Mot-clé - Wallace

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, juin 28 2019

27 juin 2019 - Va jouer avec ton summer body !

Une partie de la presse en cette saison publie des articles préparés de longue date où il appert qu'il est grand temps de vous préparer pour l'été et d'enfiler votre "summer bod(y)"... Le ludochon, qui est, par essence, joueur, n'a rien contre ce genre d'expérimentation mais, avouons-le, tout cela le laisse un petit peu sceptique...

D'abord, en cette période de canicule, il se demande s'il est vraiment utile de se munir de ce physique, qui n'a pour fonction que de s'afficher en plein soleil... Parce que, dans ces conditions, votre précieux "summer body" risque assez vite de vous transformer en toast desséché, même plus bon à être tartiné, si ce n'est de biafine...
Et encore on pourrait presque s'accommoder d'avoir l'impression d'avoir transformé ainsi son corps en morceau de charbon de bois, graissé à l'huile de moteur, si cela ne risquait pas d'avoir des conséquences néfastes sur notre activité principale : le jeu.
Une simple exemple : combien de joueurs méritant ne peuvent plus s'asseoir à leur table de jeux à cause de coups de soleil, étrangement placés sur leurs séants?
Faites donc comme votre rédacteur! Si on vous parle de "Summer body", répliquez avec assurance "Non merci, j'aurais bien voulu... mais il n'y en a pas à ma taille !"

Cupcake empire Cupcake empire - Summer body mais... version vanille / chocolat avec double "topping"!

Chez les ludochons, qui sont des libéraux, nous n'imposons même pas de tests physiques à l'entrée! Ce qui est, à la limite, un peu imprudent, car il faudrait peut-être vérifier que nos nouveaux membres ont bien un player's body....
Oui, j'entends déjà certains dire que l'expression "t'as le physique d'un joueur" pourrait être mal interprétée par certains, voire servir de moquerie mais c'est une erreur qu'il convient de rectifier au plus vite!

  • D'abord un physique de joueurs c'est un système circulatoire de compétition, en effet il faut pouvoir tenir la position assise pendant plusieurs heures sans broncher tout en propulsant le maximum de sucres et d'oxygène vers le cerveau... Et bien, voyez-vous, tous les sportifs ne sont pas capables d'un tel exploit, si on en croit certains commentaires après match bien moins pertinents que certains de nos debriefs!


Nemesis Nemesis - Moi j'aime bien le Summer body... C'est plus craquant sous la dent!

  • Ensuite, il faut que les joueurs aient une agilité, notamment manuelle, hors-pair!... En effet tout en pratiquant d'expertes manipulations de cartes et autres meeples, il doit pouvoir, se taper le front avec une belle expressivité après une boulette, pouvoir se cacher les yeux pour simuler la réflexion (et où porte son regard et son prochain coup) , masquer sa bouche pour éviter de trahir ses sentiments, ou se gratter le crâne de dépit,... Au final, une dextérité des mains que pourraient nous envier bien des artisans!


  • L'heureux propriétaire d'un player's body doit aussi avoir affuté tous ses sens... Le joueur doit, bien entendu, avoir "vista" remarquable, complétée par un ouïe fine permettant de saisir les discrètes trépidations du pied de votre adversaire acculé. À l'ouverture d'une boîte, certains peuvent vous dire, "au nez", que le propriétaire qui affirme qu'il n'y a pas joué depuis longtemps essaie de vous endormir! Le goût enfin n'est pas moins sollicité, il doit même être sûr, notamment quand on tente de vous perturber avec des affirmations sur la meilleure couleur des dragibus!


  • Enfin, le player's body, c'est une résistance à l'effort incroyable. D'une part, il doit transporter des caisses de jeux avec un bonhommie remarquable, mais en plus de réaliser cet exploit, il est toujours prêt à faire une petite partie de plus, là ou le sportif est déjà sous la douche à faire des étirements. Nous, c'est notre pratique que l'on étire !


Il est temps donc de prendre nos plumes et d'informer les journalistes que le corps du joueur devrait être glorifié dans leurs colonnes ! Et puis, au fond, si on y pense bien toutes ces histoires de "Dad bod", "Beach bod ", "Summer bod" il ne faut pas se leurrer c'est pour nous mettre la tête à l'envers, car en verlan, "Bod" cela reste une bonne daube!

Shakespeare Shakespeare - auteur de Midsummer Night's Dream (body?)

