vendredi, janvier 24 2020

23 janvier 2020 - La perfidie, cela a du bon !

En ce jour de réunion ludochonne, la reine d'Angleterre, et pour autant que nous le sachions il n'y a pas de lien entre les deux événements, promulguait le décret qui va propulser le Royaume-Uni hors de l'Europe...

À cette nouvelle, je vois déjà certains d'entre-vous entamer une petite tarentelle joyeuse à l'idée que nous puissions enfin nous débarrasser de la perfide Albion, et même certains se laisser aller à penser qu'on va pouvoir, dans le même temps, expulser tous les néologismes anglais qui servent à faire passer les lieux communs pour des idées de génie et des idées douteuses pour des révolutions (je vous laisse méditer sur cette phrase , "L'uberisation est le prête-nom de la néo-domesticité").

20200123_pax_pamir.jpg, janv. 2020 Pax pamir - Là aussi il y avait des anglais et curieusement un "joyeux" bordel...

Bref enfin débarrassés de nos meilleurs ennemis ! Et voilà que le doute s'installe... Éliminer un ennemi, somme toute c'est "très bien", mais lorsque que celui-ci se trouve être "le meilleur" est-ce aussi profitable ?
Le commentateur sportif jamais avare de lieux communs vous dira que celui-ci vous force à monter votre niveau de jeu, et les joueurs que nous sommes vous le confirmeront... Il y a encore peu de temps, certains se bourraient de boissons énergétiques et de haribos avant de s'asseoir à la table de Raphaël, avec la pensée qu'au mieux cela les aiderait et qu'au pire cela serait consolatoire....

Et puis si l'Angleterre nous a fourni quelques éléments bien douteux qu'il était utile de combattre avec force, elle nous a aussi donné les brogues, le duffle-coat, Shakespeare, Trollope, Thackeray et Evelyn Waugh, le meat pie et les wine-gum (comme nous le signalions déjà dans cette dernière chronique). Et que dire en musique où elle nous a offert le meilleur (et aussi le pire). Que dire encore, de ses joueurs de rugby, splendides jusqu'à l'insupportable, et puis il faut aussi parler de Bacon et de Turner... Diantre, pour le coup on voudrait presque s'enrouler dans un tweed lourd en songeant aux si lointaines et élégantes régates d'Henley....

Pour alourdir l'addition, a very naughty boy Terry Jones, décidait de tirer sa révérence cette semaine. Certes, il était gallois, mais voilà qu'en cette semaine le Royaume plus très Uni nous cause bien des peines...

La taverne de la vallée profonde, janv. 2020 La taverne de la vallée profonde - en Angleterre c'est un pub...

Heureusement, chez les ludochons, petit village gaulois ludique, les choses ne se passent jamais comme partout ailleurs. Nous nous avons vu le retour de notre anglais favori, (Pas de John-xit un Johntry) bien trop absent ces derniers temps...
Et les autres ludochons, et bien ils jouaient, et pour certains d'entre eux ils s'associaient même ludiquement parlant à des anglais en Afghanistan!

Les jeux

  • Barrage (Simone Luciani et Tommaso Battista chez Cranio Creations)
  • Clank! (Paul Dennen chez Renegade Game Studios)
  • Ecos: First Continent (John D. Clair chez Alderac Entertainment Group)
  • Hadara (Benjamin Schwer chez Hans im Glück)
  • Pax Pamir (Second Edition) (Cole Wehrle chez Spielworxx)
  • Res Arcana (Thomas Lehmann chez Sand Castle Games) x2
  • Les Tavernes de la Vallée Profonde (Wolfgang Warsch chez Schmidt Spiele )


Barrage, janv. 2020 Barrage - Davy, pourtant pacifique aime faire barrage mais pas contre le Pacifique.

Les joueurs

  • Alain, Philippe, Sandrine, et Séverine
  • Jean-Marc, Manu, Rémi, et Stéphane 3
  • Philippe, Serge et Vincent (Bibou)
  • Magali, Noémie et Suzel
  • David, Éric, Guillaume et Maude
  • Bertrand, Cécile, Elsa et John
  • Bertrand II, Davy, Michaël et Thibault
  • Antonio, Cyril (Atom), Frédéric et Olivier

Ecos, janv. 2020 Ecos - Hier soir, un écosystème féminin, pas si mal...

vendredi, janvier 17 2020

16 janvier 2020 - Ire et respect ?

