Comptes-rendus › God save the John !

Le sémillant John nous décrit ses soirées chez les ludochons !

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, mars 23 2018

22 mars 2018 - Outlived by John !

Bien le bonjour brave lecteurs.

Ce soir je vais parler d'Olivier. Pardons je veux dire Outlive.
Olivier donc ne put être des notre ce soir, et mes pensés furent avec lui souvent. Pourquoi ? Parce-que Outlive (le sujet du billet si si) est un jeu de gestion / survie dans un monde post apocalyptique. Je suis sur que c'est un empêchement du niveau de la fin du monde qui empêcha notre amical Olivier de venir.
Ainsi, alors que j'échouai lamentablement a la construction du "super abris 378xz anti radiation super cool", se faisant lentement assurant ma place de dernier en fin de partie, je songeai a notre guerrier manquant, faisant fit de tout problème avec brio, force, et surtout classe.

Olivier donc- zut Outlive donc est un petit jeu sympa, avec beaucoup de matériel agréable aidant a l'immersion du joueur, chef d'un groupe de rescapé, le but étant de les faire survivre mieux que ses adversaire. Autre que des balles dans les genoux pas trop de guerre, nous sommes trop occupés à recycler les restes de l'ancien monde pour en bâtir un nouveau pour nos héros. J'attends avec impatience d'y rejouer et cette fois construire mon super abris.
Olivier quand à lui on l'attend aussi avec impatience, surtout que je suis certain qu'il porte une tenue de cuir moulant avec les cranes de ses ennemies à la ceinture maintenant.

vendredi, mars 16 2018

15 mars 2018 - John massivement à l'ombre

Les Royaumes Oubliés... Ces terres perdues ou Mal et Bien s'affrontent pendant que le Neutre en profite pour s'en faire plein les poches. Pourquoi cette allusion à un royaume fantastique, terrain utilisé pour tant d'aventures imaginaires ? Parce que la fantaisie fut une grande partie de ma soirée. Et puis les Ludochons c'est un peu comme les Royaumes Oubliés. On en parle qu'une fois par semaine (et par on je veux dire Olivier et moi, même si Olivier comme d'habitude grommelle) mais toujours nos esprits y songent. Si l'on pouvait se retrouver plus souvent via notre imaginaire je suis certain que bon nombre d'entre nous le ferions.

Enfin assez de rêverie, parlons Massive Darkness. Ce soir fut une mission des plus rapides. En grande partie parce que le Magicien donnait de grands coups de bâtons dans les fesses du nain cupide, afin que ce dernier avance plus vite pour ne pas être enseveli sous la roche. Pourquoi tant d'instabilité architecturale ? Car les tambours enchantés d'une horde de gobelins, nous en voulant à mort, résonnaient le long des tunnels et bâtiments tremblants.
Massive darkness

Nous avons couru, vu, et vaincu les tunnels, en laissant derrière nous des piles de cadavres de monstres grotesques. Un crime parfait vu que la roche recouvrit le tout dans un lourd grondement, mais, tel des héros de films d'action, nous ignorâmes ce qui était derrière nous pour faire face à la suite...

Suite qui viendra un autre Jeudi! Comme je le dis plus tôt ce fut une partie rapide. Il ne me resta qu'a retrouver Possom et le mécontent anonyme Olivier pour qu'il construise une plus belle ville que moi dans The City. Il n’empêche que c'est un chouette petit jeu même quand joué à la vitesse grand V. Il me faudra le re-sortir.

Ainsi se termine ce petit message. Une autre soirée chez les Ludochons après trop d'absence. Je suis bien content d'avoir de nouveau ludoché.

samedi, février 17 2018

15 février 2018 - John installateur !

L'installation...

Ce terme porteur de cauchemar, certes moins en quantité de nos jours mais toujours aussi poignant, pour les informaticiens (j'utilise le mot ici pour désigner tout utilisateur de quelconques outils informatiques) m'a suivit toute ma vie. Suis-je, parfois, un peu lent à la détente parce qu’à force les mises à jour windows (des premières éditions à la dernière), ou les diverses installations Linux, ou simplement la pléthore de logiciels sur mes OS, m'ont pourri le cerveau ? C'est possible et c'est chose inquiétante. Alors quelle surprise! Que le cauchemar reprenne, mais chez les Ludochons ?! L'anonyme Olivier en profitera pour me dire "T'as qu'à apporter de vrais jeux" ou une toute autre boutade sortie de son amertume infinie... Mais ne l’écoutons pas et parlons de "Massive Darkness".


Massive darkness

(avant le début de partie)
"Coka: Je ne suis que remplaçant! A 5 les parties vont être longues et je ne veux pas en finir à minuit passé à chaque fois.
Moi: Non non, joue ton propre personnage ça ira.
(début de la partie après installation, explication des règles et du scénario il est 21H)
Christophe: Non mais on ne peut pas dire que cette porte commence ouverte ? Elle va se barrer l'araignée là !
(30 minutes plus tard, environs 3 tours de jeu)
Moi: Victoire!
...
Tour de table: Bon il est 21h30, on en refait une ?"
Après une bonne demi-heure de préparation mes fichus joueurs grognons me torchent une araignée géante en 2,3 gros coups de haches et de masses et osent se plaindre! Ralala, bon j'avoue pour la deuxième partie, après de nouveau, un moment d’installation, on a joué deux bonnes heures et avons fermé le chapitre sans le terminer (Notre élu nain au seuil de la victoire mais coincé, en prise avec une énorme femme serpent aux six lames).
Mais voilà Massive Darkness se résume un peu à ça: Des coups de chance ou de malchance et une aventure pleine de rebondissements et, semble-t-il, d'un barbare assoiffé non de gloire, mais de fortune. J'en conclurai que comme pour l'informatique, les installations qui semblent les plus longues sont celles dont on trépigne à l'idée de finir, mais qui en valent le plus la peine. Enfin, tant que bug il n'y a pas... (Comme oublier des règles de base du jeu par exemple... Nous ayant presque forcé à recommencer ça pourrait faire penser à une corruption de fichier).

- page 2 de 6 -