Les jeux

  • 6 qui prend / 6 nimmt ! (Wolfgang Kramer chez Amigo)
  • Alhambra (Dirk Henn chez Queen Games)
  • Brass (Martin Wallace chez Roxley Games)
  • Copyright (Julien Sentis chez Ferti)
  • Cupcake Empire (A. Leduc et Y. Tourigny chez Ludonova)
  • Lanternes (Christopher Chung chez Matagot)
  • Nemesis (Adam Kwapiński chez Awaken Realms)
  • Kardinal & König (Michael Schacht chez 999 games)
  • Shakespeare (RV Rigal chez Ystari)
  • Solenia (Sébastien Dujardin chez Pearl Games)
  • Yōkai (Julien Griffon chez Bankiiiz)

Les joueurs

  • Alexis, Manu, Rémi et VIncenIV
  • Cyril, Cyril (Atom) et Renars
  • Bertrand II, Davy, Raphaël, et Vincent (Possom)
  • Guilhem, Nicolas, et Pauline
  • Frédéric, Guillaume, Maude et Stéphane (l'aff)
  • Cécile, Elsa, Noémie, et Philippe
  • Alain, Magali, Olivier et Vincent (Bibou)


Yōkai Yōkai - parce qu'on pense à Bertrand qui travaille son "Festival body"

vendredi, juin 7 2019

6 juin 2019 - Bien expliquer une règle

En cette belle soirée, je me retrouvais assis à la gauche de notre président. Pour des raisons évidentes d'amour propre mal-placé, j'aurais préféré, bien sûr, être son bras droit mais il avait réservé ce poste à son fils pour d'autres raisons qui font dire aux meilleures dirigeants de la planète:
"Népotisme ? Pas du tout il est à ce poste en raison de ses très grandes qualités." Des phrases que l'on a longtemps voulu nous présenter comme liées à un continent particulier alors que de grandes démocraties nous ont montré qu'il pouvait en être tout autrement... Quoique, dans le cas de Rémi, cela soit sûrement vrai, vu qu'il nous a déjà collé quelques belles dérouillées!

Pandemic : chute de Rome Pandemic : chute de Rome - C'est là! Entre la gencive et la dent que s'installe le barbare!

Passons. Notre président, donc, me disait, 'Tu vois je serais prêt à payer si tu nous fais un billet sur ce que c'est que bien expliquer une règle'.... Ne pouvant résister à un ordre direct d'un dirigeant aussi éclairé, et étant un être profondément vénal, le sujet du jour était tout trouvé.
Qu'est ce que "bien expliquer une règle"? En fait, le sujte est assez simple, prenez un ludochon et demandez lui de vous expliquer un jeu un peu touffu des années 80... Vous voyez ? Et bien, "bien expliquer une règle", ce n'est pas cela...
CQFD, sujet résolu (Manu, je t'envoie mon RIB). En effet chez les ludochons, nous avons eu au cours des âges des exemples tout-à-fait parlant d'explications de règles, il était temps de classer cela.

  • l'explication B2B (Non pas Business To Business mais plutôt Back to the Box). Un explication tellement lumineuse qu'elle pousse à remettre le couvercle sur la boite et à l'envoyer dans un recoin très très sombre
  • l'explication SNOB, dans ce type d'explication, on ne consent pas à vous expliquer la règle tellement elle est évidente... Le résultat dégage rarement une grande noblesse!
  • l'explication STÉRÉO, vous avez à la table la chance d'avoir deux personnes prêtes à vous expliquer les règles car ayant, tous les deux déjà joué à ce jeu... Enfin c'est ce qu'elles pensaient avant d'avoir commencé réellement l'explication
  • l'explication GA (Grand âge), synonyme du "je n'y ai pas joué depuis longtemps"... Explication qui se transforme assez souvent en explication GA² (gaga ou guère au carré).
  • l'explication J2LR ("J'ai lu les règles") ce qui est un bon principe général, si ce n'est qu'il est rarement précisé "en changeant la couche de mon fils pendant une gastro alors que je devais renvoyer un mémo à mon chef et que je ne suis pas sûr / sure d'avoir raté une ou deux pages parce qu'il avait vomi dessus (mon fils, pas mon chef)".
  • l'explication "ASOT" ("As seen on TV" ou plutôt "As seen on Youtube"), ce qui donne une certaine confiance au responsable jusqu'au moment où il bloque sur un point crucial qu'il aura le plus grand mal à éclaircir dans la règle coréenne.


