vendredi, mai 31 2019

30 mai 2019 - Un compte-rendu en relief !

Nous nous étions déjà auto-proclamé, il y a bien longtemps, meilleur blog ludique de l'univers (nord isérois), un titre largement mérité, au moins dans la catégorie "volume de *ù$#* débitées", plus que dans celle de la rigueur journalistique; il était temps cependant, pour renouveler l'admiration de notre lectorat -10 personnes vaguement déprimées le vendredi et heureuses de trouver une alternative à la lecture d'un n-ième document Excel -, il était temps donc, de fournir à ces lecteurs fidèles de réelles innovations !
Pour ce faire, nous allons, aujourd'hui, nous livrer à la réalisation du premier compte-rendu ludique en 3D! On aimerait vous dire que c'est une première mondiale mais comme nous vous l'avons déjà signalé la rigueur journalistique n'est pas notre métier et ce n'est pas si simple que cela à vérifier...

Pour ce faire nous allons utiliser des stéréoscopes. Le principe est le même que pour la stéréo pour vos oreilles, deux haut-parleurs simulent le volume pour que vos deux oreilles captent des sons légèrement différents... C'est là même chose pour les stéréoscopes où on a deux images une pour chaque oeil, principe qui est toujours d'actualités puisque c'est ainsi que l'on procède pour les films 3D, même si les images sont fusionnées dans la même image et que des dispositifs occultants (filtres de couleur, filtres polarisants). permettent d'en éliminer une partie.

Gentes Gentes - Une claque... mais parce qu'il y avait Raphaël à la table ! (Cliquez pour voir en grand)

Dans la minute confiture, nous préciserons que ce dispositif est plus ancien que la plupart des gens ne le pensent, en effet il est né bien avant la stéréo pour les oreilles et a été inventé par Wheatstone en 1838, qui avec des miroirs et des dessins réussissait à donner l'illusion du volume, mais le créateur souvent le plus mentionné est Brewster qui remplace les miroirs par des lentilles, ce qui rend le dispositif plus simple.
Et oui les images avant le son ! Remarquez c'est logique, essayez de synchroniser deux phonographes à manivelle et vous comprendrez pourquoi l'image était une meilleure solution!

L'explosion de la technique arrive avec la photographie, en créant des appareils à plusieurs objectifs, ou en jouant avec des slide-bars pour déplacer un appareil photo, ou encore en synchronisant plusieurs appareils on arrive à créer assez facilement des images stéréoscopiques....

Oauip,.... Me direz-vous mais là; on a surtout l'impression d'avoir bu et de tout voir en double.... Certes... Deux solutions soit il faut vous trouver un stéréoscope soit certains arrivent à voir la 3D en... louchant! Bref, il semble que cette performance ne pourra satisfaire que deux personnes, votre serviteur, et Yoann autre fan de cette technologie chez les ludochons !

Fuji Fuji - Oh, regarde la lave, on la voit bien...... Fffffffff !

Bon, pour relancer votre intérêt, on va faire un peu dans le people, sachez qu'un autre grand fan de stéréoscopie est Brian May, le guitariste de Queen (et oui!) il a d'ailleurs publié des photographies de Queen en 3D... Il est par ailleurs collectionneur d'images stéréoscopiques du milieu du XIXème....
Maintenant à vous de voir s'il vaut mieux voir Freddy Mercury en 3D ou entendre celui-ci en stéréo....

Attention, voici venu le temps de la pirouette finale : la 3D n'est pas sans signification pour des joueurs, elle rappelle aussi que nous jouons dans la réalité, avec des adversaires en volume et avec qui nous échangeons en direct en partageant de vrais plateaux et de vrais meeples....
C'est pour cela que même au milieu du week-end de l'Ascension, on trouvait encore quelques vaillants ludochons pour échanger autour de nos tables...

Res Arcana Res Arcana - pas besoin du relief pour mesurer la déroute de deux des joueurs !

Les jeux

  • Abyss (B. Cathala & C. Chevallier chez Bombyx)
  • Dicium (J. Thome chez Geek Attitude Games)
  • Fuji (Wolfgang Warsch chez Super Meeple)
  • Gentes Deluxe (Stefan Risthaus chez Spielworxx)
  • Res Arcana (Thomas Lehmann chez Sand Castle Games)
  • Space Explorers (Yuri Zhuravlev chez BLAM!) x2

Les joueurs

  • John, Magali, et Raphaël
  • Laurent, Olivier et Philippe
  • AlainCM, David, et Vincent (Bibou)
  • Elsa, Manu, Noémie, et Rémi


Dicium Dicium - sortir d'un labyrinthe, premier exercice de vision dans l'espace !

vendredi, mai 24 2019

23 mai 2019 - Ce n'est pas du jeu !

