Mot-clé - Rosenberg

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, mars 10 2017

9 mars 2017 - On ne sait même pas polémiquer !

Il faut bien l'avouer, ce prétendu blog ludique édifié à la seule gloire des ludochons, valeureux servants de la cause ludique dans le Nord-Isère a bien des qualités (universellement reconnues... chez nous). Celle, par exemple, d'évoquer d'illustres inconnus (d'ordinaire à contre-emploi) ou encore de s'intéresser à des sujets qui mériteraient de rester dans la tangue (comme par exemple la tangue), mais malgré donc ces évidentes qualités, il lui manque un élément (apparemment) essentiel du monde ludique : la polémique.

Ainsi de temps en temps, comme si de puissants courants de subduction (cette chronique, comprenez le, sera "minérale" et "géologique") étaient à l'oeuvre, des continents ludiques semblent devoir se frotter puissamment comme de nobles plaques tectoniques, secouant par ce biais l'ensemble du fragile édifice ludique.

Mare nostrum Mare nostrum - Autour du Vésuve, il y a du monde....

Il semble bien en effet que cette pratique soit gravée dans le marbre et que son déroulement soit quasiment codifié. L'épicentre parait d'ordinaire innocent, il peut s'agir d'une parution, de la remise d'un prix, du coût d'un jeu, d'une traduction improbable, d'une différence de vue sur le business ludique pour que l'onde de choc commence à se répercuter....

Et le joueur n'est pas de bois, il n'a pas non plus la souplesse du roseau de la Fontaine, il serait plutôt du genre roc granitique... Et quand on le secoue bien fort il pourrait avoir tendance à devenir cassant...

Notez bien qu'avant de se lancer dans le combat de catch dans l'argile, il va toujours prendre le soin de dire qu'il ne veut pas polémiquer, non jamais... C'est juste que si on ne le grattouille pas dans le sens de la veine, il explose et est forcé de projeter quelques bombes (volcaniques) bien senties...

Great western trail Great Western Trail - la ruée vers l'or (encore des minéraux)

Forcément, là se mettent en oeuvre des effets d'entrainement, des zones tranquilles se trouvent projetées dans la lumière, sans dessus-dessous. D'autres se trouvent coulées dans le bronze ou la lave en un temps record. Telle la Californie, la communauté ludique est morcelée, par des failles qui paraissent définitives.

Petit-à petit, cependant, les choses retournent à la normale, le basalte s'effrite et les cultures reprennent leurs droits et paradoxalement la volcanique pierre ponce qui va servir à rendre les choses plus douces,... En attendant la prochaine éruption.

La polémique semble donc constitutive de l'univers ludique et curieusement les ludochons, eux qui se pensaient "gros joueurs" se révèlent... nuls en ce domaine ! Regardez-les à l'occasion du dernier salon de Cannes ! Des piliers du monde ludique se sont parfois échauffés, invectivés, mais le ludochon lui reste de glace, indifférent et pour tout dire minéral.
Pourquoi ? Parce que, même si c'est bon pour le buzz, cela va nous faire perdre du temps de jeu, et cela c'est trop précieux pour nous... Bref, polémiquez-moins mais jouez plus !

Donc hier nous avons joué, nombreux, et sans trop d'éclats de voix...
Caverna Caverna - collecter des minéraux

Les jeux

  • L'arbre ( Simon Havard chez Asyncron)
  • Bubblee Pop (Gregory Oliver, Bankiiiz Editions)
  • Castles of Mad King Ludwig (Ted Alspach chez Bézier Games)
  • Caverna (U. Rosenberg chez Filosofia)
  • Dice city (Vangelis Bagiartakis chez AEG)
  • Flamme rouge ( Asger Harding Granerud chew Lautapelit)
  • Great Western Trail ( Alexander Pfister chez Stronghold games)
  • Mare Nostrum + extensions (S. Laget chez Asyncron)
  • Unlock! (Cyril Demaegd , Thomas Cauet et Alice Carroll) chez Space cowboys

Les joueurs

  • David, Guillaume, Suzel et XXXXX
  • Marie, Magali, Nelly et Philippe
  • Bertrand II, Davy, Raphaël et Vincent (Tcho)
  • Stéphane et XXXX
  • Bertrand, Frédéric, Vincent (Bibou) et Yoann
  • Amélie, Jean-Jacques, Manu, Olivier, Vincent (Possom) et Zaggus


Castles of mad king Ludwig Castles of mad king Ludwig - retour de cet ancien succès chez les ludochons avec pas mal de pierres de taille

vendredi, février 10 2017

9 février 2017 - Tiens, il y a de l'écho...

