Mot-clé - Wallace

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, novembre 26 2021

25 novembre 2021 - Tout le monde...

Une séance des ludochons consiste d'ordinaire, si on prend un peu de recul, à convoquer toutes les époques et tous les lieux et pourquoi pas à se livrer à une douce rêverie sur le choc de ces "histoires" réinterprétées dans le jeu.

Yak, nov. 2021 Yak - Matériel et thème improbables ?

Ainsi, songeons à Yak, pensiez-vous qu'on puisse faire un jeu sur ce charmant ruminant dont la version sauvage peut aller jusqu'à peser une bonne tonne ? Non pas forcément ! Et puis, que n'apprend-on pas si on commence à se pencher sur le sujet ? Son nom scientifique, par exemple, est Bos grunniens ce qui veut dire bœuf qui grogne, car le yack ne meugle pas ! Que dire aussi du lait de yack (en fait de dri, sa femelle, parce que si vous essayez de traire un Yack cela pourrait se passer assez mal), qui est légèrement rose, et particulièrement nourrissant !

Keyflower et Anno 1800 pourraient, eux, nous emmener eux dans des périodes à la fois assez proches dans notre imaginaire confus (C'est dans la case "anglo-saxon") et, pourtant disjoints historiquement et dont les réalités étaient bien différentes... Quelle était la vie d'un colon américain en 1620, dos à l'Atlantique, et face à un continent relevant pour lui de la Terra Incognita ? Comment vivait son cousin anglais, qui, lui, était resté dans la mère patrie et qui vivra la Révolution industrielle presque deux siècles plus tard ?

Dans notre monde pressé, l'usage de la montre (Watch) ne nous trompe-t-il pas sur la réalité, et le cynisme, des choses ? Montres, symboles de nos drames de bons occidentaux pressés, alors que tout est déjà disponible sur nos marchés (Mercado de Lisboa) ? Et que dire des vikings (Vikings Gone Wild), figures légendaires, dont on ré-invente périodiquement une partie de la civilisation au gré de nos besoins ? Besoins qui sont, peut-être, symbolisés par un "toujours plus" qu'interprète délicieusement Q.E. ?

Watch, nov. 2021 Watch - Vendre des montres ou des armes ? Dilemme pour exilé suisse ?

Bref une fois couché, avant de sombrer dans un sommeil réparateur, mon esprit confus réalisait un étrange syncrétisme, en réalisant qu'un colon qui a découvert de nombreux produits américains, ne connaitrait jamais, lui, le lait rose... Que l'anglais, ouvrier à Birmingham, participerait au développement de la première puissance mondiale, mais qu'il le ferait sous un ciel plombé par les rejets des cheminées et de la combustion putride du mauvais charbon, loin des jardins royaux (Azul Queen's garden) ? Que retiendra le fier viking de ses voyages ? Est-il proche en cela du colon anglais ? De celui du XVIIe ou du XIXe ?

Le jeu ne procure pas que de bons moments, il offre parfois aussi d'étranges rêveries...

Anno 1800, nov. 2021 Anno 1800 - version pimpante et réjouissante des machines à vapeur, pré-bilan carbone...

Les jeux

  • Anno 1800 (Martin Wallace chez Iello)
  • Azul Queen's garden (M. Kiesling chez Next Move)
  • Carnival of Monsters (R. Garfield chez Gigamic)
  • Innovation (C. Chudyk chez Iello)
  • Keyflower (R. Breese & S. Bleasdale chez R&D games)
  • Mercado de Lisboa (Vital Lacerda et Julián Pombo chez Eagle Gryphon Games)
  • Q. E. (Gavin Birnbaum chez Board Game Rookie)
  • Vikings Gone Wild (Julien Vergonjeanne chez Lucky Duck Games)
  • Watch (Daniel Newman chez PD-Verlag)
  • Yak

Les joueurs

  • Bertrand II, Natacha, et Suzel
  • Eric, Manu, Olivier et Philippe
  • Alexis, Guillaume et Michaël
  • Elsa, Marie, Noémie, et Marie
  • Cyril, Juan-Maria, et Tibi
  • Cédrick, David, et Vincent (Bibou)


Q.E., nov. 2021 Q.E. - Le jeu où tu peux investir _absolument_ tout l'argent... que tu n'as pas ... Troublant...

vendredi, novembre 5 2021

4 novembre 2021 - Billet non culotté (car étamé)

Il est parfois assez impressionnant de voir le crédit qu'un auteur établi peut avoir auprès d'un éditeur, par rapport au premier péquin venu. Prenons le cas de l'excellent Martin Wallace, dont on a retrouvé un des jeux (Tinner's trail) en cette belle soirée... Imaginons que vous soyez éditeur, et qu'un quidam enthousiaste mais inconnu se pointe à votre porte en vous proposant un jeu sur l'exploitation minière de l'étain et du cuivre en Cornouailles.... Et bien, pour ce qui est de l'étain, ce genre de thème n'éteint généralement qu'une seule chose : l'envie de l'éditer (du moins avec ce thème) !

