Mot-clé - Keyflower

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, mai 4 2017

4 mai 2017 - Du temps qu'il fait...

La semaine dernière, le brillant Bertrand nous livrait un billet sur le temps... Malheureusement, en lisant ce compte-rendu, par ailleurs fort intelligent , on ne pouvait qu'être troublé par la désinvolture de cette assertion sur le temps : "Non pas celui météorologique, notez que cela aurait été plus facile, amenant la discussion sur un terrain léger et superficiel."

"Minute, papillon !" eus-je envie de m'écrier. Notez que je ne me permettrais pas d'appeler Bertrand "papillon", surtout que les papillons barbus ne sont pas légions, sauf peut-être chez les hétérocères, dont on apprendra, en passant et avec stupeur, que certains "chantent"... Si, si (ils "chantent"), mais revenons à notre interjection qui ne nous sert qu'à satisfaire une triste nostalgie...
"Minute, papillon !" donc, la météorologie ne serait donc que légère et superficielle ? Que nenni !

Briskars Briskars - Pas important la météo ? Ce lapin de Pâques pris dans les neiges n'a pas l'air de prendre cela bien !

Certes, notre maître à tous, le saint patron des chroniqueurs, Alexandre Vialatte avait sur la prévision météo un avis tranché. Il pensait qu'il fallait dire qu'il ferait demain le même temps qu'aujourd'hui et qu'au pire en moins de 24 heures, on pourrait affiner la prévision. L'analyse était imparable, mais soulignait aussi l'importance pour l'homme de cette connaissance.

Non, La météo est un sujet infiniment sérieux. Bien sûr, pour justifier cela, les plus rêveurs d'entre vous ne manqueront pas de citer les astronautes, coincés sur leur pas de tir (et dans leurs couches), alors que les plus terriens ne manqueront pas d'évoquer la culture du topinambour (bien que cela soit une plante plutôt rustique).

La météo est surtout un élément essentiel de la vie sociale de l'être humain. Sans elle, vous ne pourriez que finir par vous apercevoir de l'infinie vacuité des relations qui vous lient à Roger, alors qu'avec celle-ci vous pouvez discuter avec lui tous les matins d'un sujet constamment changeant, en échangeant vos meilleures prévisions. L'almanach Vermot, lecture de référence de l'homme social, l'avait bien compris en truffant ces pages de proverbes météorologiques abscons ("Un jour est mouillé, l'autre sec, quand le coucou ouvre son bec.").

Seafall Seafall - Tu ne connais pas la météo... Tu finis dans l'eau....

Ce n'était pas un blog ludique à une époque ? s'étonneront tous ceux qui travaillent au sec et qui se désintéressent de la météo (Des amateurs de foot surement ! Le foot a tué la météo; le foot, c'est la météo de l'urbain) et qui s'impatientent déjà... Si, tout à fait, on y vient car dans de nombreux jeux la météo est cruciale... Ceux qui ont joué au "Triangle du Diable" de MB (1977) en sont persuadés! Dans Condottierre, printemps et hiver ne sont pas sans importance, on joue par saison dans Keyflower, le vin dans Vinhos est bien meilleur les bonnes années, les crues sont essentielles dans Ra, vos avions décollent moins bien dans Race to the Rhine par temps de pluie etc.

La météo n'est donc absolument pas légère, elle est même essentielle pour le joueur, et c'est donc par un temps frais que nous nous sommes retrouvés, hier soir, encore nombreux et motivés.

PS : les geeks nous rappelleront qu'on aurait du faire aujourd'hui un truc sur "May the Fourth be with you " mais le temps ne s'y prêtait pas ! Lorenzo Magali, elle, se moque de la météo, elle veut juste jouer à Lorenzo

Les jeux

  • Briskars (Emmanuel Pontié et William Mordefroy)
  • Clank! (Paul Dennen chez Renegade Game Studios)
  • Keyflower (R. Breese & S. Bleasdale chez R&D games)
  • Lorenzo le Magnifique ( S. Luciani , V. Gigli et F. Brasini chez Atalia)
  • Modern Art (R. Knizia)
  • Scythe (Jamey Stegmaier chez Ghenos games)
  • Seafall (Rob Daviau, JR Honeycutt chez Ironwall games)
  • Space Hulk: Death Angel – The Card Game (Corey Konieczka chez Edge)

les joueurs

  • Manu et Chrys en pirates animaliers
  • Éric, Jean-Philippe, Suzel et Vincent (Possom) en pirates
  • Bertrand II, Stéphane 2, Raphaël et XXXX fauchés.
  • Alain, Bertrand, David, et Magali en plein Renaissance
  • J-B, Lucie-Anne, Noémie et Zaggus en exosquelette
  • Michaël, Nelly, Olivier et Thomas cherchant la clé des champs
  • Frédéric, Vincent (Bibou) et Yoann dans le dédale.

