vendredi, septembre 8 2017

7 septembre 2017 - Jeux d'ambiance ?

On voit parfois apparaître, dans le monde ludique, de bien curieux noms pour définir tout un tas de "petits jeux". Ainsi un certain nombre des piliers de nos ludothèques ont été baptisés suivant les époques, les modes et leurs caractéristiques, de "jeux d'apéro", de "p'tits jeux", de "jeux d'ambiance" , et autres anglicismes comme "fillers" ou "Party games"...
Qu'on le veuille ou non, ces appellations ne sont pas toujours mélioratives et bien souvent un léger mépris teinte ces dénominations, perception relayée d'ailleurs par les joueurs qui vont, le plus souvent, s'étendre sur le "vrai" jeu qui a constitué l'essentiel de leur soirée et oublier ces jeux de format court qui ont participé à celle-ci.

Impérial Impérial - 6 conspirateurs penchés sur le plateau avec des mines soucieuses...

Cette soirée n'échappait pas ce phénomène puisque le moment important de la soirée pour plusieurs joueurs s'organisait autour d'Amun-Re, d'Impérial, d'Olympos ou autre Hansa Teutonica et il faut bien avouer que ces jeux ont des qualités... Or même si les joueurs sur certaines de ces tables gardent des mines appliquées ces jeux ne sont pas sans ambiance. Quelques tours pendables et mouvements audacieux forcent l'admiration et poussent les joueurs à s'esclaffer bruyamment.... Mais alors pourquoi ces jeux ne seraient pas des jeux d'ambiance ? Et pourquoi réduire les petits jeux à cette notion ?

Thunderbirds Thunderbirds - Débat classique chez les vieux fans... Pourquoi leurs vaisseaux restent iconiques ?

Avouons que c'est surement aussi que les jeux "courts" sont, souvent (quoique), moins exigeants intellectuellement / calculatoires (cela dit sans mépris), mais cela ne signifie pas pour autant que leur valeur ludique est moindre. Par ailleurs, s'ils se basent sur d'autres mécanismes et d'autres notions qui ne sont pas sans intérêt (culture, vocabulaire, association d'idées, observation,...) ils génèrent souvent une belle ambiance et aussi souvent une interaction bien plus forte entre les joueurs. Là, se trouve aussi, parfois, un autre paradoxe ludique, celui de joueurs qui reprochent souvent le manque d'interactions sur certains "gros" jeux mais qui vont s'éloigner de ces jeux courts réellement interactifs....

Il fallait par exemple voir hier des joueurs chevronnés après de hautes luttes prendre bien du plaisir sur "We are the word" pour se dire qu'au delà des catégories, il y a, avant tout, le plaisir ludique.

20170907_we_are_the_word.jpg We are the word - vous devriez comprendre le principe...

Bref il est peut être prudent en ces matières de se tenir à la notion un peu politiquement correct de "format" et d'avouer que chez ludochons nous jouons à tout un tas de jeux de (bonne) ambiance ayant des formats très variés....

Les jeux

  • Amun-Re (R. Knizia chez Super meeple)
  • The Castles of Burgundy : Le jeu de dés (S. Feld et C. Toussaint chez Alea)
  • Hansa Teutonica (A. Steding chez Argentum Verlag)
  • Imperial (Walther Mac Gerdts chez Eggertspiele)
  • Kingdom Builder (D. Vaccarino chez Queen Games)
  • Olympos (Philippe Keyaerts chez Ystari)
  • Thunderbirds (Matt Leacock chez Asyncron Games)
  • We are the word (Ludovic Roudy and Bruno Sautter chez Asmodée)



Amun re Amun- Re - Magnifique ré-édition d'un classique de Knizia

Les joueurs

  • Bertrand, Jori, Vincent (Bibou) et Zaggus sur Amun-Re
  • Christophe, David, Nelly et Yannick sur Thunderbirds
  • Bertrand II, Davy, Éric, Frédéric, Guillaume et Vincent (Possom) sur Imperial
  • Davide, Jean-Jacques, Manu et J_ai_oublié sur Olympos
  • Alain, Magali et Maude sur Hansa teutonica
  • Laurent, Noémie, Olivier et Stéphane (3) sur Kingdom builder


Kingdom builder Kingdom builder - pour initier quelques ludochons à ce jeu léger mais pas sans qualité

Lundi, juin 26 2017

22 juin 2017 - Eat ! Heat ! Hit !