London London - 2nde édition à faire tester par les amateurs de la première

Bref, voilà ce qu'il arrive parfois chez les ludochons, et on peut s'étonner de prendre autant de plaisir à jouer ensemble alors que nos explications ne sont pas toujours lumineuses. Qu'est ce donc alors qu'une bonne explication ? Expliquer les règles certes, mais il faut souvent pour cela

  • les rendre concises, sans pour autant faire que cette concision soit elle aussi source d'ambiguïté
  • utiliser le thème quant il peut servir de renfort pour comprendre un mécanisme mais ne pas insister trop lourdement si il génère au contraire de la confusion.
  • expliquer les règles certes mais surtout faire comprendre aux joueurs quelle est la dynamique du jeu.
  • éviter aux néophytes les chausse-trappes, mais leur laisser néanmoins le plaisir de la découverte.
  • rendre vivante cette explication, sans pour autant les perdre dans la narration.

Bref bien expliquer une règle, c'est résoudre un paradoxe, ce qui au final, se résume d'ordinaire à trancher un noeud gordien, et à tailler dans le lard en faisant ce qu'on peut.
En fait souvent, bien expliquer une règle, c'est avoir des joueurs disposés à vous aider et qui savent qu'au fond on est tous là pour passer un bon moment. Finalement c'est peut-être un truc à la portée des ludochons (sauf pour votre insupportable bavard de rédacteur).

Bon, la prochaine fois, on trouvera un sujet plus simple, la physique quantique ou la mécanique des fluides...

Terraforming Mars Terraforming Mars - Étonnant que le plateau ne soit pas plus usé que cela!

Les jeux

  • Bruxelles 1893 (E. Espreman chez Pearl games)
  • Castles of Mad King Ludwig (Ted Alspach chez Bézier Games)
  • Koryŏ (Gary Kim chez Moonster Games)
  • Londres (seconde édition) (Martin Wallace chez Osprey Games )
  • Pandemix : la chute de Rome ( Matt Leacock, Paolo Mori chez Asmodée)
  • Res Arcana (Thomas Lehmann chez Sand Castle Games) x2
  • Terraforming Mars (Jacob Fryxelius chez Fryxgames)

Les joueurs

  • Bertrand II, Guillaume et Raphaël
  • Alexis, Bertrand, Frédéric, et Stéphane (l'aff)
  • Cécile, Magali, et Noémie
  • Manu, Olivier, Rémi et VIncenIV
  • Éric, Nelly, Philippe, et Suzel
  • Antonio et Cyril


Bruxelles Bruxelles - Bon jeu que l'on aime ou pas l'art nouveau!

vendredi, avril 26 2019

25 avril 2019 - Nous ne jouerons plus... ensemble...

Hier soir, soirée assez classique chez les ludochons, où nous avons vu refleurir sur nos tables quelques vieilles boites dans lesquelles on fait encore de belles confitures et des jeux somme toute assez classiques....
Néanmoins dans les discussions et en observant les divers blogs ludiques il faut bien constater l'apogée du kick starter dans notre univers. Par certains cotés et c'est ce qu'on nous avait vanté, le financement participatif a permis l'édition de jeux un peu rares et ne soyons pas complètement innocents à certains éditeurs de se financer et de financer leurs jeux à peu de frais.

Imperial Imperial - le JdS c'est un loisir qui se joue à plusieurs et à la fin c'est Raphaël qui gagne.

Un monde parfait ? À voir. Le défaut est que finalement, aujourd'hui vous pouvez croiser deux groupes de joueurs et si vous leur demandez de raconter leurs années ludiques, vous découvrirez parfois qu'elles ne se ressemblent en rien... Il fut un temps où le nombre de jeux et de joueurs vous obligeaient à essayer diverses sortes de jeux et à vous confronter à différents types de joueurs dans l'année, aujourd'hui vous pouvez ne jouer qu'à des jeux confidentiels et avec des groupes immuables... On en arrive presque à avoir des chapelles, qui peuvent comme de bons religieux intégristes affirmer haut et fort leur pureté et se rendre sourds à tout type de jeu ou d'argument contradictoire.
Bref, il devient aujourd'hui compliqué d'avoir une vue générale du jeu, et de prendre du recul, sauf à consommer à outrance ce qui est finalement peut-être aussi critiquable.

