La Patience, pas tout à fait une vertu mais quand même une qualité qui voulait qu'on puisse attendre quelque temps sans stress.... J'avais déjà parlé de Binge playing mais voilà que certains joueurs sont pris d'une fièvre acheteuse; à peine le jeu sorti voilà qu'il faut se le procurer. Il n'est plus dans la boutique? On le cherche en ligne. Une option de livraison rapide ? Super !
La vertu capitale du joueur semble parfois être devenue la capacité à se procurer un jeu "Sold Out". Pour y jouer? Peut-être...
C'est parfois à se demander si la qualité des jeux est biodégradable.... Doit-on mettre des "dates limites de consommation" sur les boites des jeux ? Un vieux jeu est-il forcément un jeu moisi (et on ne parle pas que du développement de champignons dans le carton !)
Pourtant, pourtant, il n'y a pas si longtemps, une patience état le synonyme de réussite, synonyme de ces jeux que l'on jouait jusqu'à plus soif dans les moment d'inactivité... L'idée n'était nullement là de trouver la nouveauté mais plutôt d'y retrouver des sensations familières et pour tout dire un certain plaisir.

Je sens bien que certains vont voir là-dedans une resucée de vieilles traditions catholiques (ce qui est une erreur car la patience n'est pas une vertu cardinale, c'est la tempérance et que dans ce cas on pioche aussi dans la tradition platonicienne) et pour ceux-là, nous allons citer Frank Herbert et le bon vieux Dune avec cette citation concernant les Fremens
“The Fremen were supreme in that quality the ancients called "spannungsbogen" -- which is the self-imposed delay between desire for a thing and the act of reaching out to grasp that thing.”
"Les fremens maîtrisaient cette qualité que les anciens appelaient "spannungsbogen" -- qui est le délai auto-imposé entre le désir pour une chose et l'action de réalisation de cette chose"

J'ai parfois l'impression que certains joueurs ne feraient pas long feu dans le désert!

Petite mort Petite mort - parce qu'au final, patient ou impatient....

Ce jeudi, notre patience n'a pas été trop mise à contribution, puisque quasiment toutes les nouveautés de Cannes étaient disponibles mais que les ludochons ont parfois préféré faire tourner de vieilles marmites, joliment culottées (Tzolk’in, Quartermaster General, Thunderbirds,... ).

Les jeux

  • Architectura (chez Game Brewer)
  • Chakra (chez BLAM !)
  • Coimbra (Flaminia Brasini et Virginio Gigli chez Eggertspiele)
  • Gizmos (Phil Walker-Harding chez Asmodée)
  • Gravity Superstar (Julian Allain chez Sit down !) x2
  • The Mind (Wolfgang Warsch chez Nürnberger Spielkarten Verlag)
  • La Petite Mort (François Bachelart chez lumberjacks )
  • Quartermaster General (Ian Brody chez Asyncron)
  • Sherlock Express (Henri Kermarrec chez Blue Orange)
  • Thunderbirds (Matt Leacock chez Asyncron Games)
  • Tzolk’in the Mayan Calendar (D. Tascini & S. Luciani chez CGE )
  • Prototype de Yoann, Jarthello ou Othenac ;-)


Architectura Architectura - Stéphane a fait ses courses à Cannes...

Les joueurs

  • Céline, Suzel, Yoann et fils.
  • Alexis, Carole, Jean-Jacques et Vincent (Tcho)
  • Guillaume, Manu, Rémi et Yannick (Lego)
  • Cyril, David, Raphaella et Renars
  • Cécile, Guillaume², Stéphane (l'aff) et Zaggus
  • Magali, Marie, Philippe et Philippe
  • Davy, Frédéric, Éric, Laurent, Olivier et Vincent (Possom)


Proto Yoann Proto Yoann - "Les jeux de lettres ça ne se vend pas..." Un éditeur qui ne croyait pas non plus aux fourmis à mon avis...

vendredi, décembre 14 2018

13 décembre 2018 - Amis du bon goût ludique...

D'ordinaire, en cette saison, le ludochon écluse les jeux d'Essen à la recherche de ceux qu'il pourrait offrir à Noël et qui ne seraient pas encore épuisés ou en rupture de stock...
Du moins, voilà le paysage auquel nous aurions pu être confronté il y a encore quelques années... Car depuis, certains ludochons, n'ont pas hésité à faire courir un vent de révolte...

C'est peut-être parce que l'époque veut cela, peut-être parce qu'ils ont croisé pas mal de "jaunes" en venant (Michel Pastoureau nous rappelle que le jaune est la couleur de la trahison), où qu'ils ont eu peur de ne pas pouvoir rallier leur club.... (Alors qu'il suffit, comme on me l'a conseillé, de coller un gilet jaune sur son pare-brise; j'avoue c'est assez efficace, mais pas sans risque vu qu'il a tendance à se débattre et à tenter d'attirer votre attention pendant que vous conduisez), ...
Bref quelle qu'en soit la raison certains ont décidé de saboter cette période de Noël chez les ludochons .

