Mot-clé - Quartermaster

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, juillet 14 2017

13 juillet 2017 - le jour d'avant....

Jouer le 13 juillet au soir présente quelques avantages! Cela peut être, par exemple, l'espoir (un peu déçu) de rentrer le soir entouré de feux d'artifice, mais aussi la possibilité de trainer au lit le lendemain d'une séance agitée, ou de ne pas avoir à prétendre qu'on travaille assidument alors que notre esprit repasse en boucle la partie de la veille, histoire de savoir à quel endroit on a lamentablement échoué (une expérience personnelle récurrente)...

Maintenant alors que vous scrutiez le ciel dans l'espoir d'un feu d'artifice que jamais vous ne trouverez, une pensée étrange a pu naître en vous... Que ce passait-il le jour d'avant ? En effet nos calendriers foisonnent de dates "historiques" qui marquent dans la mémoire commune des réalisations majeures, le début ou la fin d'une période,... Mais que se passait-il le jour d'avant ?

Quartermaster 1914 Quartermaster 1914 - Le jour d'avant Jean-Philippe et surtout Olivier auraient dû réfléchir...

Certes les historiens nous aident sur ces sujets, mais encore faut-il lire leurs ouvrages et même dans ce cas, donnent-ils toujours une idée juste de tous les sentiments qui peuvent traverser une foule (si tant est même qu'avec les documents accessibles, ils le puissent) ? Dans le cas de notre 14 juillet 1789, le ludochon qui n'est pas un inculte vous évoquerait sans difficulté la prise de la Bastille mais si on lui parle du 13 seront-ils aussi nombreux? Et que faisaient le 13, tous les émeutiers qui participeront à la prise de la Bastille ? S'intéressaient-ils au renvoi de Necker, voulaient-ils promouvoir les États généraux ? Lisaient-ils des libelles ? S'inquiétaient-ils du prix du pain, ou de la présence des troupes étrangères à Paris (notamment à la Bastille) ? Faisaient-ils partie de la milice bourgeoise parisienne ou étaient-ils de simples citoyens ?
Si on peut voir de grande tendance, analyser les grands motifs, est-ce que tous savaient de quoi serait fait leur 14 juillet et si oui en mesuraient-ils tous la portée (Avoir Trump sur les Champs Élysées) ?

Cette pensée peut parfois nous paraître un peu vertigineuse (ou franchement oiseuse, mais ce n'est pas si facile que cela de trouver un sujet le 14 juillet!) mais curieusement le joueur lui peut en partie ressentir et répondre à cette interrogation , car, comme nous l'avons évoqué pas tout à fait innocemment au début de cette chronique (remarque visant uniquement à vous faire croire qu'il existe une structure réfléchie dans ces chroniques) il peut repenser à tous les coups qu'il a joué... On verra ainsi que certains réflexions puissantes ont été déterminantes, certaines dépassant nos meilleurs estimations et entrainant le respect de nos camarades, d'autres non moins réfléchies se révélant être des bévues d'ordre cosmique, d'autres d'heureuses surprises, etc....
Tour à tour, un exercice d'humilité ou d'orgueil bien instructif sur la distance...

Voilà les ludochons en cette soirée du 13 juillet pouvaient encore ressentir cette double curiosité, et tout cela grâce à quelques morceaux de cartons, de bois et de plastique, mis en règles par quelques créateurs audacieux !

Zombicide Zombicide - Le jour d'avant le zombie n'en était pas forcément un... Il réfléchissait encore et finalement maintenant sa vie est plus simple! Celles des joueurs moins !

Les jeux

  • Grand Austria Hotel (S. Luciani & Virginio Gigli chez Mayfair Games)
  • Lanternes (Christopher Chung chez Matagot)
  • Quartermaster General: 1914 (Ian Brody chez PSC Games)
  • Taluva (M.-A. Casasola Merkle chez Ferti)
  • Unlock! (Cyril Demaegd , Thomas Cauet et Alice Carroll) chez Space cowboys
  • Zombicide: Black Plague (Raphaël Guiton, Jean-Baptiste Lullien, Nicolas Raoult chez Cool Mini or Not)

Les joueurs

  • David, Marie et Suzel en hotelliers
  • Bertrand, Bertrand II, John, Philippe, Thomas et Zaggus ouvrent des portes (ce qu'ils ne devraient pas faire!)
  • Éric, Jean-Philippe, Olivier et Vincent (Possom) font encore la guerre
  • Noémie s'occupe de petits nouveaux Sébastien et Charlotte en les enfermant!