Bien sûr, cet éditeur virtuel, en le refusant, pourrait vouloir faire de l'humour, et en poussant à l'extrême la moquerie, proclamer :
"- Ah.... C'est dommage.... J'ai déjà dans les cartons un triptyque sur l'histoire de la dinanderie à Villedieu-les-Poêles... dont un très beau prototype sur la fabrication des cloches en Normandie..."(1)

Tinners' trail, nov. 2021 Tinners' trail - Euh, à ce stade de la partie, j'ai acquis une belle série de stations thermales....

Bref pas facile de proposer un thème à un éditeur, mais si vous vous appelez Martin Wallace et que vous avez quelques succès derrière vous, une réputation flatteuse et l'habitude d'obtenir des succès avec des jeux arides sur des sujets improbables et des illustrations étiques, vous pouvez faire le bonheur d'un éditeur (qui se dira que, même en cas d'échec, il pourra se refaire sur le budget graphisme).

Cette introduction discutable n'a d'ailleurs pour but que de s'étonner de ce nouveau Tinner's trail, qui est un Wallace sur un sujet tellement peu engageant a priori que, si cela constituait votre spécialité, elle ne vous vaudrait même pas d'être invité à un diner de cons, mais jeu, qui se trouve être joli (?!?), assez accessible (?!?) et même pas trop punitif (?!?)... Voilà de quoi perturber nos plus anciens joueurs et de nous demander s'il ne convient pas de tout reprendre à zéro, y compris cette chronique...

Que dire d'autre, alors, sur cette soirée s'il faut repartir à zéro ? Et bien passons de l'étamage à la déculottée ! (Tout cela pour le bonheur de cette association d'idées!).
Nous avons appris que la femme était, on le savait, l'avenir de l'homme (Aragon), l'avenir du joueur, mais aussi maintenant l'avenir des petits animaux forestiers... Il semblerait en effet qu'au moment où nous les ayons quitté, certains de nos vétérans, ayant du poils au patte et, sur leurs corps burinés par des heures de jeu, les marques de leur expérience ludique, (un oeil torve, un regard chassieux à qui rien n'échappe, des doigts longs et crochus pour déplacer prestement et silencieusement les meeples, ) bref, que les tenants du savoir et de l'histoire ludochonne aient un peu souffert de la présence d'une jeune joueuse à leur table de Root...
Bref une déculottée , je crois, je ne sais pas s'il seront plus "woke" dans le futur mais ils seront surement en tout cas plus attentifs... D'ailleurs le woke chinois n'est pas étamé (tout se tient, tout se tient!).

Signalons aussi que pour ceux qui aiment les loisirs apaisés (le club vieillit?), plusieurs de nos membres randonnaient dans la campagne anglaise avec Meadow, jeu qui fonctionne bien chez nous et que, Guillaume qui, lui, aime bien les choses qui font réfléchir attirait quelques âmes innocentes (et Noémie :-) ) sur Noria .

Prochain compte-rendu d'ici une quinzaine de jours puisqu'il ne nous est désormais plus possible de fréquenter nos locaux les jours fériés (donc le 11 novembre).... Paradoxe moderne, dans une civilisation, où on travaille de plus en plus les jours chômés, mais où il devient impossible de jouer à ces mêmes dates.

Noria, nov. 2021 Noria - Si tu suis bien toutes les rotations et bien, c'est facile, tu gagnes... un tour chez l'ostéo...

(1) Note : cette remarque uniquement pour faire plaisir aux bretons que j'assaisonne d'ordinaire (enfin ceux qui l'ont compris ;-) ), et qui pourraient, sinon, finir par vouloir me livrer quelques tonnes d'algues vertes...

Les jeux

  • Deep sea adventure (Jun Sasaki chez Oink Games)
  • Meadow ( Klemens Kalicki chez Asmodée)
  • Noria (Sophia Wagner chez Pegasus Spiele)
  • Root (Cole Wehrle chez Leder games)
  • Tinners' Trail v2 (Martin Wallace chez Phalanx)

Les joueurs

  • Cédrick, David, et Romain
  • Bertrand II, Matthieu, Olivier, Vincent (Possom)
  • Alexis, Eric, Léa, et Michaël
  • Guillaume, Juan-Maria, Noémie et Tibi
  • Serge un peu tard.


Root, nov. 2021 Root - des couleurs d'automne adaptées à la saison.... ou à un bain de sang ?

vendredi, mars 6 2020

5 mars 2020 - Collapsologie pimpante

C'est un curieux rapprochement qui s'est produit chez les ludochons hier, un choc dans notre calendrier, puisque c'est le jour où on annonce que la France atteint début mars son jour du dépassement Carbone, que certains de nos ludochons s'aventurent sur le terrain de Paris New Eden, jeu post apocalyptique, où dans un Paris très vert (on se croirait dans une campagne électorale!), des aventuriers tentent de reconstruire une nouvelle ville...

