vendredi, septembre 21 2018

20 septembre 2018 - Drôles d'auteurs

Je sais, je sais il faut que je fasse un compte-rendu plus sobre, mais.... Ce n'est pas facile...
En fait en cette soirée ludique où des joueurs vaillants se regroupent encore nombreux dans leur repère de Bourgoin-Jallieu, il m'était difficile d'éviter de penser à cet être curieux qu'est l'auteur de jeux... Même si, dans notre pourtant modeste club, on en a quand même deux, Yoann (Levet) et Bertrand (Arpino) qui pour tout dire sont tout-à-fait sympathiques et ne détonent pas dans notre assemblée; ces deux êtres prodigieux nous ont peut-être masqué la dure réalité de la vie d'auteur de jeu.
Que penser de ceux-ci quand on s'intéresse, par exemple, au cas de Wolfgang Warsch... Ce jeune auteur qui a le vent en poupe (Très Futé !, Illusion, Die Quacksalber von Quedlinburg, The Mind...) a l'air des plus sympathiques sur les photos mais cela ne peut quand même pas nous empêcher de se demander ce qu'il en est réellement de sa vie quotidienne...
Illusion Illusion - Soit un objet de torture visuelle, soit un jeu... Je ne sais plus...

Imaginons-nous lors d' un soirée à son domicile...
- Chéri, qu'est ce que tu fais ?
- Je travaille sur un nouveau jeu
- Ah! Bien ! Alors, on arrête de torturer nos amis avec des mesures de surfaces colorées...
- Ouais, ouais, j'ai trouvé plus simple,...
- Ah, bien c'est quoi ?
- The mind. Un jeu de télépathie...
- .... Ah .... Tu sais... On va finir par les perdre,... nos amis (à défaut de l'esprit)...

Et là, on ne vous parle que de la sphère privée, mais imaginons ce qu'il se passe quand ce jeune homme se rend pour la première fois dans sa banque, accueilli par un jeune stagiaire
- Monsieur Warsch nous sommes très heureux de vous compter parmi nos clients. Pour finaliser votre inscription, j'ai besoin de quelques précisions... Allons-y... Profession....
- Auteur de jeu. J'ai créé un jeu sur la télépathie...
- Ah... Je vous demande une seconde [Il sort]
- Madame Schmidt, un petit aléa ( :-) ) pour les catégories socio-professionnelles ? Je le classe où un auteur de jeu télépathique???
- À la poubelle,... et tu appelles la sécurité.

Et puis, ne me parlez pas des loisirs...
- Bonjour monsieur, on m'a dit que vous aviez repéré un problème ?
- Oui, concernant votre accrochage, Pour le Soulages, c 'était évident et sa place s'impose d'elle-même, Pour le Rothko et le Buren ce n'était pas facile, bien joué, mais je vous assure il y a plus de rouge dans le Mondrian que dans le Pollock.... Pas d'Illusion d'optique, il va à droite, monsieur le conservateur.
- Sécurité !

Non, véritablement c'est une vie bien difficile que celle du créateur de jeu... C'est pour cela que certains finissent de bon matin dans des cafés plus ou moins interlopes...
- Une petite grille de loto ?
- Non, un jeu d'optimisation, de tirages, très futé...
- Ah? Bien. Intéressant
- Oui et j'ai ajouté des renards dedans, joli non?
- Mmmmm... Des renards ? Dans une grille de loto ? Sécuri..... Euh, non rien... On passe peut-être au café?

Bref saluons les auteurs de jeu dont la vie ne doit pas être simple tous les jours.... et qui nous permettent de passer de belles soirées.

Aventuriers du rail New-York Aventuriers du rail New-York - Une week-end à New-York? Non 20 minutes chrono !

