Mot-clé - prototype

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, octobre 20 2017

19 octobre 2017 - Malédictions !

Parlons malédiction! Car certains me disent que les Ludochons sont des femmes et des hommes comme les autres. Mais je n'en suis pas si certain. En effet, vu notre fixation sur le jeu, je prétends plutôt que nous sommes une espèce rare, ayant évoluée depuis des pions d'un jeu antique enterré dans un tombeau d'un souverain maudit. Pourquoi maudit ? Parce que après trois jeux différents et trois défaites, je ne me sens pas folichon.
Ludochon oui, folichon non.


Unearth Unearth - Certains n'ont pas décollé et sont restés sur terre...

Certains Olivier qui resteront anonymes prétendront que c'est une histoire de culture et que les anglais ont le don de se maudire eux mêmes alors que la ligne d'arrivée est en vue. Mais non, c'est une histoire de malédiction. Pendant que certains voguaient les mers dans SeaFall en trouvant de forts joyeux noms pour leurs personnages, moi je re-jouais l'histoire du Seigneur des Anneaux dans le jeu coopératif "Seigneur des Anneaux". Une version où les 4 Hobbits restent ensemble jusqu’à la fin. La fin, ce soir, étant le moment où Sauron attrape Frodon (joué par moi) et récupère l'anneau assurant ainsi sa dominance sur les terres du milieu...

Prenant exemple sur les charmantes demoiselles à la table d'à côté jouant à "The game", (et je le rappelle les Ludochons sont une espèce maudite, elles ont donc probablement perdu la partie), nous décidons d’enchaîner sur un petit jeu de carte. "Zéro" a pour simple principe de terminer la partie avec le plus faible score possible voire, au mieux, de faire zéro. Votre humble maudit a fait 12... Les mathématiciens me diront: "Ce n'est pas mal 12! C'est un nombre composé, voir hautement composé..." Mais je ne comprends pas grand chose à leurs propos et 12 reste assez éloigné du 0 voulu!

Alors, une deuxième défaite sous la ceinture, je décide de changer de table. C'est à ce moment qu'un cri retentit "On peut trouver un troisième peut être". Je lève les yeux et alors que la plupart des Ludochons se mettent à rentrer, je m'installe devant une partie de "Taluva".
L'anonyme Olivier regrette immédiatement mon invitation à sa table quand je remarque un problème majeur de ce jeu le moment où je m'assois. Pourquoi 4 civilisations décideraient elles de s'installer sur une île volcanique hautement instable ? Le silence comme seule réponse je m'investis dans la partie. Je cogite et cogite et réfléchis un peu et petit à petit arrive à me faire une petite marge d'avance par rapport aux autres. La victoire à portée de main d'ici 2 tours je décide... De trop construire... Ma civilisation tombe en poussière, l'anarchie s'installe et pendant que mon quart de l’île sombre dans le chaos, l'anonyme Olivier remporte la partie...

Taluva Taluva - Les anglais à leur apogée - Conclusion : les laisser-faire... Ca marche à chaque fois... Il est où l'Empire britannique ?

Qu'importe le jeu. Ce soir il y eut plus de perdants que de gagnants. N'est ce pas là la preuve que le Ludochon est une créature maudite ? Alors si la malchance vous poursuit... Peut être est-ce parce que vous êtes un Ludochon. Et une fois qu'on est Ludochon, on le reste. Quoi que puisse en dire les Normands.

Tadam ... roulement de tambour et pyrotechnie de bon aloi !
Oh la la , on laisse les commandes 5 minutes à un représentant de la perfide Albion, et voilà qu'il nous raconte des insanités et qu'il finit par invoquer les Normands ! Tu invoques le Normand ! Le voilà...
Bon nous avons déjà dit tout le bien qu'il fallait penser des bretons, je vous promets de parler des grands bretons d'ici peu ! En attendant il convient d'évoquer le fait qu'hier nous avons joué à pas mal de jeux plutôt récents, on peut citer Unearth, Paper tales, mais aussi le prototype d'Asyncron Pelegrinus. Si on aime bien voir des prototypes, (il vaut mieux dans un club qui a pour membres vénérables Yoann Levet et Bertrand Arpino) cela nous fait toujours plaisir que des éditeurs nous permettent de "tester" des prototypes (je ne rentrerai pas dans le débat sur "tester" aujourd'hui). Le normand que je suis est d'autant plus heureux qu'il avait déjà testé le vrai prototype il y a 8 ans!
Curieusement c'est un "jeu à l'ancienne" (programmation, majorité, règles simples), mais je trouve que dans le paysage moderne, c'est un grand bol d'air assez rafraichissant (Oui John cela me rappelle ma jeunesse). Disons que sur la partie il a eu 3 bonnes notes sur 4 ce qui n'est pas mal chez nous... Nous réserverons nos retours détaillés à Asyncron, surtout quand d'autres auront pu le tester a semaine prochaine. En tout cas c'est toujours sympa de voir des jeux en cours d'évolution...