Le respect, une notion essentielle mais que nous n'avons pour le moment guère évoquée dans nos billets, souvent il faut le dire, irrespectueux...
C'est notre président, dit le Daniel Craig ludique (une ressemblance dure à porter parce que si les jeunes femmes peuvent se pâmer devant vous, les jaloux, eux auront tôt fait de vous attribuer le sobriquet de Double zéro, ce qui si ce n'est irrespectueux parait au moins suspect!) qui nous a fait cette suggestion hier, dans des circonstances délicieuses.

Une jeune ludochonne, lui demandait alors, avec tout le respect nécessaire, comment elle pouvait l'interpeller. N'est-ce pas délicat ? Notons que chez les ludochons, nous ne sommes pas des formalistes, il suffit de faire précéder le prénom des membres fondateurs d'un simple "vénérable", celui des membres les plus anciens d'un plus modeste "respectable", et pour les plus jeunes membres d'une simple "remarquable" pour que les choses se passent au mieux, tant que bien sûr on oublie pas d'ajouter les titres à ces appellations.
Nous sommes libéraux, que diable ! Au point d' avoir supprimé l'usage de la révérence à l'entrée de nos locaux !

"Remarquable président Manu, pensez-vous qu'il soit séant de se présenter à une week-end de jeux ludochons nanti de quelques exemplaires issus de sa propre collection ?" fut en substance la question à laquelle dut répondre notre président, question dont la délicatesse ne peut que nous émouvoir, même si elle ne peut que nous inquiéter, aussi, sur notre propre communication quant à l'objet de notre club.

Skytopia, janv. 2020 Skytopia - de beaux esprits dans le ciel ?

Le respect donc, voici une notion délicieuse dont certains membres se sont défaits... Citons ici la terrible Magali (oui je sais on avait promis de ne plus la citer, mais l'heure est grave).
Hier soir, donc alors que votre serviteur débitait à l'envi des propos historico-nihilo-oiseux comme il sait si bien le faire au charmant Stéphane qui le poussait d'ailleurs à continuer en le relançant par des jeux de mots abstraits dont seuls les lecteurs de sa prose peuvent goûter la subtilité. Bref alors qu'ils devisaient gaiement (bêtement diraient ceux qui ne peuvent apprécier la profondeur d'un jeu de mot raté), ils furent de nombreuses fois interrompus sans ménagement par Magali...
- Et sous quel prétexte ? me direz-vous, une fois remis du choc.
- Expliquer la règle...
On croit rêver ! Où allons-nous ? Où allons nous ? Sans compter qu'elle était soutenue en cela par Noémie dont l'esprit frondeur n'est plus à démontrer et qui lâchait des "Allez! Continue" entre deux "soupirs d'encouragement"!

Que croyez-vous qu'il se passa ? Qu'on les sanctionna pour avoir brimé deux membres vénérables? Non! Ce sont nos deux seniors (et oui sociologiquement on y arrive) qui réalisèrent des scores que le respect nous pousse à qualifier de tellement piètres qu'ils ont poussé la modestie jusqu'au dénuement... Et croyez-vous que nos deux diablesses en aient conçu quelque honte ? Une gène ? Non ! Elles trouvèrent même cela "mérité" !

Pire, elles continuèrent à nous rabrouer alors que nous réalisions pendant une partie d'Ankh'Or quelques plaisanteries en utilisant tous les jeux de mots possible sur encore (angkor vat, encornet, encore et encore,...) et en distribuant des jetons en lançant des "Tiens je te tends la perche du Nil"...

Heureusement comme toujours les choses se terminèrent bien chez les ludochons puisqu'ils se réconcilièrent tous autour d'une partie de Fiesta de los Muertos, assez débridée, où ils purent tous se laisser aller.

Les autres tables me direz-vous? Et bien, figées, elles firent mine de de rien entendre, au cas où cela serait contagieux!


Ankh'or, janv. 2020 "Ankh'or - Va" je ne te hais point...

