Au jour le jour

Week-end Ludochons, soirées à thèmes, bref des moments de vie chez les ludochons

Fil des billets - Fil des commentaires

Dimanche, juin 6 2021

On y retourne ?

Mes chers Ludochons,

C'est avec une immense joie que je vous annonce la nouvelle officielle:

On reprend ! Donc ça sera jeudi 10 à 20h, et tout le monde sort pour 22h45 car couvre-feu à 23h.

Je vous laisse lire le document de la MDH pour respecter le protocole :

  • Masque obligatoire notamment.
  • Pas de Haribo !
  • etc

Pensez au forum pour lancer vos idées de jeu !

Et tout porte à croire qu'on fera notre prochaine AG en septembre, avec un an de retard.

Et aussi... un week-end Ludoches en préparation !

Rock'n roll !!!

Manu (Président des ludochons)

Ludochons logo confinement, mai 2020

jeudi, juin 3 2021

Juin 2021 - Non- affectation ludique

A quoi sert un blog ludique en ce moment ? À vrai dire, au terme de cette période de fermeture (on en voit le bout bientôt !), on peut se poser la question !

  • Faire la promotion de notre activité à destination des acteurs locaux ou des éditeurs? Sans activité ? Raté !
  • Recruter de nouveaux joueurs ? Pour ne pas jouer ? Pas mieux !
  • Maintenir du lien entre nos joueurs ? Soyons honnête c'est un peu vain de penser pouvoir le faire !


Bref il n'y a aucune raison valable ! Alors ? Alors, autant relire les blogs et autres pages de nos petits camarades ludiques et, si vous avez fait cela, une chose saute aux yeux : dans le milieu du jeu de société, on semble faire un peu moins preuve d'affectation que dans d'autres domaines ! (Pour la modestie, en revanche, ce blog repassera).
Des preuves de cet excès de superlatifs qu'on trouve ailleurs ? Pensez à cette; soudaine et très médiatique, passion pour les librairies, alors que si vous les fréquentiez jusque là vous savez qu'elles étaient plutôt tranquilles voire en voie de disparition. Et que dire de ces reportages dithyrambiques, visant à démontrer que l'acmé de notre culture est basée sur la fréquentation.. des terrasses... en semaine... sous la pluie ! Sérieux ?

Certes, la professionnalisation de certains sites ludiques pousse parfois un peu à l'usage de l'adjectif superfétatoire, mais dans l'ensemble la plupart des sites de joueurs restent dans une expression de bon aloi. À une époque où il est de bon ton de montrer sur facebook un bonheur familial sans la pourtant nécessaire présence de la moindre ombre, la qualité de son plat sur Instagram (même s'il ressemble à un produit extrait des catalogues de Brake, transgroumet, ou Krill ), son don spontané pour la danse sur Tik Tok (avant les crampes et courbatures du 103ème essai), le côté flamboyant (et tout en élision) de son parcours professionnel sur LinkedIn, ou encore de montrer ses performances d'athlète sur Strava (sans mentionner le moteur de son vélo), la plupart des joueurs de jeux de plateau, eux, arborent encore une certaine modestie.

Assemblée générale, oct. 2018 Une image devenue presque indécente ! AG 2018 !

D'où est-ce que cela peut bien venir ? Peut-être plusieurs explications !

  • le consumérisme à tout crin tourne assez vite au ridicule pour le joueur. À l'exception de grands collectionneurs (très utiles dans un club) et pour qui cela relève de la vocation ou du sacerdoce, on se heurte progressivement aux limites du placard, de l'armoire, de la pièce, du garage ou à coup sûr, à un moment ou à un autre, du conjoint.
    Bref afficher en permanence de nouvelles boites, passée la première excitation, ne fait assez rapidement plus fantasmer les joueurs pour qui cela tourne à une source de stress, celle du "Où-est-ce que je vais pouvoir planquer cela ?"