Pelegrinus Pelegrinus - Il juraient vraiment autant que cela les moines autour de la table ?

Les jeux

  • The game - (Steffen Benndorf chez Nürnberger Spielkarten Verlag)
  • Huit minutes pour un Empire (Ryan Laukat chez Iello)
  • Paper tales (Masato Uesugi chez Blackrock games)
  • Scythe (Jamey Stegmaier chez Ghenos games)
  • Seafall (Rob Daviau, JR Honeycutt chez Ironwall games)
  • Taluva (M.-A. Casasola Merkle chez Ferti)
  • Le Seigneur des Anneaux (Reiner Knizia chez Edge)
  • Unearth ( Jason Harner, Matthew Ransom chez Brotherwise games)
  • Zéro (R. Knizia chez Asyncron)

Les joueurs

  • Magali, Raphaël, Vincent (Bibou) et Yoann
  • DAvide, Jori, Stéphane (l'aff) et Yannick 3
  • Jean-Jacques, Manu, Olivier et Zaggus
  • David, John, Rémi et Yannick (Lego)
  • Noémie et Nelly
  • Éric, Jean-Philippe, Vincent (Possom), et Suzel sur SeaFall
  • Bertrand II, Davy, Frédéric et Stéphane 3


Paper tales Paper tales - À jouer en chantant "Les petits papiers" ?

vendredi, septembre 15 2017

14 septembre 2017 - Des formations... déformantes !

Le mois de septembre voit d'ordinaire arriver de nouveaux membres pressés d'en découdre... Il faut avouer qu'historiquement leur intégration ne posait pas problème ils avaient même la chance de "subir" un petit parcours initiatique (fait de (petites) épreuves et de rétributions).

D'ordinaire, l'impétrant recevait une première formation sur la vie du club réalisée par Vincent choisi avec une certaine malice pour son côté souriant, présentable et... rassurant.
Ensuite, on le confiait à la sympathique Suzel qui pouvait lui expliquer son premier jeu chez les ludochons. S'il résistait à l'explication du jeu, c'était un premier bon signe, le "nouveau" était doué de patience, de capacités d'abstraction et de colossales capacités d'adaptation. Tout ce qu'il faut à un bon ludochon

Bruxelles Bruxelles - Fluide mais pas si facile que cela à expliquer...

Lors de la seconde séance (en cas d'étonnante réapparition), celui-ci exprimait souvent la volonté de tester un jeu "peut-être de... gestion ou un peu plus... carré"... Comme nous sommes toujours prêts à faire plaisir à nos membres on le confiait généralement à Davy. C'est ainsi qu'accompagné de ce dernier, de Bertrand (II), et de Raphaël, ce jeune joueur découvrait les arcanes du jeu de gestion...
Bien sûr dans ces conditions, avec ces amateurs du genre, le jeu de gestion revient métaphoriquement, à tirer avec bonheur, le meilleur d'une opulente campagne verdoyante. Le défaut est que, pendant que, comme une abeille, vous butinez joyeusement, les autres ont l'air d'être montés sur des moissonneuses batteuses, équipées d'un GPS et d'un turbo-propulseur....
Bref à la session suivante....
"- Raphaël ! Trois fois ton score! ... Non, non, ce n'est pas mal du tout.... Plus interactif ?... Ah bah ça tombe bien ! Coup de chance, j'ai par hasard Keyflower dans le panier... Ah! Oui un classique! La preuve, tous les ludochons ont été forc...- y ont déjà joué ... Tu ne connais vraiment pas ?... Bon je vais essayer d'harponner de te trouver un ou deux autres innocents joueurs "...