Keyflower Keyflower - Les quatre saisons du jeu...

vendredi, octobre 14 2016

13 octobre 2016 - À n'importe quel prix....

Et oui chez les ludochons, on aime le jeu à n'importe quel prix...
Ainsi certains d'entre nous sont actuellement perdus au coeur de la Rhur à se livrer à une orgie d'achats de jeux à des prix défiants toute concurrence (si on exclue les coûts de transport, les coûts d'hébergements, les faux frais (la bière! Avec ou sans faux-col), les jours de congés sans solde et la gestion des tensions familiales!)... Là encore, parmi ceux-ci, certains nous diront qu'ils ont trouvé des tarifs très favorables pour le transport, un logement discount, que la bière ils en boivent même ici et que c'est donc moins chers là-bas, qu'ils ont été forcés de prendre des jours par leur patron et que leur moitié est très heureux/se de s'organiser une soirée entre copines / copains... Devons nous croire ce genre discours qui ne relève pas du coup de chance mais carrément de la conjonction astrale du millénaire ? Non.
Bloodrage Blood rage - "It's Alright, Ma (I'm Only Bleeding)" ...

Chez les ludochons, les vrais, les berjalliens, on joue à n'importe quel prix ,même quand une foule de drogués ludiques est donc partie pour Essen. Mieux encore, Manu pas rancunier pour un sou (quel homme !) nous a même concocté un petit quizz sur James Bond pour ouvrir les hostilités ! Des membres comme cela, ça n'a pas de prix !
Ensuite pour pouvoir jouer à Keyflower, un membre anonyme n'a pas hésité à envoyer un petit nouveau (Thomas) jouer à un petit party game (Mombasa) avec Raphaël... La tête du membre anonyme serait maintenant elle-aussi à prix, si on en croit la rumeur...
D'autres ont préféré, se livrer à des jeux d'évaluations monétaires, avec Blood rage... Petit jeu où il n'est pas rare d'entendre des mises à prix des différents organes de vos adversaires...

Bref le ludochon aime les prix.... Et c'était la bonne journée pour cela puisque, conjonction astrale du millénaire, cela tombait le jour de la remise du prix Nobel de littérature à Bob Dylan.... Votre serviteur qui chante régulièrement "Shelter from the storm" (mais plutôt dans la version Bill Murray) était à la fois assez heureux et tout aussi désespéré... Notamment parce que, si on se concentre juste sur les américains, Philip Roth a peu de chance de recevoir un MTV Music Awards et que Richard Yates est malheureusement mort sans un seul prix !

Bref c'est le propre des prix de ne satisfaire personne, souvent parce qu'ils doivent répondre à une définition qui finit par ne faire l'affaire de, là aussi, personne. Est-ce un cas général ? Difficile à dire... Si on s'intéresse aux prix littéraires, souvent critiqués, répondent-ils à l'attente des lecteurs ? Ou des non-lecteurs ? Ou à un cahier des charges complexe ? Et avant de répondre pensons aux prix ludiques, souvent critiqués, et transposons cette même interrogation... Répondent-ils à l'attente des joueurs ? Ou des non joueurs ? Ou à un cahier des charges complexe ? Des parallèles qui ouvrent bien des interrogations pour nous joueurs ou lecteurs...


Mombasa Mombasa, peut-être Here comes the story of the Ra-pha-el


Je vous laisse sur cette réflexion, et sur nos statistiques du jour, pendant que votre serviteur va rentrer chez lui en sifflotant Dont' think twice it's alright (parce que..)..

Les jeux

  • Blood Rage (Eric Lang chez Edge)
  • Imagine (Hiromi Oikawa chez Moonster Games et Cocktail Games)
  • Keyflower (R. Breese & S. Bleasdale chez R&D games)
  • Mombasa (Alexander Pfister chez Gigamic)

Les joueurs

  • Frédéric, Nelly et Olivier
  • Bertrand, Raphaël, et Thomas
  • Jean-Michel, Jori, et Manu

vendredi, juillet 29 2016

28 juillet 2016 - Légendes urbaines ludochonnes

Chez les ludochons, comme dans tout groupe humain, les légendes se développent peu à peu; ainsi des mythes peuvent se créer, évoluer, être ré-interprétés au gré des événements, même dans une petite association ludique.

