vendredi, septembre 1 2017

31 août 2017 - Rentrée constructive ou construction sur la rentrée

C'est la rentrée ! Enfin presque, mais tout chroniqueur est tellement pressé d'être le premier à en parler qu'il va se ruer dès le premier jour de septembre (et de juillet pour les plus zélés) pour en parler... Et il faut bien le dire, souvent, nous avons cédé à ces sirènes....
Qui plus est, ce marronnier est une béquille bien pratique pour le rédacteur en manque d'idées.

7 wonders 7 wonders - Est ce que tout va "rentrer" ?

Mais de quelle rentrée parle-t-on ? De celle des écoliers qui rentrent en septembre après avoir aidé leurs parents pour les travaux des champs ? Je crains que cette rentrée ne concerne plus grand monde. Aujourd'hui, on parlerait plutôt de la rentrée scolaire, ou alors de la rentrée littéraire, ou encore bientôt de la rentrée ludique (Essen approche), ou de la rentrée médiatique, ou même de l'émétique rentrée footballistique.

Bref, notre passion de l'événementiel, de l'exceptionnel, du "moment rare" nous pousse à faire "de l'événement" et à toutes sortes de construction qui visent à sacraliser tel ou tel moment de l'année... Cela finirait presque à tourner au ridicule, car de la même façon que la terre n'arrête pas de tourner, il est peu probable que l'activité ludique se cale exactement sur le calendrier... Certes pour un éditeur, un salon va être une date de sortie de choix pour un jeu mais le créateur lui ne fonctionne pas forcément sur le même rythme... De la même façon, que pour la plupart des écrivains, la date du prochain salon du livre n'impacte pas forcément leurs processus d'écriture quotidien... Et que dire de l'acheteur de ce livre ou de ce jeu...
Bref, nous avons construit des dates phares, purement virtuelles mais qui semblent rythmer nos vies (sans beaucoup de rapport avec le travail aux champs!).

20170831_mysterium.jpg Mystérium - "Rentrer" dans ton esprit ?

Chez les ludochons, la rentrée marque grosso modo, le retour de l'ensemble des membres après les congés estivaux, mais la pratique ludique change-t-elle pour autant ? Assez peu.
Nous profitons des nouveautés sorties ( en été, par les éditeurs qui veulent éviter le déferlement des salons pour ne pas passer inaperçus), nous jouons à nos grands classiques et nous aventurons à jouer à quelques jeux plus rares et passés sous la plupart des radars...

Bref, s'il y a une rentrée, le ludochon fait aussi sa rentrée ludique tous les jeudis soirs, ils y découvrent ses nouveaux camarades du jour, de nouveaux "ouvrages", et de nouveaux plaisirs...

We are the word We are the word - On vous parle de "rentrée" et ici, on vous parle de...

Les jeux

  • 7 Wonders (A. Bauza chez Repos prod) + Leaders + Cities
  • Dice Forge ( Régis Bonnessée chez Libellud)
  • Galions, Canons, & Doublons (Ignacy Trzewiczek chez Edge)
  • The Game: Are you ready to play The Game? (Steffen Benndorf chez Oya)
  • Mysterium (O. Nevskiy et O. Sidorenko chez Libellud) + Extension
  • Scythe (Jamey Stegmaier chez Ghenos games)
  • Timebomb : Sherlock vs. Moriarty (Yusuke Sato chez Iello)
  • We are the word (Ludovic Roudy and Bruno Sautter chez Asmodée)

Les joueurs

  • David, Magali, Olivier, Suzel et Zaggus sur Mysterium
  • Éric, John, Jori, Vincent (Possom) et Vincent (Bibou)
  • Manu, Victor et Rémi, MIchaël et madame, Stéphane 3 et Jean-Jacques
  • Vincent (Tcho) et trois autres personnes sur Dice Forge
  • Bertrand II, Frédéric, Raphaël sur Scythe


20170831_Galions_Canons_Doublons.jpg Galions, canons, et doublons - Rentrer dans nos classiques ou rentrer dans la boite...

vendredi, août 25 2017

24 août 2017 - Mes Droits

il y a précisément 228 ans que l'article 11 des droits de l'homme a été écrit. Cet article représente le droit à la liberté d'expression de la presse.

Et c'est bien de droits dont nous allons parler ce soir. Plus exactement d'outrepassement de droits. Car c'est ce qui s'est passé chez les Ludochons ce soir. D'aucuns ont profité du peu de fréquentation en se laissant aller en toute connaissance de cause. Les statuts de l'association ont été bafoués ! Nous n'avions pas le droit, mais c'est bien du JCC qui a été joué sur une table ce soir chez les Ludochons, Magic pour ne pas le citer. Non content de cette dernière prétérition, j'use de mon droit à la liberté d'expression pour vous dire COUPABLE ! Oui, j'avoue, je suis bien l'entérineur de ce bafouement. Qu'a cela ne tienne, j'ai des droits moi aussi... Des droits de président ! J'ai le pouvoir de changer tout ça !

Pourtant, je n'en ferai rien. Sinon, je me priverai du regard accusateur de mes compagnons de jeux qui ne manqueront pas, avec un mesquin sourire, de me faire une facétieuse remarque qui me fait toujours rire... Car OUI, chez les Ludochons, nous sommes altruistes. Car la seule chose qui nous intéresse vraiment, c'est de vivre une expérience bien plaisante qui nous aura, un soir par semaine, fait passer quelques heures dans notre bulle si précieuse.