Si le nouveau ludochon résiste à ce traitement, il arrive d'ordinaire à la séance suivante avec une certaine... méfiance. Là, il regardera avec attention les joueurs présents et posera bien plus de question sur le contenu exact des boîtes qu'on lui proposera... Cela devrait l'amener à la réaction suivante, quand il tentera de raconter sa séance à son conjoint :
"- Alors c'était bien ?
- Je ne sais pas j'étais entre un type sympa avec la barbiche de Fu Manchu qui hurlait toutes les deux minutes "Il est terrible ce jeu, j'adore" et un autre type sympa qui renchérissait avec des "C'est le jeu du salon"...
- Il était aussi bon que cela ?
- Je ne t'ai pas dit, le troisième non moins sympathique ajoutait systématiquement "Mais non! C'est cheaté cette carte"
- Il était comment finalement alors le jeu....
- Bah, il était.... Euh.... bon".

Roll for the galaxy Roll for the galaxy - on a de grands fans chez nous...

À ce stade, nous avons déjà sélectionné les plus enthousiastes (ou les plus masochistes), et il convient alors de les présenter aux grands anciens... C'est souvent David qui s'y collera...
"- Règles complexes mais pas trop ? Gestion ? Mais pas trop ? Pas Keyflower ? À toi aussi ! Bon jeu ? Mais pas trop ?!?!
- J'ai un truc mais tu veux t'investir un peu dans un jeu ?"
Bien sûr, le nouveau ne réapparaitra qu'au terme d'une petite campagne de Star wars Assaut sur l'empire de 15 ou 16 séances...
À ce terme, normalement, on aura un ludochon pleinement opérationnel ! Cela se ressentira d'ailleurs sur son choix de jeux et de partenaires mais tout ne sera pas encore parfait...
"- Il est super ce jeu ! Vincent, on peut le trouver où ?
- Euh c'était un Kick starter coréen accessible uniquement via Tor.
- Ah..."
Ou encore ,
"- Tu aimes les protos ?
- Pourquoi pas
- Bon, voilà les ciseaux... Tu vas voir c'est un super jeu"
C'est à ce moment qu'il convient de lui présenter les autres ludochons, ceux qu'il n'a pas encore rencontré, nos joueurs et joueuses sympathiques et placides et là normalement il devrait trouver que le voyage valait la peine....

Maintenant l'affluence de nouveaux joueurs ne nous rend pas toujours capables de leur faire profiter de cette belle formation.... Qu'ils ne renoncent pas, cela vaut le coup !

Not alone Not alone - C'est comme chez les ludochons, tu n'es pas seul et... on va s'occuper de toi!

Les jeux

  • Blood Rage (Eric Lang chez Edge)
  • Bruxelles 1893 (E. Espreman chez Pearl games)
  • DC Comics Deck-Building game (Ben Stoll et Matt Hyra chez Cryptozoic Entertainment)
  • Kingdoms (R. Knizia chez Fantasy Flight Games)
  • Not alone (Ghislain Masson chez G.A.G.)
  • Pairs: Girl Genius Muses Deck ( James Ernest - Paul Peterson chez CheapAss games)
  • Roll for the galaxy (Wei-Hwa Huang, Thomas Lehmann chez Gigamic) x 2
  • Seafall (Rob Daviau, JR Honeycutt chez Ironwall games)
  • Prototype Bankiiiz



Les joueurs

  • Thomas, Stéphane (3), Yannick (2) et XXXXX en collants
  • Zaggus et deux nouveaux sur Kingdoms
  • Bertrand, Davy, Frédéric, Raphaël sur Roll for the galaxy
  • Bertrand II, Franck, Jean-Jacques etManu sur Blood rage
  • Laurent, Nelly, Nicolas, Noémie, Olivier à Bruxelles
  • Éric, Jean-Philippe, Vincent (Possom) et Suzel sur Seafall


Bloodrage Bloodrage - pour laisser aux jeunes les moyens d'exprimer quelques pulsions ;-)

vendredi, juillet 7 2017

6 juillet - fourberie familiale

À la lecture de ce titre, je ne doute pas que certains auront envie, au moins en pensée, d'agrémenter leurs réflexions de quelques onomatopées cinglantes à base de points d'interrogation et de points d'exclamation, ou chercheront tous les diacritiques rares que peut leur fournir leur clavier.
En effet, comment voir la moindre fourberie familiale, dans la séance d'hier alors que justement, c'est en cette journée, que par le biais d'une tradition (toute récente), nous avons réuni les ludochons et leurs familles pour une sorte de "pique-nique" ludique ? Accessoirement, une manière sympathique de marquer la fin de l'année et de faire une sorte de bilan (vous aurez droit à bilan des comptes-rendus dans ce billet!)...
On pourrait même évoquer tout un tas de concepts, comme la convivialité, la transversalité, l'ouverture aux autres, mais cela ressemblerait à un discours de coach et certains pourraient être pris de nausées.