Les jeux

  • 6 qui prend / 6 nimmt ! (Wolfgang Kramer chez Amigo)
  • Automobile (Martin Wallace chez Treefrog)
  • Les Aventuriers du Rail : New-York (Alan R. Moon chez Days of Wonder)
  • Illusion (Wolfgang Warsch chez Oya)
  • Imagine (Hiromi Oikawa chez Moonster Games et Cocktail Games)
  • Rajas of the Ganges (Inka & Markus Brand chez Huch!)
  • Scythe (Jamey Stegmaier chez Ghenos games)
  • Sushi Go ! (Phil Harding chez Cocktail Games)
  • Thunderbirds (Matt Leacock chez Asyncron Games)
  • V-Commandos (Thibaud de la Touanne chez Triton Noir)


Thunderbirds Thunderbirds - la série me faisait peur.... Le jeu fait visiblement plaisir

Les joueurs

  • Alain, Cécile, Jean-Jacques et Zaggus en petits joueurs
  • David, Guillaume², Nelly et Stéphane (Xeneus) en oiseaux tonnerre
  • Davy, Raphaël et Vincent (Possom) en voitures
  • Magali, Olivier, Vincent (bibou) et Yoann en rajas
  • Bertrand II, Frédéric, Noémie et Philippe en faucheurs
  • Cyril, Manu le jeune, Raphaëla et Renars en treillis.


V commandos V commandos - Revenons à la base "Défourailler!"

vendredi, août 31 2018

30 août 2018 - le ludochon est taquin....

Voilà la rentrée ! Au cours des deux dernières séances, nous avons vu la réapparition de nombreux ludochons ce qui annonce, de manière fiable, le début d'une belle année ludique (enfin on espère). Bon, s'il faut regretter quelque chose, c'est que le hard Brexit ne soit pas aussi dur que cela, puisque le taquin John est revenu, aussi, mais puisqu'il nous rapporte une nouvelle ludochonne, on lui pardonnera (pour le moment)...

Puisque nous parlons de taquinerie, il faut bien avouer que chez les ludochons, c'est une discipline assez largement pratiquée, et qu'il vaut mieux disposer d'un certain humour pour résister à une partie chez les ludochons.
Commençons par le plus grand des ludochons, à savoir notre président, le Kim Jung Un de la pensée ludique... Celui-ci, bien imprudemment, avait vanté, sur notre forum, la magnanimité qu'il ne manquerait pas d'afficher lors de sa prochaine victoire, rendue inéluctable par la puissance de son intellect lumineux....

Bien sûr, il n'en fallait pas plus pour que des esprits aussi fourbes que rigolards, ne souhaitent immédiatement voir comment une déroute, si possible vraiment honteuse, pouvait être magnanime...
Pour le coup, votre serviteur d'ordinaire dissipé était concentré, nous avions intégré une machine à points parmi les joueurs (un Vincent, quoi), mais cela n'aurait peut-être pas suffi, sans la fourberie subtile de Magali...
Devant les règles, un peu touffue de Rajas of the Ganges, et suite à quelques expériences précédentes, notre président écoutait la première version des règles d'une oreille distraite, attendant les erratum qui ne manqueraient pas de venir....

Rajas of the Ganges Rajas of the Ganges - plateau touffu... Dans le thème !

Rien, nihil, impeccable du premier coup.... Et voilà notre président gadouillant pendant quelques tours.... Quelle fourberie fabuleuse !
Un peu dépité, il a fini par se lancer dans la chanson entonnant avec conviction un magnanime "Comme un ouragan", en entrecoupant cette chanson de quelques allusions que la bonne morale nous empêche de répéter surtout que le fétichisme sur les pieds nous laisse de marbre (ou pas) ...
Nous avions bien par la suite, pris de pitié, essayé de lui simplifier les choses avec un Troïka, mais c'était trop tard, il était déjà perdu, comme l'explication qui elle aussi était perdue dans l'espace (Naturam expelles furca, tamen usque recurret )...