  • Côté consumérisme toujours, une autre limite est assez vite atteinte... L'affichage ne suffit pas, il faut y jouer ! Et là, on touche à une autre limite, après le volume, celle de la quatrième dimension et du temps de jeu... Bref, même pour les joueurs ayant une seule passion, difficile (physiquement), de jouer "à tout".
    Alors qu'il faudrait, sur les réseaux, faire le blasé "tout fait, tout vu (deux fois)", ce Sisyphe ludique est, pour eux, un piège mortel!


  • Par ailleurs, souvent chez le joueur, la valeur ultime se situe dans le plaisir du jeu, et pas dans la victoire. Car même si on peut la courtiser, Niké est une déesse dont l'inconstance n'a pas de prix (rien à voir avec ses chaussures)... Bref vous pourrez connaître de grands triomphes, de magnifiques défaites mais la plupart du temps, vous serez dans un entre-deux "médiocre" mais qui curieusement vous aura procuré bien du plaisir... Or les réseaux sociaux aiment avant tout l'excès et le succès.


  • "Tout passe, tout casse, tout lasse", y compris la nouveauté... Étonnamment, à un moment ou un autre un joueur va se passionner pour un jeu pendant quelques temps, et il va s'extraire du culte de la nouveauté. Pire il est des jeux qu'on apprécie même lorsque la surprise a disparu, parce qu'ils vous titillent, vous stimulent vous énervent ou vous rassurent ! Difficile de faire du buzz avec votre 1873ème partie de Star realms.


  • Et puis chez le joueur, l'enfer ce n'est pas les autres mais l'absence de joueurs (et là on l'a bien vu). Comment rendre compatible une activité qui nécessite l'autre, à des endroits qui glorifient le moi ?


Bref on pourrait multiplier les exemples et s'apercevoir que notre activité sociale, est finalement assez contradictoire à l'activité des réseaux sociaux. Est-ce que cela nous en apprend plus sur les réseaux ou sur notre pratique ? À vous de voir !

La (seule) bonne nouvelle c'est que nous allons, bientôt, pouvoir normalement repasser du virtuel au réel et abandonner ces compte-rendus qui tournent en rond pour retrouver de vrais joueurs et de vraies parties ! Il est temps, amis ludochons, de sortir les chiffons à poussière, pour aller astiquer vos boites de jeux !

mercredi, mai 5 2021

Mai 2021 - Communions sous les deux espèces : du vin et du jeu !

"En mai, fais ce qu'il te plaît" ? On peut jouer alors ?
Bientôt, bientôt... Enfin on espère !

Revenons cependant un instant, en attendant de pouvoir jouer, sur cette injonction proverbiale. En effet, souvent les proverbes nous poussent plutôt à l'économie ou à la prudence et là, celui-ci, semble ouvrir la porte au lâcher-prise.... Un peu imprudemment car si vous sortez en T-shirt en ce début mai vous risquez surtout d'assez vite récupérer un bon rhume (et tousser derrière un masque c'est toujours déplaisant!).

D'autre part, ce "Fini la modération !" en cette période de COVID prend un sens particulier, surtout lorsque certains spécialistes se sont inquiétés de l'état dans lequel nous pourrions retrouver nos collègues transformés en des sortes d'éponges à alcools. Il faut avouer que pour les joueurs, si une légère griserie n'est pas incompatible avec la pratique ludique, le joueur éméché est rarement un bon compagnon autour d'une table... D'ailleurs, ce rapport curieux du jeu avec Bacchus pourrait nous fournir le sujet du jour, au prix d'une transition encore plus improbable que d'ordinaire : "le vin et le jeu" (je me demande si l'auteur ne manifesterait pas une certaine frustration actuellement sur ces sujets)...

