Mot-clé - Wallace

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, avril 1 2016

31 mars 2016 - En eaux troubles....

En cette journée, je suis sûr que certains de nos lecteurs attendent de nous des prouesses d'imagination et d'humour, mais malheureusement, par manque de temps (votre serviteur doit partir à la pêche aux subventions) nous nous contenterons d'une brève présentation des jeux joués hier....

20160330_race_to_the_rhine.jpg Race to the Rhine - Monty fait la tournée des ports, Brad tente de suivre la marée, Patton franchit le dernier barrage d'un bon...

Commençons par "Race to the Rhine", rappelons le principe trois gros poissons tentent de préserver leur espèce en tentant de remonter le Rhin jusqu'à sa source pour trouver les meilleures frayères. Même s'ils ont le même but, ils sont en concurrence et ils devront résister aux flots de danger qu'ils croiseront près de Fessenheim et devront aussi se faufiler comme des anguilles entre de nombreux (poissons) grenadiers. Un jeu qui met bien en valeur l'aspect logistique de cette course.
Dans Mombasa, vous devrez développer l'industrie de la pêche autour de continent africain, profitez des ressources de thon rouge sur la méditerranée, exploiter les ressources de l'océan indien, pécher le thon albacore au large de du Congo, profiter de l'upwelling au large du Sénégal pour toucher de nouvelles ressources (sole, rouget,...), partir vers les eaux froides à partir de l'Afrique du Sud, résister au développement de la perche du Nil.... Un jeu qui mêle donc gestion et placement.

Sur la table voisine , un jeu collaboratif avec un thème assez proche (si on se place du point de vue de la perche du Nil). Dans Xcom, vous devez préserver les réserves halieutiques de la planète menacées par l'introduction d'une espèce exogène. Là où les solutions traditionnelles ont échoués (pêche à gros filet, filets dérivants), vous devrez essayer de préserver l'équilibre écologique en combattant le mal via des actions ciblées et coordonnées.

Assaut sur l'Empire Assaut sur l'Empire - Ca défouraille dans l'aquarium...

Dans Russian Railroads, un jeu de gestion , le thème (un peu plaqué) est d'atteindre Vladivostok au plus vite pour que les poissons en provenance du Pacifique puissent atteindre les tables du Kremlin avant d'acquérir un fumet trop marqué... On découvre dans ce jeu que le Pacifique est un horizon lointain vu du Kremlin...
Dans le domaine du thème plaqué, nous allons franchir un nouveau seuil avec Via Nebula... Ce jeu de trains, est dissimulé sous la forme d'une exploration progressive d'une mare...; Vos ablettes, gardons, et autres ombles chevaliers vont explorer le fond de la mare, y découvrir des ressources, à déplacer ailleurs tout en endossant parfois le rôle de prédateur, ou au contraire de bâtisseur en faisant évoluer le biotope.

Dernier jeu, Waterwars : assaut sur Lamproie vous simulez les combats, qui se sont produits il y a bien longtemps dans un océan très lointain. Un églefin mal intentionné a troublé l'univers grâce à son utilisation pervertie du flot. En face de lui quelques rebelles tentent de lutter contre cette menace. On retrouve dans ce jeu à licence, les grands héros de la série à succès, Chewplancton, une sorte de poisson chat, la princesse Lotte, Han, un vieux loup de mer, Loche vasewalker, aidées par quelques survivants de l'ordre des requins pèlerins.

Nous avons aussi eu la chance de faire quelques parties de Codenames mais je suis sûr que certains prendront cela pour un poisson d'avril...

Mombasa Mombasa - Encore ! Oui Raphaël a trouvé sa perle ludique...

Les jeux

  • 1944 : Race to the Rhine (Jaro Andruszkiewicz & Waldek Gumienny chez Asyncron games
  • Mombasa (Alexander Pfister chez Gigamic)
  • Russian Railroads (H. Ohley & L. Orgler chez Hans im Glück)
  • Star Wars : Assaut sur l’Empire (J. Kemppainen , C. Konieczka & J. Ying chez Edge)
  • Via Nebula (Martin Wallace chez Space Cowboys)
  • XCom (Eric M. Lang chez Edge)
  • Code names (bientôt) x2

Les joueurs

  • Davy, Olivier et Vincent sur Race to the Rhine
  • Bertrand, Karine, Manu et Zaggus sur Xcom
  • Éric, Jean-Philippe, Raphaël, et Suzel sur Mombasa
  • Guillaume, Maude et Jory sur Russian railroads
  • Christophe, David, Jean-Michel, Frédéric, et Vincent (Tcho) chez Lucas
  • Alain, Nelly, Vincent (Possom) et Yoann sur Via Nebula
  • Passage de Stéphane (l'aff)


XCom Xcom - Il n'aurait pas une tête de poisson pas frais, l'alien ?

vendredi, mars 18 2016

17 mars 2016 - logistique, économie, organisation, innovations... et jeux ?

