Mot-clé - Chvátil

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi, décembre 7 2016

8 décembre 2016 - Le jeu du vendredi matin

Nouveau petit test d’écriture, dans un style radicalement différent de celui habituel , un peu comme celui de l’élève indiscipliné qui essaie d’attirer l’attention en écrivant sur sa table du collège des poèmes qui n’en ont que le nom …

Je vais essayer de reproduire sous forme ludique, de bonus / malus, l’écriture d’un texte du vendredi matin !
Pour commencer, il faut respecter les règles des comptes-rendus :

  • Caler des citations d’auteurs inconnus
  • Placer des notes d’humour
  • Amener une réflexion chez le lecteur mais pas trop non plus
  • Faire en sorte qu’il ne parte pas tout de suite
  • Faire en sorte de parler un peu de jeu
  • Pleins d’autres subtilités d’écriture et de narration qui m’échappent complètement.


C'est parti !

Scythe Scythe - offre et la demande version kick-starter réussi

Ce matin, je vous invite (+ 5 implication direct du lecteur pour le garder éveillé) à réfléchir rapidement et superficiellement sur l’offre et la demande du marché ludique actuel (+15 sortir une phrase digne d’un énoncé de partiel 3° cycle +5 avec "amener une réflexion chez le lecteur" +5 de bonus "culture & économie" + 10 pour le bonus "lien wikipédia").
À une exception près cependant, ici le prix sera remplacé par le nombre de sortie de jeux de société sur une année commerciale.
Chez les Ludochons, plusieurs membres fondateurs, nous parle parfois d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître (- 10 de crédibilité, +10 chez les vieux), ce temps où Caylus et Saint Petersbourg (2004) (+10 avoir fait une recherche bgg) étaient LES jeux et où les comptes rendus du vendredi matin se résumaient à 1 ou 2 jeux.
C’était le temps ou l’offre et la demande étaient faibles. (+10 en économie niveau collège)

L’offre

Du coup, à l'époque, difficile de faire le difficile (+10 de mouvements, retour à la citation d’introduction), on prend ce que l’on nous donne, on découvre, on s’émerveille de la profondeur et on replonge pour une énième partie.
Est-ce positif ou négatif (+10 en politique) ? D’un côté, on se donne le temps d’approfondir les mécaniques, mais si on n’aime pas, et bien, on souffre.
Et puis, comme de la question de l’œuf ou la poule, laquelle a commencé à augmenter, l’offre ou la demande ? (+10 en philosophie)
Dans cette niche (notre Hobby, pas le Dooble) qui n’en est plus une, à quel moment les comptes rendus de séances ont commencé à recenser 6, 10 jeux différents joués ? Donnée à mettre en relation avec le nombre de participants aux sessions bien évidemment, (+10 en maths) mais de mon ressenti, je dirais 3 – 7 ans (+10 en politique, je me mouille pas).
A l’heure où j’écris ces quelques lignes maladroites (+5 en auto flagellation), les jeux s’entassent, les rayons débordent telles les dindes farcies que nous nous apprêtons à manger.
De la multiplication de l’offre, moi en tant que consommateur, je me sens plus fort, plus critique, j’ai le choix, trop de choix ?
Du coup, je peux faire mon difficile, je peux croiser les informations, regrouper les avis et me poser en critique du haut de ma toute puissante position de consommateur courtisé.
Car oui, je suis courtisé, marketté, buzzé, moubourré et ksstarté (- 20 crédibilité à force de bouffer à tous les râteliers)
Je me pose donc en critique, car oui Madame, ce jeu est une merde et je vous pisse à la raie (+ 25 cinéphile et humour de mi-vieux -5 "tout public").

Mais est ce que ce n’est déjà pas le cas pour les autres produits culturels ? Les livres, les films, les jeux vidéos ?
- Ne regarde pas ce film, c’est nul !
- Ne lis pas ça ça n’apporte rien de nouveau !
- Encore une BD sur les zombies y en a marre !
- Je viens de créer un blog sur les mangas et je critique le dernier tome de Naruto !
(-15 Faire des gros gros raccourcis)
Relic Relic - Offre version licence déclinée

La demande

Le secteur est en croissance, on peut donc penser que la demande suit, ça vend, ça achète, tout va bien Madame la Marquise (+10 chez les vrais vieux, - 10 crédibilité, -25 chez les jeunes).
Mais sommes nous plus heureux ? (+10 en psychanalyse de comptoir)
En tant que joueur, du point de vue de votre Hobby ? (+ 5 implication direct du lecteur pour le maintenir toujours éveillé)
Ne sentez vous pas montez la nausée, le trop plein du repas de noël ou au 13° dessert, où vous vous demandez pourquoi il y a la faim dans le monde ?
Ou êtes vous un Gargantua (+5 en littérature) du monde ludique et c’est déjà pareil dans les autres domaines, plus j’en ai mieux je me porte !
Difficile de donner son temps, sa chance à un jeu tant les tentations sont nombreuses.
Une partie rapide et hop, mon avis est forgé, ma critique est faite et son sort décidé.
Direction poubelle et oubliette ou place sur l’étagère et panthéon ludique.
On a tendance a allé au plus important, on scrute le top 50 des ventes de Philibert, on demande conseil à son crémier, on devient difficile. (-50 placement de produit)
Du coup baisse de la demande ?
Non, au contraire augmentation de la demande pour les gros, pour les hits, les gros deviennent plus gros les petits plus petits et difficile de renverser la tendance.