Les jeux

  • Agricola - Expedition to Newdale (Alexander Pfister chez Lookout games)
  • Ankh'or (F. Crittin, G. Largey, S. Pauchon chez Space cowboys)
  • Coimbra (Flaminia Brasini et Virginio Gigli chez Eggertspiele)
  • Dungeon Lords ( Vlaada Chvátil chez CGE)
  • Exposition universelle Chicago 1893 (J.Alex Kevern chez Renegade France)
  • Fiesta de los Muertos (A. Boccara chez Old Chap games)
  • Newton (S. Luciani et N. Mangone chez Pixie games)
  • Santa Maria (Eilif Svensson et Kristian Roald Amundsen Østby chez Aporta Games)
  • Skytopia: In the Circle of Time (Ivan Lashin chez Cosmodrome games)
  • Spirit Island (R. Eric Reuss chez Greater than Games)

Les joueurs

  • Jean-Marc, Manu, Natacha, et Séverine
  • Bertrand II, Guillaume et Suzel
  • AlainCM, Davy et Stéphane 3
  • David, Éric, Patrick
  • Frédéric, Nelly, Vincent (Bibou) et Vincent (coyote)
  • Bertrand, Cécile, et Cyril (Atom)
  • Frédéric II, Philippe et Thibaud


Spirit island, janv. 2020 Spirit Island - Des esprits, il y en a chez les ludochons...

vendredi, janvier 10 2020

9 janvier 2020 - Typologie du râle

Pour évoquer la vie des ludochons nous n'allons pas, comme pourrait le suggérer le titre, nous intéresser, et les comparer, à des rallidés, bien que les oiseaux soient à la mode dans le monde ludique! Mais nous nous sommes aperçus que le monde des joueurs se divise, en fait, en deux grandes catégories : les râleurs et les non-râleurs....

Et oui, les joueurs ne se répartissent pas entre petits et gros joueurs, joueurs de jeux abstraits ou non, simulationistes intégristes ou fan de narration mais bien comme nous l'avait suggéré notre forum entre les râleurs et les autres.

History of the world, janv. 2020'' History of the world - La vraie histoire a de quoi faire râler... le jeu moins ?''

Notons d'abord que les "autres" sont souvent de très bonne composition et des éléments essentiels de nos clubs de jeu, leur grande placidité en faisant d'ordinaire d'excellents compagnons de jeu. Nous pouvons ainsi citer de nombreuses joueuses à la bonne humeur qui parait ou apparaît inoxydable , ou chez les plus chenus nos Alain qui semblent toujours flegmatiques même lors des parties les plus tendues.
"- C'est vrai qu'il faudrait donner des bons points à l'un et l'autre.
- Oui, mais j'aurais plutôt préféré dire "Alain II"...
- À l'un d'eux, non, il faut dire à l'un, du bien des deux !"
(N'est pas Devos qui veut!)

Mais, il faut bien le dire à côté de ces joyeux drilles qui rendent plaisantes nos soirées, il existe une large famille de râleurs qui curieusement, même s'ils se sont éloignés de équanimité, ne rendent pas moins agréables nos réunions .
Il est donc sûrement temps d'étudier ces étranges râleurs:

  • Le légaliste : ce râleur va chipoter sur chaque point de règle et, pour les plus "féroces", prendre comme un affront personnel le moindre point de règle oublié (vous savez celle dont on se souvient au moment du décompte...). Le légaliste, version dure, semble avoir déserté les ludochons, heureusement pour ces nombreux bénévoles qui tentent, tant bien que mal, de se souvenir de dizaines de règles semaines après semaines et de toutes leurs variantes; mais on aime encore bien s'invectiver avec force, avec des poses de matamore, pour le plus grand plaisir des spectateurs, lorsque une règle oubliée fait son apparition.


  • Le caliméro : pour le caliméro l'univers entier semble s'être ligué contre lui, et il ne comprend vraiment pas pourquoi les autres joueurs ne font rien pour lui faciliter le travail, incroyable, non? Le côté tellement exagéré de ces prétentions spécieuses peut finir par être fascinant pour les autres joueurs. Pour respecter le dessin animé historique, il est préférable que ce rôle soit tenu par une tête d'oeuf.


It's a wonderful world!, janv. 2020 It's a wonderful world! Vite dit, il y a quand même pas mal de râleurs !

  • Le ronchon : le ronchon va moduler des sons étranges tout le long de la partie. Il connaît toutes les variantes possibles du "Ah la la !", du "Ouch!", du "Pfff" qu'il peut jouer sur tous les tons. Il peut intriguer les autres joueurs qui vont chercher à interpréter ses borborygmes pour en déduire sa stratégie, une sorte de jeu de communications qui s'ajoute au jeu classique.


  • Le bougon : le bougon c'est la version plus explosive du ronchon. C'est le capitaine Haddock de la session ludique et on peut regretter que tous les joueurs qui entrent dans cette typologie ne portent pas la barbe (mais on me dit que certains femmes pour des raisons physiologies doivent renoncer à cette pilosité), car le bougon, va souvent commencer à se tordre la barbe et le menton en tout sens comme s'il voulait se déboîter la machoire pour tout d'un coup laisser sortir un flot d'injures d'ordinaire fleuries et souvent assez créatives, permettant de donner à nos outils ludiques les plus courantes (pions, jetons, cartes et autres) des fonctions qu'on ignorait jusque là...