Hier, chez les ludochons, il faut bien l'avouer l'ambiance était plutôt studieuse, en effet même si le ludochon est un être cordial, une fois passées les salutations d'usage et les quelques discussions légères, nos joueurs favoris se sont plongés avec un certain sérieux dans des jeux plutôt exigeants. Par moment, au cours de cette soirée, régnait un calme remarquable, témoignage de cerveaux plutôt concentrés.

Race to the Rhine Race to the Rhine - C'est loin le Rhin, trèèèèèès, très loin !

Dans les jeux déjà vus chez nous, saluons le retour de Shakespeare un jeu qui revient assez souvent et qui semble combler pas mal d'attente. Saluons aussi le retour de Ships de Martin Wallace, à une époque où le monde ludique se passionne pour son dernier opus Via nebula, nos joueurs sont, eux, revenus sur un de ces derniers "gros" jeux.
Nous avions aussi pas mal de nouveautés à "tester" (nous ne nous lancerons pas dans le débat autour du terme "tester" aujourd'hui, nous n'avons pas quelques heures à y consacrer). Du côté des gros morceaux citons Mombasa, un jeu de gestion qui semble assez exigeant et complexe. Dans ce jeu qui relate le développement des grandes compagnies commerciales en Afrique (et aussi en sous main l'exploitation moins glorieuse de celle-ci), il convient à la fois de développer sa compagnie sans négliger son placement sur le terrain, ce qui n'est pas si loin finalement de ce qui se passait réellement à cette époque.

Mombasa Mombasa - le temps des colonies se révèle être un sacré casse-tête et pas forcément "un temps béni"

Sur la table voisine, trois généraux de fortune tentaient , eux, en 1944, de rallier le Rhin (Race to the Rhine) dans les meilleurs délais... Disons-le simplement, pour cette première partie aucun des trois n'a réussi à voir le Rhin et encore moins à le franchir... En revanche, on a bien, bien, compris les contraintes d'approvisionnement et de logistique que voulaient mettre en avant les auteurs.

Dans la pièce voisine, nos hard-core gamers de haut niveau (1 auteur, 1 auteur / éditeur, et un collectionneur, pour tout dire trois ludopathes) exploraient, avec leur oeil critique, des productions récentes comme "Meeple War" ou "Oh my goods".
Notons pour les amateurs de statistiques que dans cette liste on trouve deux jeux d'Alexander Pfister, ce qui peut nous laisser à penser que, sans que nous ne le notions toujours, le vivier des auteurs de jeux se renouvelle régulièrement.

Ships Ships - Wallace fait du bateau... ("Rassurez-vous" c'est un peu comme faire du train !)

Les jeux

  • 1944 : Race to the Rhine (Jaro Andruszkiewicz & Waldek Gumienny chez Asyncron games
  • Game of trains (A. Shaklyarov , A. Paltsev and A. Konnov chez Abacusspiele)
  • Meeple war ( Max Valembois chez Iello)
  • Micro robots (Andreas Kuhnekath chez Abacusspiele)
  • Mombasa (Alexander Pfister chez Gigamic)
  • Oh my Goods! (Alexander Pfister chez Lookout games)
  • Shakespeare (RV Rigal chez Ystari)
  • Ships (M. Wallace chez Treefrog)

Les joueurs

  • Bertrand, Vincent (Bibou le coyote) et Yoann à poutrer du meeples
  • Davy, Guillaume, Maude et Vincent (Possom) à naviguer sur les flots
  • Frédéric, Olivier et Zaggus se tirant la bourre vers l'Allemagne
  • Jean-Philippe, Manu, Raphaël, et Suzel en terra incognita africaine
  • Éric, Luc et Noémie dans le théâtre du Globe



Meeple war Meeple war - Des hexagones, des meeples, un terrain connu ou rebattu ?