Grand Austria Hotel Grand Austria Hotel - Le jour d'avant, Suzel "pimpait" son jeu.... Classe !

vendredi, juin 30 2017

29 juin 2017 - Fourbir ses armes pour l'été

Dernière séance avant le lancement "officiel" de la période de vacances, c'est en effet bientôt le grand chassé-croisé ludique de l'été, un moment où, avant chaque séance le ludochon se demande combien de ces collègues seront effectivement là et avec quelles boîtes de jeux... Une période où, parfois, on peut se demander si, à cause des absences, il n'y aura en face de vous que des fans de gros jeux de gestion ou au contraire que des joueurs de Party games...
Cette partie de l'année (encore loin des grands salons) est, de ce fait, souvent pleine de (bonnes) surprises mais aussi de redécouvertes de jeux et d'exploration de nos ludothèques... Vivement l'été...

Century - La route des épices Century - Avant la route des vacances, tester la route des épices, pour jouer à la route des épices sur la route des vacances (ou l'inverse)

Hier soir, notre séance hebdomadaire avait déjà cependant un air un peu particulier. D'une part deux ou trois nouveautés (dans notre club) ont motivé les troupes Century, Dice Forge et Quartermaster 1914, et grâce à Bertrand (aussi connu sous le nom de Bankiiiz éditions) nous avions avec nous Grégory Oliver (créateur de Bubble Pop et de Outlive)! Si on précise que ces deux personnes étaient venus avec quelques prototypes et qu'on nous signale aussi à la table des gens comme Yoann "Myrmes" Levet, on voit assez vite que sur certaines tables on jouait mais on réfléchissait aussi futur de certains jeux...

Je sais que certains rêvent déjà d'avis autorisés et de photographies exclusives de plateaux pas encore finalisés, je crains que ceux-ci ne soient un peu déçus, en effet nous n'avons même pas pris la peine de réaliser des clichés flous, façon paparazzi photographiant une starlette quelconque nue, mais, de nuit et derrière un buisson,... Non pour respecter le boulot des auteurs et des éditeurs nous ne vous présenterons pas visuellement ces jeux... Surtout que pour certaines joueuses, enfin surtout Magali, "certains étaient tellement moches que c'étaient à peine des jeux" (*)... Oui, amis éditeurs et auteurs, vous pouvez venir nous présenter vos jeux mais prenez du Prozac avant...

(*) Il est possible que ses propos aient été "légèrement" déformés....

Dice Forge Dice Forge - Faire tourner une forge en plein été ?!? Oui car pour le jeu le ludochon aime mouiller le maillot !

Les jeux

  • Century : La route des épices ( Emerson Matsuuchi chez Plan B games) x 3 / 4 ?
  • Dice Forge ( Régis Bonnessée chez Libellud)
  • Geschenkt - Non Merci (T. Gimmler chez Amigo)
  • Libertalia (Paolo Mori chez Marabunta / Asmodée)
  • Minivilles (Masao Suganuma chez Moonster Games)
  • Outlive ( Grégory Oliver chez La Boîte de jeu)
  • Quartermaster General: 1914 (Ian Brody chez PSC Games)
  • Prototypes (plusieurs)


Outlive Outlive - On le sortait déjà même quand l'auteur n'était pas là... Alors aujourd'hui !

Les joueurs

  • Marie, Philippe et deux invités
  • Davy, Jory, Nelly, et Raphaël (triple Y sur la table) sur Dice Forge puis Century
  • Jean-Jacques, Magali, Suzel, Thomas et Zaggus sur Century
  • Yoann et Vincent (Bibou) sur Century puis sur des protos
  • Davide, J-B, John, Lucie-Anne, Noémie Sur Libertalia
  • Bertand II, Guillaume, Maude et un invité sur Outlive
  • Éric, Manu, Olivier, Vincent (Possom) et Rémi sur Quartermaster
  • Bertrand et Gregory Oliver en Jokers de luxe


Libertalia Libertalia - Main basse sur le butin

mercredi, juin 14 2017

15 juin 2017 - Bachi-bouzouk, Mille millions de mille sabords, bougre d'extrait de crétin des Alpes...

Il y a une chose sur laquelle nous n'avons jamais statué chez les Ludochons c'est le rôle du juron au cours de nos parties ! En effet, si vous passez entre les tables des ludochons, vous remarquerez que, si, certaines tables adoptent un silence quasi-religieux, sur certaines autres, on entend parfois fuser de biens étranges expressions.
Il suffit même parfois de mettre Suzel et votre serviteur (honte à lui) à la même table pour les entendre jurer comme des charretiers; ces derniers allant même jusqu'à ponctuer cette logorrhée de quelques gestes obscènes (Si ! Enfin surtout Suzel, si je puis me permettre ;-) ).