Puisque nous parlons de grande musique, signalons sur la table attenante la présence d'un Michaël quasiment mutique.... Que se passe-t-il ? Alors qu'il a à sa table des êtres aussi prompts à vous renvoyer la balle en cas de moqueries que John ou Noémie, que se passe-t-il ? (Bis). Je le suspecte de nous préparer secrètement une intégrale de Stone & Charden accompagnée d'une flûte de pan en cannettes (je ne vois que cela).

Pour ce qui était de la taquinerie la table voisine était un peu différente, Brass avec Raphaël, Guillaume, Maude et Bertrand II, on ne s'attend pas à un party game... Curieusement, au milieu de la partie du tapage monte de cette table... Guillaume réclame une photo puisqu'il vient d'atteindre le double du score de Raphaël ?!?! Pire, le dénommé Raphaël arbore le sourire en coin et l'oeil frisant qu'on lui connaît en début de soirée...

Brass Brass - Il a un peu taquiné l'encre de chine le designer du plateau

- C'est une nouvelle version de Brass ? Ne pus-je m'empêcher de demander...
Dix minutes plus tard, signalons que Raphaël avait un regard plus concentré et pris une belle couleur (celle de l'acier sur la forge), une fois refroidi, on pouvait constater que la faux (finement ouvragée) avait encore frappé...

Signalons aussi une table avec Alain, généralement aussi taquin, mais qui avait fort à faire avec des joueurs des plus sérieux et attentifs à un jeu dont il est difficile de parler à ses collègues :
- Tu as joué à quoi ?
- À Die Quack, non, si, Die Quacksalber von Q.. Euh c'est ça... Die Quacksalber von Quedlinburg
- Ah.... Les Knacki des Klingon... Euh... Sinon ça va?
Enfin, un Unlock, un jeu qui lui taquine les joueurs...

Bref une soirée à taquiner le meeple...

Les jeux

  • Brass: Lancashire (Martin Wallace chez Roxley Games)
  • Innovation (C. Chudyk chez Iello)
  • Rajas of the Ganges (Inka & Markus Brand chez Huch!)
  • Troïka (Jun Sasaki chez Oink Games)
  • Die Quacksalber von Quedlinburg (Wolfgang Warsch chez Schmidt Spiele)
  • Unlock! (Cyril Demaegd , Thomas Cauet et Alice Carroll) chez Space cowboys

Les joueurs

  • Nicolas, Stéphane 3, Noémie², Guillaume², verrouillés
  • Elsa, John, Michaël, et Noémie innovants
  • Magali, Manu, Olivier et Vincent (Possom) en Inde
  • Bertrand II, Guillaume, Maude et Raphaël dans le charbon
  • Alain, Davy, Vincent (Bibou), Yoann, et Zaggus en marchands
  • Jean-Jacques de passage



Die Quacksalber von Quedlinburg Die Quacksalber von Quedlinburg - le nom est taquin...ça ferait un bon code pour la WIFI.

vendredi, août 17 2018

16 août 2018 - A pimper, pimper et demi...

La semaine du 15 août a pour conséquence habituelle de plonger d'ordinaire notre pays dans une certaine torpeur. Torpeur rendue plus forte cette année par une succession de vagues de chaleur qui amplifie le phénomène... Dans cette langueur, la plupart de nos concitoyens cherchent l'ombre et font mine d'ignorer que septembre se profile déjà...
Le ludochon, planqué dans son Nord-Isère surchauffé, lui ne transige : la chaleur d'accord mais ludique alors !
Bref, comme d'ordinaire, pas de pause chez les ludochons, qui continuent à jouer semaine après semaine dans leur antre, plus ou moins tempéré, de Bourgoin-Jallieu....