vendredi, mars 11 2016

10 mars 2016 - La femme est l'avenir du joueur

Il fut un temps que les moins de 40 ans connaissent mal, celui des pionniers du jeu de société. Dans leurs jeunesses, le jeu n'avait guère atteint le niveau de popularité qu'on lui connait actuellement, et on se réunissait surtout autour de jeux de rôles et de gros jeux de simulations américains.
Certes, certains évoquaient l'apparition de jeux "allemands", mais concentrés sur la traduction des modules de D&D depuis l'anglais, peu de joueurs se concentraient alors sur la langue de Goethe.
Monsieur Faidutti était déjà reconnu grâce à tempête sur l'échiquier, on lisait avidement Jeux et stratégies, monsieur Didier Guiserix façonnait lui une partie de l'univers graphique des joueurs français, et Grobil devenait un nom commun chez les joueurs.

Via Nebula Via Nebula - "Steam dans les nuages", fumeux ? Pas forcément.


Dans cet univers émergeant, où le joueur parcourait avec avidité le catalogue Descartes, notre seule source d'information valable avant Noël et l'avènement du web (Notez le zeugma), deux grands mythes s'étaient développés :

  1. Le "type" qui avait fini une partie de jeu de société
  2. La joueuse


Le premier s'expliquait aisément, dans cet âge des origines, le jeu était un jeu de simulation et à moins de 5 ou 6 heures, on pouvait nourrir des doutes sur la qualité de celui-ci. À cette époque, dans un jeu, on ne prenait pas un avion sans connaître son type, son rayon d'action, son poids, sa charge utile, le nombre de pilotes, la longueur de la piste d'envol, la qualité du métal de son fuselage, la force du vent, l'hygrométrie, la pression des pneus...
Finir un jeu était donc une sorte de bonus pour joueurs avancés.

Pour la joueuse, tout le monde en avait entendu parler, et il y avait toujours dans un groupe de joueurs, un meneur charismatique qui connaissait bien quelqu'un qui connaissait une joueuse... Curieusement celle-ci semblait fuir la plupart des joueurs existants, sans doute à cause leur look assez courant, de barbu mal rasé portant un t-shirt noir délavé sur des abdominaux assez approximatifs....

Rolling freight Rolling freight - pour ceux qui n'avaient pas compris que la soirée "Train", c'était la semaine dernière.

Mais voilà, tout a changé, le jeu de société s'est popularisée et les joueuses sont devenues de plus en plus nombreuses. Hier soir, sur les 20 ludochons présents, 6 étaient en fait des ludochonnes, soit un pourcentage 30% qui aurait laissé perplexe les joueurs que nous fûmes, et si nous sommes encore loin de la parité, nous sommes bien meilleurs que le CAC40 ! En cette semaine, où nous avons célébré la journée des droits de la femme, il est donc tout à fait sympathique de voir que leurs droits, à nos tables, sont respectés !

Est ce que cela change les choses ? Et bien oui et non ! Non car, les joueuses sont des joueurs comme les autres, avec la même palette de stratégie, de caractères de jeu et de goûts, mais il y a cependant un progrès évident, c'est que cette sur-représentation masculine, qui finissait par nous interroger, en disparaissant, nous ramène dans une situation plus classique et bien plus logique (on peut cependant noter que les créatrices de jeux sont encore assez minoritaires malheureusement).

Dr Eureka Dr Eureka - des cocktails façon tour de Hanoï !

Les jeux

  • Assault on Doomrock (Tom Stasiak chez BD games)
  • Cyclades (Bruno Cathala et Ludovic Maublanc chez Matagot)
  • Dr Eureka (Roberto Fraga chez Blue Orange)
  • Noé (B. Cathala & L. Maublanc chez Bombyx)
  • Quadropolis (François Gandon chez Days of Wonder)
  • Rolling Freight (Kevin G. Nunn chez APE games)
  • Thunderstone (Mike Elliott chez Edge)
  • Via Nebula (Martin Wallace chez Space Cowboys) x2

Les joueurs

  • Guillaume, Jean-Michel, Maude et Stéphane sur Via Nebula
  • Alain, Raphaël, Suzel et Vincent (Tcho) aussi sur Via Nebula
  • Bertrand, David, Vincent (Bibou) et Zaggus sur Assault on Doomrock
  • Karen, Magali, Olivier et Vincent (Possom) sur Rolling freight
  • Jean-Philippe, Manu, Noémie, et Nelly sur Cyclades


Quadropolis Quadropolis - en version de base

- page 2 de 11 -