L'année 2016 est bien finie !
Certains lèveront un sourcil (élégant ou broussailleux qu'importe) en se demandant si le rédacteur n'est pas encore en plein décalage temporel, car vous le savez tous déjà et il n'y a rien de neuf là-dedans : 2016 est bien finie ! On en a même presque, enfin, terminé avec la période des "bilans" (Notons l'approche anglaise). Alors ?

Unlock! Unlock! Première performance, libérer le jeu avant sa date de sortie !

Et bien, nous allons donc pouvoir nous intéresser aux bilans des bilans... En effet l'avantage du nombrilisme journalistique c'est qu'il peut parfois faire passer son propre recyclage pour de l'analyse savante !
Que disent alors, quasi-unanimement, les bilans ? Que David Bowie est mort... Notez que c'est triste, mais en relisant tous les bilans on s'aperçoit vite que tous les morts ne semblent pas tous trouver le même écho, et qui si certains événements dominent l'actualité (Brexit / élections US) d'autres semblent déjà disparaître de notre radar (La mer de Chine, la Corée, le Yémen, etc. ).

Il est donc temps de nous concentrer sur un autre Eco (mais Umberto cette fois), mort il y a bientôt un an et qu'on a un peu trop vite expédié. Certes, il serait facile de se concentrer sur "Le nom de la Rose", mais focalisons-nous plutôt sur le pendule de Foucault ou ses analyses sémiotiques. Pourquoi ? Parce qu'en cette période où on se plait à nous raconter des histoires (pré et post-électorales), il n'est pas forcément inintéressant de relire un homme qui s'est intéressé au rôle du lecteur (et donc à nous) dans la construction du récit. Fut-ce pour s'apercevoir, en s'en amusant lui-même qu'un livre comme "le pendule de Foucault", dénonçant les théories conspirationnistes fumeuses servait presque de bible pour certains... conspirationnistes. Et en ce moment, ce (double) rappel pourrait être salutaire...


Great Western Trail Great Western Trail - Raphaël revient parmi les siens ! Le niveau de jeu s'en ressent !

Cette re-lecture de l'actualité, mais aussi l'apparition d'étranges néologismes comme Alt-fact ("fait alternatif", un concept en lui-même paradoxalement savoureux) rappellera aussi à notre souvenir une autre disparation du mois de février celle plus ancienne (57 ans tout de même!) de Victor Klemperer, qui après la LTI se serait peut-être intéressé à la LDT (Langue de Donald T.).

Le rapport de tout cela avec une séance des ludochons ? Aucun ! Quoi que, si on regarde avec attention, on pourrait découvrir que les joueurs construisent aussi collectivement le récit du jeu parfois bien au delà de ce que l'auteur a voulu y mettre et qu'ils le font souvent en se créant un langage qui leur est propre... La perception différente d'un club à l'autre d'un même jeu pouvant peut-être se rattacher à ce double phénomène.
Et c'est par cette pirouette d'une élégance douteuse, qu'après avoir payé notre écot à ces grands hommes, nous retombons (lourdement) sur nos pieds !

Quoi qu'il en soit hier, les ludochons parlaient encore jeu (à leur manière) en construisant ensemble de bien belles parties. Pas besoin d'être un prof d'éco., pour constater que nos ludochons continuent à faire tourner le marché ludique puisque les jeux récents (voire bientôt récents) étaient encore présents (Unlock!, Victory or death mais aussi Pocket Imperium) et je regretterais juste que personne n'ait joué à Ekö pour que je puisse faire un grand chelem!

Patchwork Patchwork - Rien ne parait devoir aller ensemble et de là nait la beauté... Une parabole ?

Les jeux

  • Eternity ( Cyril Blondel, Jim Dratwa chez Blackrock Games)
  • Geschenkt - Non Merci (T. Gimmler chez Amigo)
  • Guildhall (Hope S. Hwang chez AEG)
  • Great Western Trail ( Alexander Pfister chez Stronghold games)
  • Quartermaster General – Victory or Death: The Peloponnesian War (Ian Brody chez Griggling Games, Inc.)
  • Patchwork (Uwe Rosenberg chez Fun Forge)
  • Pocket imperium ( David J. Mortimer chez Good little games)
  • Sticheln (Klaus Palesch chez Amigo)
  • Unlock! (Cyril Demaegd , Thomas Cauet et Alice Carroll) chez Space cowboys
  • Valeria: Card Kingdoms (Isaias Vallejo chez Daily Magic Productions.)
  • En délocalisé (Burn!) Star Wars : Assaut sur l’Empire (J. Kemppainen , C. Konieczka & J. Ying chez Edge)

Les joueurs

  • Jean-Jacques, Manu, Michaël, Victor, et Zaggus sur Valeria
  • Frédéric, Jean-Michel, Olivier et Vincent (Possom) sur Victory or death
  • Bertrand II, Davy, Raphaël, et Stéphane Sur Great Westen Trail
  • Bertrand, Davide, Magali, Nelly et Suzel enfermés !
  • Vincent (Bibou) en deuxième partie de soirée


20170209_victory_or_death.jpg Victory or death - le jeu du "Comprendras-tu la règle d'approvisionnement ?"

vendredi, novembre 4 2016

3 novembre 2016 - Piratés !