Hier, cependant un fait "notable", la soirée fut particulièrement cruelle pour votre serviteur, mais nous y reviendrons, car il convient de faire d'abord un peu d'histoire. Écoutez donc la jolie histoire de père Castor Fromage.
Il y a bien longtemps, une quinzaine d'années, personnaliser son jeu était une nécessité. D'ordinaire, cela consistait à obtenir une copie des règles en français pour un jeu que nos voisins d'outre-Rhin n'avaient pas cru bon de traduire dans la langue de Molière... À l'époque, le roi de la personnalisation était un germanophone, qui était recherché par tous les joueurs, qui n'hésitaient pas à en faire des amis dans les plus brefs délais... Une alternative, pour devenir populaire, consistait à être le possesseur d'une imprimante couleurs de bonne qualité !

Bloodrage Bloodrage - Normalement le geek doit sortir les pinceaux !

Puis vint la traduction, attention, on ne personnalisait plus, on customisait... Dans cette grande période, il était devenu courant de palier tous les défauts du jeu par des bricolages plus ou moins heureux... D'ordinaire, la règle écrite avec les pied par un tchécoslovaque traduisant, en "français", la règle russe, nécessitait quelques ajustements. L'aide de jeu était née et les joueurs rivalisaient de créativité. le carton fort régnait en maître et le roi du bac à sable était celui qui pouvait se targuer de la possession d'une plastifieuse si possible en A3 125 microns. (votre serviteur vient de se retourner pour regarder la sienne la larme à l'oeil)

Mais voilà, le monde du jeu s'est professionnalisé, les jeux sont maintenant livrés en 15 langues (dans une traduction souvent lisible), avec du matériel de qualité dans des boites pourvues de moult aides... Le bricoleur ludique se trouvait alors les bras ballants... Se laissa-t-il aller à une petite déprime, non il choisit de passer de la customisation au "pimp"...
Utilisant le terme médiatique désignant les "artistes" pouvant dépenser une fortune pour transformer une voiture de série quelconque en une voiture invendable, le joueur a sorti les pinceaux... Exemple ? Conan n'est pas assez "girlie"? Tiens je le rends transgenre et je lui ajoute un tag #metoo sur son pagne repeint en rose pastel. Bref le triomphe du meilleur et aussi du pire sur les plateaux...
Les éditeurs, un peu inquiets, ont, bien entendu, répliqué avec des Kickstarter (Tu veux de la figurine ? Et bah tu en auras...) et souvent prépeintes (parfois les éditeurs ont eu envie de couper court aux débats du type "Non, il ne manque pas de bisounours dans Claustrophobia" )...

Mais le bricolo ludique ne renonce pas... Non, il occupe tous les créneaux laissés libres et maintenant il est passé au graveur laser et à l'imprimante 3D....
Bon, normalement d'ici deux ou trois ans il achète des micro-moteurs, et vous aurez des meeples plaqués or se déplaçant tous seuls...

Hier soir, donc, votre serviteur avançait modestement avec les premières réalisations d'un projet en cours de customisation... Il n'était pas peu fier jusqu'à ce que la fourbe Suzel apparaisse, elle, avec un jeu de Descendance, entièrement pimpé à la pâte Fimo... Pire dans une série de personnage on reconnaissait la princesse Leïa et ses célèbres macarons... Ubergeek... Il ne lui restait plus qu'à se faire pulvériser à Tribun pour rentrer triste comme un menhir...


Descendance Descendance - Pimp dans ta face....

Les jeux

  • Bärenpark (Phil Walker-Harding chez Look Out games)
  • Blood Rage (Eric Lang chez Edge)
  • Descendance (Inka et Markus Brand chez Gigamic)
  • Hero Realms (Darwin Kastle et Robert Dougherty chez Iello)
  • Sheepland (D. Tascini & S. Luciani chez Ielo)
  • Tribun (K.-H. Schmiel chez Ubik)

Les joueurs

  • Alexis, Bertrand,
  • Éric, Suzel, Yannick et Clémence
  • Bretrand II, Cyril, Renars et
  • Jean-Jacques, Manu, Olivier, Rémi et Victor

Berenpark Berenpark - Même pas de figurines d'ours ?

- page 1 de 3