Cette expression enfantine, est souvent utilisée, même par les plus âgés, lorsqu'un triste sire se décide à franchir les bornes des conventions (du jeu, sociales,etc. ) souvent pour son propre profit. Et il faut bien dire que cette expression est un assez bon synonyme du "tricher n'est pas jouer", qui est un des garants d'une bonne ambiance autour des tables de jeux. Le contrepoint de ces expressions, auquel on pense rarement, est qu'il implique le respect souvent tacite d'une règle qui détermine les interactions entre joueurs.
C'est d'ailleurs parfois un paradoxe que de voir même mes plus révolutionnaires ou au contraire les plus conservateurs de nos joueurs, de ceux qui sont prêts à évoquer la désobéissance civile ou d'appeler au respect des traditions, se plier avec la même application et la même grâce à une nouvelle règle originale.

La règle est donc constitutive du jeu, voilà presque une évidente révélation (oxymore), tant dans l'imaginaire collectif, le jeu est associé au plaisir ou à la légèreté alors que la règle serait plutôt associée à une certaine austérité!

Tiny towns Tiny towns - enfin on n'est pas tout-à-fait sûrs...

Chez les auteurs de jeu, il faut bien l'avouer cette contrainte a parfois chatouillé leurs pulsions créatrices... Au démarrage, il a sûrement fallu pour les jeux de guerre, tenir compte du fait que les profils asymétriques des joueurs pouvaient entraîner des règles différentes, mais certains iront plus loin.... On peut citer dans les grandes étapes l'apparition de Rencontres cosmiques (1977) où les joueurs jouent avec des capacités et des règles différentes, il faut citer les règles évolutives au cours du jeu qui dans leurs versions les plus évoluées amènent à des règles qui changent entre les parties (le Legacy). On peut aussi évoquer les règles qui se composent (504), les règles que l'on choisit (Niet!), et à un autre bout du spectre, des règles amendables avec tous les JCC et qui dépendent aussi de choix précédents le jeu même et du hasard.

Bref, malgré la créativité des auteurs, on a beau faire, le joueur, comme le moine, a besoin de la règle, et on peut dire qu'il lui sera sûrement surpris de se voir comparer à ces derniers !

Minute confiture : notez que dans la région nous connaissons bien la Chartreuse (pour nombre d'entre nous plus sous la forme liquide que dans celle de l'Ordre monastique, producteur d'icelle). Et bien techniquement les chartreux, disciples de Saint-Bruno, ne suivent pas une règle mais des statuts. (Oui, d'accord, c'est un peu pareil, mais comment résister au charme d'une telle information)

Heureusement, chez les ludochons, nous avons des créateurs de jeux et hier c'est Yoann qui avait décidé de nous prouver qu'il y avait encore des variantes autour de la règle de jeu que nous n'avions pas explorées.... Il avait choisi pour cela un jeu TinyTows qu'il venait de se procurer.
La première chose qu'il affirma est que "la règle était tellement limpide qu'il n'avait pas besoin de nous l'expliquer".... Le problème est qu'il le pensait vraiment et que ce fut la phrase sûrement la plus sensée des 10 minutes qui suivirent...
Donc nous avons joué avec une règle composite, liée aux efforts des différents joueurs pour comprendre la signification du matériel posé devant eux... Règle ponctuée de quelques interjections quand nous nous sommes décidés à regarder malgré tout quelques points dans la version papier.... En fait, il n'est pas sûr que nous ayons joué à Tiny Towns... Non... Pas sur du tout... Mais c'était fun !

Fuji Fuji - Stéphane a un peu joué avec le feu !

Côté règle nous avons pu essayer pour la première fois Fuji, un collaboratif avec des dés où on doit tous tenter de s'enfuir tout en essayant de ne pas nuire à la fuite des autres... Classique et original en même temps ? En passant c'est John qui avait offertsa place sur un jeu collaboratif avec des dés à Olivier (qui n'aime ni les uns, ni les autres).... La Manche ne s'est toujours pas asséchée!

Pour ce qui est des règles, saluons aussi la bonne volonté d'Alain CM, arrivé il y a quelques années en précisant qu'il ne connaissait pas bien le jeu et qu'il voulait jouer pour le plaisir et qui se trouve embarqué quasiment à chaque fois sur les plus gros jeux de la soirée.... Il a ainsi eu le droit hier, pour se délasser, à la découverte de Mombasa...

Notons le passage de Zag, notre père Noël, qui se retrouvera sur une table de Res Arcana (qui tourne vraiment souvent), notons aussi que Raphaël et Guillaume après avoir prétendu vouloir se retrouver sur des jeux plus légers s'assirent devant Newton, et que Nētā-Tanka poursuit son entrée tonitruante.