Pour un club qui vante régulièrement sa pratique familiale, voilà qui peut choquer ! En effet, les mieux éduqués de nos ludochons (qui sont d'ordinaire tous des hommes et femmes d'exception) se rappellent qu'à l'origine le juron est une exclamation offensante à l'égard de Dieu qui traduit une réaction vive de colère, dépit ou surprise. Or les plus versés dans l'étude des choses bibliques (peut-être pas le point fort de nos pourtant omniscients ludochons) se rappellent que si le juron est si mal considéré c'est qu'on enjoint à ne pas invoquer le nom de Dieu en vain... Par extension, pour l'homme bienséant, toute interjection offensante est à rejeter.

Quartermaster general 1914 Quartermaster General 1914 - Ach ! Che fais teu vaire tater de ma grosseu Bertha - Insulte allemande (ou presque)

Bref, alors que, quasiment tous nos joueurs peuvent éprouver une "réaction vive de colère, dépit ou surprise" au cours d'une partie (et cela fait même un peu parti du plaisir), seuls quelques uns (et peut-être à la grande gêne des autres) agrémentent ces moments de tonitruants "Ventre Saint Gris".
Note : personne ne dit jamais "Ventre Saint Gris" chez les ludochons, mais pour une chronique c'est plus élégant que " #@f@%$ de #@ù♫ de pompe à pus", et puis c'est un juron historique, celui d'Henri IV, et comme j'ai déjà par ailleurs expliqué l'origine de Jarnicoton, il ne me restait plus que celui-ci!
Note de la note : sauf éventuellement à citer le fameux "Oh le boulet", mais j'ai déjà dénoncé Suzel, je n'allais pas non plus me mettre Vincent à dos !

Alors pourquoi "Diable" (un juron), devrions nous jurer ? Et pourquoi des ludochons par ailleurs élégants se livrent-ils à ces excès verbaux ? Des auteurs plus intelligents ont déjà évoqués les nombreuses raisons qui peuvent pousser des êtres tout à fait lettrés à se complaire dans les expressions les plus triviales.
Le juron permet de clore une discussion de manière formidable sans être obligé de se farcir un argumentaire long et fastidieux, il est aussi agréablement transgressif et parfois tout simplement, et étrangement, joyeux, et il dispose d'une certaine rondeur gouleyante qui rend sa prononciation assez jouissive et reposante (Songez donc à toutes les nuances qu'on peut injecter dans un simple "idiot").
Réfléchissez aussi à cette grande figure tragique d'alcoolique dépressif qu'est le capitaine Haddock et que son créateur a rendu infiniment plus riche avec une collection de jurons des plus fantaisistes (auquel notre titre rend hommage).

Honshu Honshu - un jeu japonais du Nord de l'Europe (ou l'inverse on ne sait plus !)

Cependant, il y a une dimension rarement évoquée, c'est le côté ludique du juron ! Il n'est pas impossible que les ludochons comme des acteurs jouent des jurons, et s'en servent dans leurs jeux pour les enrichir, les rendre plus savoureux, déstabiliser l'adversaire ou tout simplement tenter de le leurrer (Oui nous avons aussi quelques fourbes !).

Bref, vous, hommes et femmes de biens, qui êtes nantis de chastes oreilles, n'en voulez pas trop aux quelques ludochons qui jurent de la pire des manières ils ne font que jouer (et généralement bien innocemment qui plus est).

Codinca Codinca - Certains l'encensent, d'autres le maudissent... mais le plus classe c'est d'y jouer en poncho (Vengeance !)

Les jeux

  • Codinca ( Leonard Boyd, David Brashaw chez BackSpindle)
  • Comuni (Acchittocca, Virginio Gigli chez HUCH! & friends)
  • Crôa! ( Igor Polouchine chez Origames )
  • Fabulosa Fructus ( Friedemann Friese chez 2F-Spiele)
  • Give me five (J. Bariot, D. Della Scaffa chez Cocktail games )
  • Honshu (Kalle Malmioja chez Lautapelit.fi )
  • Magic Maze (Kasper Lapp chez Sit down !)
  • Flamme rouge ( Asger Harding Granerud chez Lautapelit)
  • Quartermaster General: 1914 (Ian Brody chez PSC Games)
  • Spyrium (William Attia chez Ystari)
  • Yeti (Benjamin Schwer chez Matagot)

Les joueurs

  • Alain, Jb, Lucie-Anne, Magali et Suzel
  • Bertrand II, David, Thomas et Nelly
  • Bertrand, Vincent (Bibou le coyote) et Zaggus
  • Jean-Jacques, Manu et Victor
  • Davy, Jean-Philippe, Olivier, Sandra et Vincent (Possom)
  • John, Noémie et une bordelaise.
  • Philippe de passage

20170615_magic_maze.jpg Magic maze - On n'y entend aucun gros mot (mais c'est juste parce qu'on n'a pas le droit de parler)... En revanche les Mmmmm!!!! Aaaaa! Oh Oh ! Pfffffff! Grrrr Nan!

- page 1 de 7