Avec des titres pareils, on se demande toujours quel sera le rapport et avec quoi. Tantôt un rapport avec les jeux, tantôt un rapport avec la soirée. Pour le coup c'est des deux dont il s'agit cette fois (ou pas...)

EAT ! (first blood) : On mange des pruneaux dans Pony Express, pas vraiment. Du moins pas au sens propre... Des épices dans Century : la route des épices... ? Bah non !, on en produit et on commerce. Flûte, celui là ne fonctionne pas. Le Ludochon aura donc bien entamé la réserve de bonbons cette soirée là...

HEAT ! : Bien chaud ce soir. Le Ludochon aura du coup sorti sa dernière acquisition toute chaude, Century : la route des épices. Pour d'autres, ce sera Flamme rouge qui les aura tenu en haleine.

HIT ! (finish him) : Cette fois-ci, Pony Express confirme un bonne tranche de rigolade avec un Ludochon peu habitué à être dextère de ces doigts pour la pichnette précise. Une autre table de joueurs aura trouvé dans Scythe une très bonne façon de taper sur ses petits camardes de jeux.

Sur cet air de Mortal Combat ou de Street Fighter, résidu d'une jeunesse animé, je vous salue !

Les jeux

  • Fresco (Wolfgang Panning, Marco Ruskowski, Marcel Süßelbeck chez Queen Games)
  • Codinca (Leonard Boyd, David Brashaw chez BackSpindle)
  • Scythe (Jamey Stegmaier chez Ghenos games)
  • Flamme Rouge (Asger Harding Granerud chez Lautapelit)
  • Century : la route des épices (Emerson Matsuuchi chez Plan B)
  • Pony Express (Antoine Bauza et Bruno Faidutti chez Funforge)
  • Les Châteaux de Bourgogne (S. Feld chez Alea)

Les joueurs

  • Bertrand II, Davy, Fred, Vincent Possom sur Scythe
  • Julien, Nelly, Sandra, Thomas et Zag sur Century : la route des épices
  • Noémie, Raph, Vincent Coyote et Ulysse (invité) sur Les Châteaux de Bourgogne
  • Eric, Magalie, Manu et Suzel sur Fresco

mercredi, mai 17 2017

18 mai 2017- Le "Des dés" revient chez les ludochons

Une soirée à thème consacrée aux dés... Voilà qui pourrait diviser les joueurs ! En effet, certains hardcore gamers ont parfois rejeté ces petits cubes en les vouant aux gémonies ! Pourtant, qu'on le veuille ou non, ces objets sont intimement liés au "ludique" et cela depuis des millénaires !

Si on en revient aux origines, les premiers dés, surement en os (et proches) des osselets, n'étaient pas forcément des jeux... Qu'est ce qui a poussé un homme à les lancer et à s'interroger sur leurs résultats ? Cela restera surement un mystère.
Notre avis (très autorisé) est que, comme chez les ludochons, ils jouaient en fait déjà, et aimaient truffer leurs conversations de citations fleuries "Aux quatre coins de la grotte qu'on va le retrouver, éparpillé par petits bouts, façon Puzzle.", mais qu'ils prenaient les choses de manière beaucoup plus... littérale.
À cet instant d'ailleurs, les dés hésitaient (le propre des dés) entre le ludique et les outils de divination. En effet, là, où le hasard s'aventure et où l'homme ne peut plus prévoir, certains veulent situer un endroit où les Dieux "peuvent agir". Ces premiers dés étaient donc surement aussi proches des pierres runiques, et ouverts à des interprétations plus ou moins oiseuses (comme les stratégies de certains joueurs).