PS : n'oubliez pas le retour de John

Mombasa Mombasa - un bon jeu sur "le temps "béni" des colonies"

Les jeux

  • Fuji (Wolfgang Warsch chez Super Meeple)
  • Koryŏ (Gary Kim chez Moonster Games)
  • Last heroes (Eric Jumel chez Ludonaute)
  • Mombasa (Alexander Pfister chez Gigamic)
  • Nētā-Tanka (RV Rigal chez La Boite de Jeu)
  • Newton (S. Luciani et N. Mangone chez Pixie games)
  • Res Arcana (Thomas Lehmann chez Sand Castle Games)
  • Tiny towns (Peter McPherson chez AEG Alderac Entertainment Group )

En délocalisé

  • Les charlatans de Belcastel / Die Quacksalber von Quedlinburg (Wolfgang Warsch chez Schmidt Spiele)

Les joueurs

  • Olivier, Stéphane (L'aff) et Vincent (Bibou) marchant sur la lave !
  • AlainCM, Antonio, Éric et VIncentIV en vilains colons
  • Magali, Suzel et Yoann jouent encore aux petits indiens
  • Guillaume, Raphaël, et Vincent (Possom) (se) mangent des pommes
  • Alexis, Zaggus et fille, Sages comme des (i)mages

En délocalisé

  • Cécile, Elsa, et Noémie


Res Arcana Res Arcana - devrait être dans le top de nos jeux 2018-2019

Exitio est ...

What is a "Ludochons" ? I asked myself this question again this evening. My attendance for the last few weeks has been spotty at best. My writing for the blog... Unmentionable. So it was with a fresh mind and thirst for games I arrived at our little club room. I awkwardly waited with Yo, awkward because of what happens when a young innocent fledgling Ludochons tries to converse with an old, wise Ludochons... Communications not completely falling into chaos and despair we were soon joined by other members until one finally produced the set of keys needed to enter the club room. That wait outside the door is a good time for us gamers to remind ourselves there exists an "outdoors" part of this world. Once inside though, smiles, greetings and games were being exchanged, bought (curtousy of our very own Father Gamesmas Zaggus) and prepared.

My first game was something new: "Last Heroes". Last Heroes has a heavy Comic book design to it that I found appealing and was instantly drawn to it. This meant I forfeited my spot for a game of "Fuji" Olivier will tell you more about that game. In "Heroes that come after all the others before there are no more Heroes" you play as a Gun-wielding nut-job that is fighting against the other nut-jobs for the most monster kills. Essentially a card game, the cards representing the guns and the ammo for said guns. Programming your turns to maximise victory point gathering whilst trying to limit what your opponents do is the key to victory. That and reading the rules before playing (more on this later). I loved the design and theme of the game, but it left me a little hungry for more...

20190523_last_heroes.jpg Last heroes - Bim... bam... boum...

My second game was a little "digestif" whilst my good friend and wondrous person (not currying favour to my soon to be GM, nope!) Bertrand was waiting for his car pooling buddies to finish their game. Koryo is a lovely little card game, where one has to, in 8 rounds, tally the most victory points with the best "team" of characters (cards). The number of moves are quite limited as the game is very short, so each choice is an important one. I will blame my card draw here though, and say a rematch is called for! What is one supposed to do with 6 Barbarians...

My third and last game was the one where I remembered what a Ludochon is. Just a group of people who want to have fun. Here again we learnt that reading the rules is a pretty neat thing when you play a board game. A novelty, it seems, for our dear Yo. Still I must agree with him: "Tiny Towns" IS a simple and clear game. What's more, with a table of gamers like the one we were at for the game, it was bound to be an enormous mountain of fun. Tiny Towns is a board game all about trying to be the player that builds the most point scoring tiny town. Using a system, that I love more and more, of every players turn being one that is also played by all the other players, one gradually builds, in a small 4x4 grid, his or her town. The buildings come in various shapes and sizes and their effects are determined randomly at the start of the game by a draft of cards. So I doubly can't wait for the second game. I also can't wait for the second game where I will burrow the rules because seeing some pictures on the web as I write this little rant I notice something that looks incoherent with what was told to us... Anyhow! My town was second best with Olivier! Normandy must have high class architecture. The "best" town was an insane suburb of peasantry courtesy of mathematician and glorious gamer Raphael. I mean really... 27 points of cottages. That's just silly...

All in all, I had a barrel full of laughs and can't wait for the next chapter. Be it in minuscule villages, labyrinths of a Japanese persuasion (on fire no less! Fuji looks pretty nifty) or simply that thing about the apple. Game well and see you next Thursday!

- page 3 de 203 -

Les ludochons : le club des joueurs et joueuses de jeux de société / jeux de plateau
sur Bourgoin-Jallieu et le Nord-Isère