  • Le clabaudeur : pour clabauder il faut râler mais attention à tort et à travers et cela n'est toujours pas si facile. Le grand classique vise à reprocher par exemple à un jeu de gestion son manque d'interaction où à un "can't stop" son côté un peu aléatoire. Mais pour clabauder efficacement, il faut prendre à partie les autres joueurs, et, par exemple, au moment crucial où, un de nos plus fins calculateurs réfléchit finement au placement de sa huitième ressource lors du tour n+3, lui demander très très sérieusement, si possible en rouspétant, s'il ne trouve pas lui aussi qu'il est redoutablement indélicat à un moment où se développe le véganisme et le flexitarisme de représenter la nourriture par des cubes roses....


Expedition to Newdale, janv. 2020 Expedition to Newdale - Si tu ne réfléchis pas tu vas râler...

  • Le maronneur : le maronneur va utiliser les deux sens du terme maronner en exprimant du dépit en grognant indistinctement. Bref le maronneur est le fils improbable du caliméro et du ronchon... D'ordinaire à un moment il va désigner avec une tristesse infinie un point du plateau, tout en lâchant des umf, umf, umf. peu compréhensibles... Le maronneur n'est guère gênant même s'il peut inquiéter ses voisins (c'est peut-être son but secret).


  • Le scientifique : le scientifique part souvent d'une étude précise du jeu, mais il va rapidement vous déborder par des questions qui vous laisseront songeur, par exemple "Pourquoi au troisième tour du jeu, le point de victoire ne vaut plus que l'équivalent de 5 "sous" alors que, jusque là, la progression avait été plus linéaire ? Hein ? Pas normal... Et je ne te parle même pas du ratio entre les ressources"...


  • Le satanas : Seuls les plus chenus se souviennent peut-être de Satanas et Diabolo (" Dastardly and Muttley" pour les plus anglophones) et bien le Satanas a une gestuelle inspirée de ce personnage. À savoir que ses bras se lèvent au ciel avec régularité, que son corps peut se tasser puis rebondir en un instant, le tout pour exprimer sa joie extrême suivie d'un dépit aussi grand. Le satanas a le râle gestuel!



Curieusement les râleurs et les placides semblent vivre dans une sorte de symbiose improbable, du moins chez les ludochons. Pourvu que cela dure...

Les jeux

  • 6 qui prend / 6 nimmt ! (Wolfgang Kramer chez Amigo)
  • Agricola - Expedition to Newdale (Alexander Pfister chez Lookout games)
  • Bubblee Pop (Gregory Oliver, Bankiiiz Editions)
  • Carcassonne (Klaus-Jürgen Wrede chez Hans im Glück)
  • Dominion (D. Vaccarino chez Filosofia)
  • Ganz schön clever (Wolfgang Warsch chez Schmidt)
  • History of the world (Version 2018 - Steve Kendall et Gary Dicken chez Asmodée)
  • It's a Wonderful World (Frédéric Guérard chez La boîte de Jeu)
  • Nocturion (George Skourtis chez Vesuvius Media)
  • Splendor (Marc André chez Space cowboys)
  • Taluva (M.-A. Casasola Merkle chez Ferti) x3
  • Terramara ( Acchittocca, F. Brasini, V. Gigli, S. Luperto, A. Tinto chez Quined game)


Terramara, janv. 2020 Terramara - pas de raison de "râler", c'est un cadeau de Noël

Les joueurs

  • Bertrand II, Guillaume, et Suzel
  • AlainCM, Davy, Éric, Vincent à la barbe fleurie, et Vincent (Possom)
  • Frédéric, Olivier, Philippe et Serge
  • Bertrand, Cécile, Cyril (Atom), et Magali
  • Jean-Marc, Manu, Michaël et Rémi
  • Natacha, Pauline, Sandrine et Stéphane 3
  • Corinne, Patrick et Vincent (Bibou)
  • Elsa et Noémie


Nocturion, janv. 2020 Nocturion - La nuit tous les râleurs sont gris (sauf les dragons).

- page 2 de 214 -

Les ludochons : le club des joueurs et joueuses de jeux de société / jeux de plateau
sur Bourgoin-Jallieu et le Nord-Isère