Vous hésitez encore ? Vous ne devriez pas. Venez le jeudi soir à 20h30. Vous verrez, vous ne serez pas déçu.

Les jeux

  • DC Comics Deck-Building game (Ben Stoll et Matt Hyra chez Cryptozoic Entertainment)
  • Scythe (Jamey Stegmaier chez Ghenos games)
  • 7 Wonders (A. Bauza chez Repos prod)
  • Flamme Rouge (Asger Harding Granerud chez Lautapelit)
  • The Game: Are you ready to play The Game? (Steffen Benndorf chez Oya)
  • Huit minutes pour un Empire (Ryan Laukat chez Iello)
  • Magic : L'assemblée (R. Garfield chez Wizards of the Coast)

Les joueurs

  • Bertrand II, Davy, Fred et un invité sur Scythe
  • Davidé, Eric, Jean-Jacques, Manu, Stéphane, Vincent Tcho et 2 invités sur 7 wonders
  • John, Jory, Vincent (Possum) et Zaggus sur DC Comics Deck-Building game

samedi, août 19 2017

17 août 2017 - Faudrail-il ?

Ce blog ludique qui parle de tout, et parfois même du jeu, se fait parfois prendre lui-aussi à son propre piège (et oui). À force de parler de tout et surtout de n'importe quoi, il a fini par picorer dans l'actualité (d'ordinaire par la bande ou le petit bout de la lorgnette, avouons -le)... Or, parfois, celle-ci est un peu lourde, et dans ce cas, le plus compliqué est de devoir parfois ne plus en parler ou sembler ne mettre en avant que certains événements...

Si votre serviteur se contentait de relater de manière factuelle les séances de ludochons, il se serait peut-être attiré quelques haines tenaces chez ses compagnons de jeu, mais il n'aurait pas à se casser la tête sur les sujets à évoquer ou non... Ainsi, nous avons, déjà, parlé des attentats, déjà, mis en berne quelques drapeaux sur nos pages, (français, belges, anglais, allemands,...), et nous avons, déjà, relaté le choc au terme d'une séance joyeuse d'avoir à allumer une radio et de se retrouver confronté à une bien plus triste réalité.

Oui, mais l'homme et le joueur s'habitue à tout et devant la terrifiante reproduction des drames, on finit par se demander s'il faut encore en parler. Mais alors faudrait-il remplir des colonnes de ces événements ? Faudrait-il se heurter à l'absurdité d'avoir un blog ludique qui ne parlerait plus que de géopolitique ? Faudrait-il qu'un chroniqueur déjà bien léger sur la chose ludique se forme aux arcanes de la politique internationale ? Faudrait-il "trier" et ne retenir que les attentats les plus dramatiquement "sensationnels" ? Faudrait-il, au contraire, appliquer le cynique critère journalistique "décès / distance" et ne pas s'intéresser par exemple aux attentats du Burkina Faso ?

Outlive Outlive - Syndrome d'une époque, le survivalisme ? Ou sur-interprétation ludico-journalistique

L'être humain s'habitue à tout donc. Les poilus nous l'avaient déjà expliqué il y a plus de 100 ans, Primo Levi nous l'avait rappelé tragiquement, et ces événements finiraient presque par s'inscrire eux-aussi dans une macabre routine... Dans cette routine, on finirait par ne plus les mentionner et par laisser croire que ces événements ne nous touchent pas... Cela serait une erreur de le penser, et les grands anciens nous rappellent qu'au pire moment ces comportements d'apparente indifférence et ses silences permettaient aussi de préserver au tréfonds des âmes des sentiments bien plus nobles, et c'est aussi dans ces conditions étranges que s'établissaient des mécanismes de camaraderie qui permettaient de tenir...

Ainsi donc, nous ne parlerons pas (toujours) de tous les attentats parce que nous sommes un blog ludique et que si nous nous laissons parfois aller à rebondir sur l'actualité, il est parfois aussi utile, (en passant sous silence l'effet d'un événement sur nous), de promouvoir le jeu (et au passage, quelques valeurs bien sympathiques qu'il peut véhiculer: une certaine légèreté, une ouverture aux autres, des moments de convivialité)...

Hier donc les ludochons jouaient encore... Des amateurs de vins et des abstèmes produisaient ensemble du vin au Portugal (Vinhos), une équipe internationale forgeait des dés (Dice Forge), d'autres menaient une guerre d'indépendance (sans réelle victime) en 1775, d'autres enfin tentaient de survivre (et se saluaient tous bien vivants à la fin) Outlive ! Les ludochons exploraient hier, l'univers parallèle du jeu et celui-ci est bien sympathique.

Vinhos Vinhos - parfois boire pour oublier, mais pas à Vinhos où il vaut mieux se souvenir de tout!

Les jeux

  • 1775, La révolution américaine ! (Beau Beckett & Jeph Stahl chez Asyncron)
  • Dice Forge ( Régis Bonnessée chez Libellud)
  • Outlive ( Grégory Oliver chez La Boîte de jeu)
  • Vinhos (V. Lacerda chez Iello)

Les joueurs

  • Davy, Éric, Jean-Jacques et Olivier
  • John, Nicolas et Stéphane (3)
  • Franck, Thomas et Vincent (Possom)
  • Emmanuel, Victor, Rémi face à Bertrand II
  • Davide de passage


1775 1775 - Un gros cube un p'tit cube, c'est l'heure de l'américube

- page 2 de 155 -

Les ludochons : le club des joueurs et joueuses de jeux de société / jeux de plateau
sur Bourgoin-Jallieu et le Nord-Isère