Le modèle a montré cependant son efficacité financière, mais aussi artistique, dans le domaine de la création "télévisuelle", on a maintenant des systèmes vous permettant d'accéder à des catalogues énormes et à des contenus exclusifs (et de qualité). Formidable? Certes, si ce n'est que les catalogues ne sont jamais complets et qu'il faut alors soit jongler avec les abonnements (agilité illusoire), soit dépenser des sommes faramineuses pour n'utiliser qu'une partie du contenu. Si vous refusez de vous plier à ce système, certains des contenus sont définitivement inaccessibles. Si vous avez grandi à l'ombre des bibliothèques municipales (l'ancien nom des médiathèques avant que la peur des livres ne nous saisisse) ou de l'association "Culture et Bibliothèque pour Tous" (qu'ils soient remerciés ici), le concept vous parait finalement assez dérangeant. Comme si vous deviez vous intéresser au cinéma allemand en ne voyant que Murnau ou Fritz Lang parce qu'ils sont dans des "catalogues" différents... Et si on revient au monde du jeu, faudra-t-il un jour choisir entre Feld ou Knizia?

Argent Argent - on en a effectivement pour son argent en terme d'espace occupé !

Par ailleurs, le financement participatif, on l'a dit, a permis d'éditer des jeux (et des films) qui par ailleurs n'auraient peut-être pas eu leurs chances, parfois parce qu'ils en se conforment pas au consensus, ou nous heurtent un peu dans nos convictions. Mais est-ce que finalement, nous n'allons pas restreindre les bons jeux ou les plus corrosifs à un public exclusif en privant tous les autres de ceux-ci? Et pire pour certains, est ce que finalement, plutôt que des bons jeux nous n'aurons plus accès qu'aux jeux qui nous ressemblent...
Le jeu de société se pratique-t-il encore en société s'il est joué dans une tour d'ivoire par un cercle d'élus évitant tout hérésie. Jouerons-nous encore ensemble ? CQFD

Bon à ce stade, vous devez commencer à vous dire : il est verbeux et chiant le rédacteur ce matin! Et vous aurez raison. C'est pour cela que nous vous proposons :

  • Pour un 50 centimes, la "vraie" chronique du jour incluant un hommage à Dick Rivers de la naissance de son pseudo pas très heureux (lui même en convenait), à un évocation plus sensible rappelant ses nombreuses collaborations de qualité et surtout chose rare une autodérision qui n'excluait pas ses convictions (attention, un langage cru peut heurter certains lecteurs).
  • Pour 1 € la chronique du jour mais cette fois avec un hommage ému à Jean-Pierre Marielle, avec une grande partie sur le culte "Les grands ducs", une évocation de tous les grands disparus (Rochefort, Kremer, Girardot, Noiret...) et des mentions de "Tous les matins du monde" et de l'admirable "La Controverse de Valladolid"... (attention, un langage direct pourra heurter les lecteurs des cahiers du cinéma et les fans de Vin Diesel)
  • Pour 2 € le super-bundle avec les deux chroniques précédentes, ré-écritent en incluant des citations présidentielles sur l'art d'être joueur... (attention, un langage cynique pourrait heurter les gilets jaunes, les marcheurs, les insoumis, les républicains, les verts, etc...).

Ouaip c'est moche, mais, au final, ça coûte cher, les tours d'ivoire...

Gingerbread house Gingerbread house - Pas d'ivoire ? Passons au pain d'épices ! C'est plus convivial !

Les jeux

  • 51st State (Ignacy Trzewiczek chez Portla publishing)
  • Argent The consortium (Trey Chambers chez Level 99 Games)
  • Colony (Ted Alspach, Toryo Hojo, N2 sur Bézier games) x2
  • Gingerbread house (Phil Walker-Harding chez Funforge )
  • Imperial (Walther Mac Gerdts chez Eggertspiele)
  • London (Martin Wallace chez Tree frog)
  • The Palace of Mad King Ludwig (Ted Alspach chez Bezier Games)

Les joueurs

  • Bertrand, Cyril (Atom), Joëlle, et John
  • Bertrand II, Frédéric, Guillaume, et Raphaël
  • Lisa, Magali, Noémie et Philippe
  • Antonio, Cyril, David, et Renars
  • Éric, Jean-Jacques, Michaël, Romain et une visiteuse
  • AlainCM, Davy, Olivier et Suzel


51st state 51st state - Note à Fox News.... C'est un jeu!

- page 1 de 15