À titre d'exemple, il s'est développé dans notre association, le mythe du "secrétaire". La légende voulait que dès que nous tentions de trouver un secrétaire pour notre association, qui ne réponde pas au doux surnom de Possom, il fallait que celui-ci disparaisse (corps et biens), dans l'année, sans que l'on sache trop pourquoi...
Bien sûr, certains sont allés jusqu'à suspecter le dit Possom, mais comme d'ordinaire ces délateurs étaient nommés secrétaires l'année suivante (sur la proposition toujours du dit Possom), les accusations tombaient d'ordinaire d'elles-mêmes !

Railroad tycoon Railroad tycoon - Une de nos légendes s'est fait battre par Magali...

Un autre mythe est en train d'émerger, celui du SPEC. Qu'est ce que le SPEC ? Nous allons vous l'expliquer, mais d'abord une petite introduction : les ludochons ont eu jusqu'à présent des présidents dont ils tirent une grande et légitime fierté (Suzel, Vincent, Yoann, et Zag), mais force est de constater que ces derniers temps, leurs présences sont un peu plus épisodiques.
Comme s'ils s'étaient passés le mot, leurs justifications se ressemblent étrangement (L'immobilier c'est du boulot ! J'ai retrouvé du boulot ! Je dois reprendre le boulot de mon assistant ! J'ai un ERP au boulot).
Qui, dans notre contexte de crise, pourrait, sérieusement, croire à cette débauche d'excuses professionnelles ? Le ludochon aime trop les jeux de bluff ou de déduction pour s'y laisser prendre !

La vérité, enfin celle qui est ailleurs, nous allons vous la livrer au péril de notre réputation (qui ne craint plus grand chose à vrai dire) : nos prédidents ne jouent plus chez nous, non, ils jouent dans des lieux "top select" pour présidents! Si ! Cette pratique est connue sous le nom de SPEC; cet acronyme, bidon, que n'aurait pas renié un scénariste de James Bond signifie en effet "Secret Presidential Events Calendar".
Ainsi par exemple en ce moment, ils sont à Valmeinier, dans une sorte de conférence de Bilderberg du jeux alors que le ludochon de base lui reste fidèle à Bourgoin-Jallieu et au Nord- Isère !

Doit-on s'offusquer de ce fait ? Doit-crier au complot ? Doit-on les rouler dans le goudron et les plumes pour nous avoir abandonnés ? Oui. Sans aucun doute. Néanmoins, on se chargera de cela dès qu'on aura fini de jouer, ce qui n'est pas pour tout de suite !

Mais le plus ennuyeux dans les légendes urbaines, c'est sans conteste le fait qu'on prend certains phénomènes pour des légendes alors qu'ils sont bien réels... Ainsi il faut signaler l'existence avérée du PolterKeyst, cet esprit frappeur s'attaque à des intervalles plus ou moins réguliers à de jeunes joueurs en leur susurrant des "Ah bon tu n'as jamais joué à Keyflower ?" et pour le moment les ludochons n'ont pas encore trouvé de parades...

Keyflower Keyflower - l'esprit frappeur se fut surtout Noémie...

Plus sérieusement, en terme de fréquentation nous approchons peu à peu de notre étiage estival mais il reste encore quelques joueurs et nous avons bénéficié du retour bienvenu de Bernard, Jori, Karen et de quelques jeunes pour compléter nos tables !

Les joueurs

  • Davy, Jori et Magali sur Railroad Tycoon
  • Adélice, Bernard, David, Éric et Louan dans une galaxie lointaine
  • Karen, Manu, Noémie et Olivier sur Keyflower

Les jeux

  • Keyflower (R. Breese & S. Bleasdale chez R&D games)
  • Star Wars : Assaut sur l’Empire (J. Kemppainen , C. Konieczka & J. Ying chez Edge)
  • Railroad Tycoon (Martin Wallace, Glenn Drover chez Eagle Games)
  • Zéro (R. Knizia chez Asyncron)


Assaut sur l'Empire Star Wars : Assaut sur l’Empire - David recrute sans cesse de nouveaux adeptes

- page 2 de 9 -