Nos spécialistes de la soirée à thème ont un peu pris de court nos ludochons favoris en nous imposant en cette soirée le thème "Mers, ports, et pirates".
Le ludochon qui pensait "pantoufler" jusqu'à Noël en ouvrant, semaine après semaine, une boîte en provenance d'Essen se voit pour le coup obligé de réfléchir à son panier de jeux.
Amerigo Amerigo - Chez Feld, les pirates, c'est carré...

Le problème n'est pas moindre pour le rédacteur. Il se dit qu'il pourrait tenter la manoeuvre de diversion visant à ré-expliquer, comme si cela constituait une nouveauté, la différence entre pirate et corsaire (Utilisez lettre de course puis lettre de marque,plus chic, dans vos explications cela permet de bien étaler la confiture), ou encore à ré-expliquer que "prendre son pied" pourrait être en fait une expression de pirate, mais, non, tout cela serait céder à la facilité !

Bref, à ce stade et sans idée, il ne nous reste plus que le calembours même si l'auguste Victor Hugo nous a mis en garde contre celui-ci !

Le calembour est la fiente de l'esprit qui vole. Le lazzi tombe n'importe où ; et l'esprit, après la ponte d'une bêtise, s'enfonce dans l'azur. Une tache blanchâtre qui s'aplatit sur le rocher n'empêche pas le condor de planer. Loin de moi l'insulte au calembour ! Je l'honore dans la proportion de ses mérites ; rien de plus.
Victor Hugo dans "Les non-joueurs" ou alors "Les misérables" je ne sais plus...


Voilà donc votre serviteur cherchant quelques blagues à faire sur un éleveur tripoteur malhabile (pis raté), ou sur un corbeau se prenant pour une pie ratée, mais il faut bien le dire cela ne nous mène pas loin...

Il nous reste toujours la tentation du π (pi) raté. Et que faire avec cela ? Pleurer sur le sort terrible et la déprime du 3,15 rendu anonyme par la gloire de son voisin ? Se pencher sur la quadrature du cercle ? Rappeler que le concours de Pi (nombre de décimales connues) constitue l'équivalent pour le geek pré-pubère du concours de pipi pour l'adolescent moins bien doté intellectuellement ?
Non, cela serait trop vulgaire... Bref nous allons nous intéresser à la transcendance, car oui Pi est un nombre transcendant... Si on applique maintenant une autre définition de la transcendance (c'est un peu cavalier) "Existence des fins du sujet en dehors du sujet lui-même", cela peut nous faire réfléchir...

Surtout, il faut alors nous demander ce qui a été raté (piraté, faut suivre) dans notre soirée. Aurions-nous raté la transcendance à cause de notre pratique ludique ? Le jeu est-il transcendant ?

Cuba Cuba - sans blocus de la part des joueurs ?

Répondrons-nous à ces questions ? Non (nous ne répondons jamais à nos questions), car nous avons déjà piraté une bonne partie de cette chronique et nous laisserons à Bertrand le soin d'y répondre la semaine prochaine à moins qu'il ne veuille parler de sociologie (si, si) !

Revenons à nos pirates du jour (nombreux) mais néanmoins sans foi ni loi, puisque certains ont envoyé par le fond ce thème avec une certaine légèreté...

Les jeux

  • A Feast for Odin (Uwe Rosenberg chez Z-Man)
  • Amerigo (S. Feld chez Queen Games)
  • Cuba (M. Rieneck & S.Stadler chez Filosofia)
  • Dark seas (A. Rubbo chez AEG)
  • Korsar (Reiner Knizia chez Asyncron)
  • Prosperity (Sébastian Bleasdale, Reiner Knizia chez Ystari )


Les joueurs

  • Suzel, Noémie, Christophe et Olivier
  • Jean-Michel, Jean-Philippe, Manu et Zaggus
  • Alain, Stéphane, et Bertrand II
  • Davy, Magali, Matthieu et Nelly
  • Raphaël, Vincent (Possom) et Yoann
  • David, Éric, Frédéric, Sandra et Thomas


A feast for Odin A feast for Odin - pirates, version analyse multifactorielle

- page 3 de 16 -