Châteaux de Bourgogne Châteaux de Bourgogne - peu de thème pour le jeu mais respect du thème de la soirée...

Néanmoins assez vite le petit cube s'est imposé comme un outil ludique essentiel. Aujourd'hui, il est associé depuis longtemps au hasard (et même au chaos), et dans certaines expressions, on assimile l'un à l'autre de manière assez réductrice, le fameux "Alea jacta est", se voit traduit suivant les auteurs par "le sort en est jeté", ou "les dés sont jetés".

Pourtant, le moindre mathématicien, vous répondra qu'avec un dé, on entre dans le domaine des probabilités, et que si le résultat de chaque jet de dé est imprévisible, sur la durée on voit réapparaitre les grandes lois de répartition.

Curieusement, c'est chez les amateurs de jeux de simulation, ces fans du réalisme et de la mesure précise, que les dés ont fait leur retour en gloire. En effet, il est apparu assez vite, pour eux, comme le moyen de mesurer l'impondérable, propre par exemple à un champ de bataille (comme cette ornière invisible dans laquelle le châssis du canon se bloque).

C'est d'ailleurs eux qui remettront à l'honneur les "formes" les plus étonnantes pour les dés (D4, D8, D10, D20,...), pour permettre une évaluation la plus "probabilistiquement exacte" de l'impondérable ! Les joueurs de jeux de rôle embrayèrent avec diverses approches certaines ultra-rigoureuses, d'autres permettant à un joueur malheureux de réaliser un "fumble" et de se tailler le dos avec son propre cimeterre dans un mouvement aussi élégant qu'improbable (Ca sent le vécu, hein ? Quoi que pour ce personnage surtout la fin du "vécu").

On a aussi vu à cette occasion se développer des "formes" mais d'attachement cette fois-ci, entre les joueurs et leurs dés, certains cherchant les dés de leurs couleurs fétiches, d'autres n'utilisant que certains dés dans certaines situations, d'autres enfin cherchant la forme ou la matière parfaite pour un dé (cubique à coins non arrondis ou pas)

Yspahan Yspahan - Des dés omniprésents (sauf sur la photo), mais aussi une vraie gestion

Le jeu de société moderne a aussi fait apparaître des usages plus originaux de ceux-ci : le dé peut se transformer en un simple compteur ou à l'opposé en un pion / ouvrier évolué, un sélecteur de ressources, une brique de construction,...
Toutes ces utilisations existent toujours dans le jeu et on peut clairement mesurer la richesse des usages ludiques du dé si on compare un Strike avec un Marco Polo, un Perudo avec un Châteaux de Bourgogne, un Blueprints avec L'âge de Pierre, un Las Vegas avec Rolling freight...
Bref, ce petit objet qui a traversé le temps trouve encore le moyen de nous surprendre.

Nations Nations - des dés à tout faire

Les jeux

  • Andor (Michael Menzel chez Iello)
  • Les châteaux de Bourgogne (S. Feld chez Alea)
  • Colony (Ted Alspach, Toryo Hojo, N2 sur Bézier games)
  • Nations The Dice Game (Rustan Håkansson chez lautapelit.fi)
  • Outlive - Édition Collector - (Grégory Oliver chez La boite de Jeu)
  • Yspahan (S. Pauchon chez Ystari)

Les joueurs

  • Éric, Matthieu, Manu et Vincent (Bibou) sur Colony
  • Magali, Olivier, Stéphane 2, et Suzel Sur Château de Bourgogne
  • Davide, Frédéric, et Noémie sur Yspahan
  • Bertrand I & II, Raphaël et Vincent (Possom) sur Outlive
  • David, Lucie-Anne, J-B, John, Nelly et Vincent (Tcho) sur Andor


Outlive Outlive - tout le monde n'a pas joué le jeu (avec les dés)

- page 1 de 8