Le rôle du fourbe, hier, fut tenu par Jean-Philippe qui après une partie tout à fait classique de Quartermaster General, nous proposa avec un ricanement en coin, qui rappelait celui du Diabolo (Muttley) de notre enfance, de jouer à Lâche pas la savonnette... Rappelons que c'est déjà lui qui nous avait proposé il y a quelques semaines le délicieux Side effects où il fallait déjà se refiler névroses ou autres maladies honteuses... Notons aussi qu'à la table, alors qu'il faisait sa proposition, Zaggus, se tirait / caressait la barbichette avec un sourire pervers qu'on ne rencontre même plus chez les psychiatres détraqués de série Z, puisque c'est à la fois lui qui lui a conseillé et vendu ce jeu ! Je me demande où est le vendu pour le coup!

Lâche pas la savonette Lâche pas la savonnette - chef d'oeuvre de bon goût!

À ce stade, votre cerveau a déjà tenté de faire diversion plutôt que d'affronter la réalité, et vous vous demandez ce qu'il peut y avoir de russe dans Lachpa Laslavo Niet, et même lorsque l'auteur parle de jeu sur le thème carcéral vous vous acharnez à entendre caravansérail...
Non, non, de la soie, il n'y en aura pas ! On serait plutôt dans de sales draps... Draps du modèle un peu rêche qui irriteront vos parties charnues...
Bref le thème est des plus simples : c'est l'heure de la douche et il ne faut pas lâcher le précieux savon... Le jeu de cartes est illustré de dessins d'une certaine naïveté, (dans le trait juste dans le trait) , par un artiste qui a pioché l'inspiration dans les pires salles de gardes des internats de médecine... Bref, les dessins feraient passer les décorateurs de la fistinière (Euh, non, pas de lien là), pour de joyeux poètes bucoliques... Le tout est rehaussé par de joyeuses couleurs, choisies, par dépit sûrement, dans les laisser pour compte d'un nuancier Pantone....

Alors que vous songez déjà à vous laver les mains, vous découvrez que le jeu "se rachète" par de savantes citations tirées souvent des pires nanards du cinéma (Il est rare que quelqu'un vous cite Judge Dredd ou Fast & Furious 7, en société), où on retrouve, parfois, presque avec soulagement, une citation de l'inspecteur Harry (qui n'est pourtant pas connu pour le côté policé de sa prose)...

Le jeu lui respecte son thème... Pas vraiment de gagnant mais à coup sur un perdant... et chacun tente de se débarrasser sa main sans avoir à laisser tomber le savon...
Bref avouons-le, nous avons bien ri puisque le jeu est tellement transgressif que cela touche au grandiose, même si il faut l'avouer vous préférerez le transporter sous un imperméable long et qu'il vous sera compliqué de le sortir (association d'idée douteuse ici) lors du prochain repas de Noël lorsque vous serez présenté à votre future belle-famille....

Coimbra Coimbra - un des jeux qui a le plus tourné depuis Essen...

Heureusement d'autres maintenaient le côté plus traditionnel de nos soirées, parmi eux citons ceux qui se sont assis autour de Coimbra et Dice settlers qui sont pour le moment en tête des sorties post-Essen... Magali continue aussi à pousser Dice Hospital (sans y jouer !). Par ailleurs nos gros joueurs exploraient encore l'univers de projet Gaïa ou celui de Cthulhu avec Horreur à Arham alors que John, en bon anglais craignant le soleil, s'incarnait avec aisance dans le rôle d'un Dracula en balade...

Dice hospital Dice hospital - thème nettement plus consensuel !

Les jeux

  • Coimbra (Flaminia Brasini et Virginio Gigli chez Eggertspiele)
  • Dice hospital (S. Kordonskiy et M. Nudd chez Alley Cat Games)
  • Dice settlers (Dávid Turczi par Pixie games)
  • La Fureur de Dracula (Stephen Hand et Kevin Wilson chez Edge)
  • Gaia Project (H. Ostertag, J Drögemüller chez Z-Man games)
  • Horreur à Arkham JCE (Chez FFG)
  • Lâche Pas la Savonette (Martin Bruun Pedersen chez Don't panic games)
  • Quartermaster General (Ian Brody chez Asyncron)


Horreur à Arkham Horreur à Arkham - Poursuite de la quête pour des aventuriers à la santé mentale de plus en plus fragile...

Les joueurs

  • Alain, AlainCM et John avec des balles en argent (rien à voir avec la savonette)
  • Bertrand II, Frédéric, Jean-Philippe, Laurent, et Olivier en généraux puis en taulards
  • Cécile, Éric, Magali et Vincent (au poil) au Portugal
  • Suzel, Vincent (Bibou le coyote) et Yannick (Lego) en colons cubique
  • Christophe, Elsa, Noémie et Philippe en médecins
  • Davy, Guillaume et Raphaël dans l'espace
  • Bertrand, David, Manu, et Vincent(Possom) les grands anciens du club
  • Zaggus en père Noël retors


Quartermaster general Quartermaster general - partie assez classique avec une victoire des alliées à l'usure après avoir frolé la catastrophe

- page 1 de 11