Not alone Not alone - Avec les ludochons tu n'es jamais seul pour jouer... mais dans ce jeu ce n'est pas une bonne idée !

Comment, donc, voir une quelconque zone d'ombre dans cette réunion sympathique ? Certes, il faisait un peu chaud mais comment le reprocher aux organisateurs ? Et avec quelques verres de rosé la température redevenait supportable !

Et bien oui, il est temps de vous révéler les dessous sordides de cette manifestation... Elle a bien un but caché, celui de convaincre nos conjoints (cf la classification des conjoints ludiques) que les ludochons sont des êtres tout-à-fait sympathiques et parfaitement normaux, manoeuvre visant à nous assurer qu'on nous permettra de continuer à exercer notre passion !... Oui, c'est fourbe !

C'est ainsi que pendant un peu plus d'une heure, les ludochons se sont bien comportés histoire de donner le change, Emmanuel n'a pas mis sa chemise rose, Suzel n'a pas juré, on a persuadé Olivier de ne pas parler de Keyflower avant une bonne heure, les ludochons portaient des T-shirts sans rapport avec le jeu (mais où sont passés les T-Shirts Ystari? Lidja ? Pearl games ?). À aucun moment nous n'avons évoqué les termes de Legacy, deck, KS, et nous n'avons à peine parlé du jeu où alors comme un loisir tout-à-fait sain, méditatif et une sorte d'aventure intellectuelle dont on serait le héros...

El Dorado El Dorado - À la recherche du Spiel ?

Fourberie ultime, on a parfois regroupé par des manoeuvres subtiles (la longue pratique du jeu de placement), les non-joueurs dans un coin, où ils purent discuter agréablement, trouvant, ceux qu'ils pensaient être des joueurs, des plus plaisants.... Il suffit alors qu'un ludochon apparaisse régulièrement dans ce cercle (de jeux!) pour que l'illusion soit totale ! Du génie stratégique, je vous dis !

Bien sûr, à un moment il a fallu passer à la partie ludique de la soirée, mais là encore, le ludochon a parfaitement "joué le jeu"... Il l'a fait comme à regret comme s'il souffrait de quitter une si bonne compagnie !
Mais à ce moment ce fut le drame pour quelques ludochons, en effet certains purent reprendre leur "vraie vie", retourner sur un jeu Legacy en jurant parce que c'est un jeu de pirates, mille sabords! Alors que d'autres continuèrent la soirée avec les conjoints et furent "forcés" de continuer à donner le change... "Nan sérieux ? Pas de Quartermaster ou de Keyflower ?"

Bon, au final, cette chronique est elle-même des plus fourbes , et n'a qu'un seul but celui de ne pas tomber dans l'émotion, quand nous remercions notre "best half" (comme dirait les anglophones) ou nos proches qui nous laissent nous livrer à notre loisir et même, parfois, y participent. (Fin de la pirouette)

Dice Forge Dice Forge - Avis partagés mais en tout cas il sort souvent !

les jeux

  • Century : La route des épices ( Emerson Matsuuchi chez Plan B games) x 3 / 4 ?
  • Dice Forge ( Régis Bonnessée chez Libellud) x2
  • Kanagawa (Bruno Cathala, Charles Chevallier chez Iello)
  • Modern Art (R. Knizia)
  • Not alone (Ghislain Masson chez G.A.G.)
  • The Quest for El dorado (R. Knizia chez Ravensburger)
  • Seafall (Rob Daviau, JR Honeycutt chez Ironwall games)
  • Prototype

Les joueurs

Alain, Bertrand, Bertrand II, Céline, Davy, Éric, Frédéric, Guillaume, JB, Jean-Jacques, Jean-Philippe, John, Lucie-Anne, Magali, Marie, Maude, Olivier, Philippe, Nelly, Noémie, Raphaël, Sandra, Stéphane (l'aff), Suzel, Vincent (Possom), Vincent(Bibou), Yoann, Zaggus et toutes les familles !

Kanagawa Kanagawa - Le Japon comme source inépuisable de thèmes ?

- page 1 de 11