Improbable comme sujet ? Pas tant que cela, le vin fait partie de la culture française, et il y est associé un peu partout dans le monde. Qu'on soit un oenologue distingué ou un abstème méritant, il faut bien admettre ce fait, ainsi que l'impact économique de sa production, de son commerce et de l'oeno-tourisme, sans parler de son rôle structurant dans la géographie ou l'architecture de nombreuses régions.

Alors, vu que le jeu de société est aussi devenu une valeur sure du paysage français, on pourrait se demander si un lien fort ne pourrait pas s'établir entre les deux... Après tout, on a joué si souvent la révolution industrielle anglaise avec Wallace, qu'on peut se demander si quelques auteurs français ne pourraient pas eux être tentés de mettre les pieds dans la barrique pour en tirer un excellent jus...

Vinhos 2016, mai 2021 Vinhos 2016 - Une envie de découvrir les crus portugais ?

Le vin en questions ?

Curieusement les choses paraissent un peu plus compliquées que cela. D'abord ils nous faut sans doute distinguer deux grandes familles, les jeux (très) grand public ou "de commande" et les jeux destinés à des joueurs chevronnés...

Dans la première catégorie on va retrouver les classique du jeu de questions (de l'archétypique "Trivial pursuit - Editions vins" aux plus récents Wine IQ, AOC,...) aux jeux de parcours façon jeux de l'oie. Certains sont d'ailleurs des oeuvres de commande ("Le Grand Jeu du champagne") et même si le joueur est souvent méfiant sur ce type de jeu, on peut y dénicher quelques (relativement) bonnes surprises.

Certains jeux plus spécifiques vont jouer sur un élément plus complexe : l'odorat (Le nez du vin, Bacchanales), mais il faut l'avouer la plupart des tentatives ludiques sur ce sujet tentant de mêler fragrances et jeux (vins, parfums, fleurs,...) ont rarement été de grands succès ludiquement parlant...

Du vin... Sans vin ?

De l'autre côté, si on aborde le sujet par la face ludique on peut avoir aussi quelques déceptions. Le formidable "chateaux de Bourgogne" évoque assez peu (et c'est un euphémisme) le vin et la vigne, Die Weinhändler (Attention il y a deux Weinhändler), jeu d'enchères assez malin est finalement assez abstrait. L'autre Weinhändler du remarquable Dominique Ehrhard est un fort bon jeu et si le transport du vin est un sujet pertinent, difficile malgré tout de dire qu'on y perçoit toute la complexité de l'univers du vin.
Bref, on peut avoir quelques jeux pour lesquels le vin est juste un prétexte mais c'est un classique chez les joueurs.

Un assemblage impossible ?


Faire fusionner le vin et jeu dans un ensemble cohérent serait donc impossible ? Et bien pas du tout ! ces dernières années on a vu sortir quelques jeux qui semblaient à la fois utiliser pleinement le potentiel thématique du vin en offrant des jeux de qualités.

Si Grand cru n'avait pas trop fonctionné chez les ludochons, on peut clairement affirmer que Vinhos, la même année (2010) avait clairement rempli son objectif en mettant en jeu l'ensemble des activités liées à la production viticole.

Viticulture, juin 2018 Viticulture - chez les ludochons en 2018 (déjà !)

On peut aussi signaler Viticulture et son extension, qui par le biais de très nombreuses cartes permettent de mettre en lumière quelques métiers moins connus ou des activités rarement mises en avant, le tout dans un jeu plutôt fluide (ce qui est mieux pour du vin). Plus récemment Vignobles avait aussi trouvé des fans.

Bref, il y a sûrement encore de nombreux champs à explorer dans ce domaine thématique, par exemple le travail de la vigne en lui-même n'a que très rarement été mis en oeuvre (par le méconnu Vign'en jeu), on pourrait aussi évoquer les grandes réussites industrielles du champagne, l'exportation mondiale, l'arrivée du phyloxera, le travail en cave, la gestion des caves (placement),... Que de jeux à créer !

- page 1 de 28