Paris New Eden, mar. 2020 Paris - new Eden - Après les existentialistes, les survivalistes...

Pour tout dire ce qui surprend dans ce jeu c'est le côté pimpant des illustrations, attention nous ne parlons pas du "pimp" ludique cette tendance visant à customiser son jeu, non, nous évoquons bien l'adjectif pimpant et son cortège de couleurs joyeuses et de courbes rassurantes, pour un jeu post-apocalytique cela peut surprendre de prime abord!
En fait, si on regarde avec attention nos boites de jeu dès qu'il s'agit de l'apocalypse, il y a deux écoles.
D'un côté, il y a la version fête foraine pour survivalistes, là on est plutôt dans les couleurs sombres, la batte de baseball (puissance du soft power américain), la tronçonneuse (bis) qui est toujours à sec, la saleté et les amputations à vif à l'opinel (ça, c'est pour la French touch!).
Bref, ça ne va pas rigoler, et même si parfois c'est un peu moins violent (Otys aujourd'hui), on peut quand même penser que pour les concepteurs et certains des joueurs la compassion et les cellules miroir ne sont pas leur préoccupation principale. Bref si le livre avait encore un peu d'importance dans cet univers on dirait qu'ils ont brûlé Rousseau pour ne retenir qu'une version sous acide (ou stéroïde) du Leviathan de Hobbes...

À l'opposé, il y a les tenants de l'effondrement bisounours, les hommes habitent dans des arbres, et vivent de cueillette et de chasse (mais sans tuer des animaux, hein parce que, même si c'est conceptuellement pointu, c'est mal et puis ça peut être clivant chez les acheteurs). Là, la palette de couleurs est nettement plus pastel, et le jeu est apaisé, voire collaboratif...
Bref dans un des cas on mange des topinambours cultivés avec plaisir, dans l'autre, aussi, mais crus et à même la terre... Dilemme ? Pas faux...

Mais, voilà, comme il convient de le rappeler "Mother nature is a bitch" (notez qu'on le lui rend bien), et il est peu probable que le scénario qui nous attend ressemble à tout cela, et par principe donc il y a de bonnes chances pour qu'il nous surprenne... Pire notre surprise sera aussi en partie le fruit de notre cécité où souvent de notre capacité à ne préparer que ce que nous imaginons avec tous nos préjugés...
J'en veux pour preuve cette nouvelle "réjouissante": à Hong-Kong suite à quelques difficultés de "circulation", le papier toilette est devenu si rare qu'il intéresse le marché noir. Aviez-vous lu beaucoup de choses sur le sujet avant cette nouvelle et bien non... Et je pense d'ailleurs, avec émotion, au survivaliste qui dans sa cave passe ses soirées à retirer l'étiquette de ses conserves parce qu'il avait négligé ce petit détail... Et oui, de ce côté là nous avons un biais sérieux et depuis longtemps (ainsi avez-vous souvent vu des gratte-culs compagnons indispensables de nos poilus dans un musée de la première guerre mondiale, alors que les mitrailleuses sont légions?).

Reef, mar. 2020 Reef - Des récifs en plastique au fond de l'océan.... Visionnaire ?

Bref, le futur n'est jamais ce qu'on en pense et c'est pour cela qu'il faut souvent garder un attitude souple à son égard, certains collapsologues recommandent donc souvent de faire confiance à de petites sociétés humaines plus collaboratives, qui sont des entités assez souples et évolutives... Et, puisqu'il y a société dans jeu de société, nous nous permettrons de penser que ce qui nous prépare le mieux à l'avenir dans nos soirées ce n'est pas nos jeux mais nos joueurs... Enfin, si nous apprenons un jour la sobriété ludique et à ne plus pledger compulsivement pour du plastique ! On a encore du boulot et on est déjà le 5 mars...

Les jeux

  • Celestia (Aaron Weissblum chez Blam!)
  • Cyclades (Bruno Cathala et Ludovic Maublanc chez Matagot)
  • Otys (Claude Lucchini chez Libellud)
  • Paris : New Eden (Ludovic Maublanc et Florian Grenier chez Matagot)
  • Reef (Emerson Matsuuchi chez Plan B Games)
  • Rocketmen (Martin Wallace chez Asyncron)
  • Welcome to your perfect home (Benoit Turpin - Blue Cocker)
  • It's a Wonderful World (Frédéric Guérard chez La boîte de Jeu) x2

Les joueurs

  • Alain, Vincent (Bibou) et une invitée
  • Guillaume, Maude, Philippe et Serge
  • Olivier, Stéphane (l'aff) et Ulysse
  • Alexis, Manu, Michaël, et un invité
  • Bertrand, Cyril et Frédéric (et sa jeune assistante :-) )
  • AlainCM, Éric, Jean-Marc, Pauline et Vincent (à la barbe fleurie)


20200305_rocketmen.jpg, mar. 2020 RocketMen - Alors on fait moins le malin là ? Dans la fusée, hein, Elton ?

- page 1 de 17