Horreur à Arkham Horreur à Arkham - offre version classique revisité

Conclusion

(-50 parce qu’on a déjà perdu 70% des lecteurs)
L’offre perd elle en qualité ?
On pourrait se poser la question au vu de certaines sorties, dont le monde ludique aurait bien pu se passer.
Mais ce n’est pas moi en tant qu’acheteur qui suit responsable, ce sont les vendeurs qui n’ont pas à mettre en vente une bouse pareille et recentrer l’offre sur des produits de qualités, plutôt qu’une profusion d’offres !
Mais si ça sort, c’est que des gens achètent ? (vraiment ?)
Et si toutes les offres sont de qualités !?

Et bien si toutes les offres sont de qualités, mais qu’elles ne se vendent plus, c’est que l’offre dépasse la demande.
Mais si demain, nous décidions d’un élan collégial, de tous arrêter d’acheter des jeux et bien l’offre s’effondrerait. Tout est une relation de cause à effet, tel un ying yang de l’économie.(+10 en kungfu).
Mais notre Hobby est devenu un marché en croissance à deux chiffres depuis plusieurs années, cela n'est pas prêt d'arriver. Réjouissons nous !
Ou pas.
Ceci était un message à caractère informatif. (-20 référence foireuse)

Score total : 0 point.

Quartermaster Quartermaster - offre version originale et jeu amorti

Les jeux

  • Amerigo (S. Feld chez Queen Games)
  • Horreur à Arkham - le jeu de cartes ( Nate French, Matthew Newman chez FFG)
  • Codenames ( Vlaada Chvátil chez CGE)
  • Quartermaster (Ian Brody chez Asyncron)
  • (W40 000) Relic (John Goodenough chez FFG)
  • Scythe (Jamey Stegmaier chez Ghenos games)

Les joueurs

  • Nelly, Suzel et Vincent (Bibou) en mer
  • Bertrand, Manu et Zaggus dans leurs exosquelettes
  • Davy, Jean-Philippe, Olivier, Stéphane (l'aff) et Vincent (Possom) en campagne
  • Bertrand II, David, Éric et Frédéric en dystopie

jeudi, novembre 10 2016

10 novembre 2016 - De la spirale ludochonesque

J’aime commencer les phrases par « de la » ou « de le ». Ce n’est pas français (*), mais les joueurs et internautes reconnaissent tout de suite la structure grammaticale d’un site au logo violet qui fait pouic. Du coup, hop, on accorde du crédit à la lecture, on se sent comme à la maison, bref encore un truc pour vous attirer dans mes sombres filets.
Posons tout d’abord, les bases de notre hypothèse. J’aime bien les hypothèses. Avec elles, on peut dire tout et son contraire (réf. France Info, Philippe Vandel) , le tout en passant pour quelqu’un d’intelligent.

Bon revenons aux bases.
Pour les plus littéraires, la base de notre hypothèse reposera sur les travaux de Bourdieu, les seuls que je trouvais intéressants en fac de sport. Certains lecteurs perspicaces, pourraient se demander si faire une fac de sport quand on apprécie la sociologie et la psychologie ne révèle pas de la bêtise ou du masochisme, mais passons... La base de notre hypothèse, même si elle tarde à venir, n’est pas ici.

Fortunes de mer Fortunes de mer - les pirates sont parfois en retard d'une semaine...

Pour les moins littéraires, je vous renvoie sur Facebook, et que ceux qui voient une corrélation entre le temps passé sur cette plate-forme et l’éloignement de la compétence « littéraire » se taisent, sinon je ne vais jamais m’en sortir avec cette hypothèse.
Pour faire, court, car vous semblez être particulièrement agaçants ce matin, pour les intellos, c’est , pour les autres c’est ...

Voilà donc les bases de notre hypothèse posée : "Nous avons naturellement tendance à reproduire les schémas existants."
Pour tester notre hypothèse, nous allons la soumettre au spectre ludochonesque.
Prenons un jeudi soir, classique, une table test 4 joueurs, tout aussi classique, impatients de jouer à un titre (que nous nommerons X pour faire encore plus scientifique) dont ils ne connaissent rien, si ce n’est l’illustration de couverture.
Passe alors près de la table un ludochon, s’exclamant, « Oh, vous allez jouer à X, vous allez voir c’est génial ! »

Personnellement, j’hésiterais à répondre un « occupe toi de tes fesses » qui ne serait vraiment pas dans l’esprit des jeudis soirs (les vulgarités ludochonesques sont une marque déposée par Suzel™), ou encore « et Spoiler Alert ! » (réf. The Big Bang Theory).
La réponse la plus fréquente est pourtant un petit hochement de tête avec un sourire forcé, le même qu’aux fins de repas, quand le tonton René débite ses vérités et qu’il vous prend pour témoin …
Vous l’aurez compris, le fait qu’un autre joueur, se positionne comme garant de la qualité du jeu X va influencer l’expérience de jeu de notre table test.

Diamants Diamant - ré-édition de ce classique - ne pas jouer avec un pickpocket...

Nous appellerons cette influence, la spirale ludochonesque.
Pourquoi spirale, car elle représente la montée infernale et sans retour d’un jeu dans les extrêmes.

Soit le jeu est porté, tel une idole de bras en bras, proposé presque tous les jeudis, même de manière inconsciente voir subconsciente, soit le jeu est dénigré, piétiné …
Car tout n’est pas simple, les jeudis soirs à Bourgoin Jallieu.
En effet bon nombre de hit, voir de Spiel, sont désavoués des tables de jeu. Plusieurs ludochons, crachent par terre dans un rictus de mépris à l’énonciation de certains jeux qui se sont pourtant vendus à des centaines de milliers d’exemplaires.

Une fois, un jeu mis sur la liste des garnements (ref Dora, le Noël de Dora), il deviendra alors difficile pour le propriétaire de ramener son jeu, voir impossible.
Et pourtant, certains ludochons, en plus d’être joueurs, ou car ils sont joueurs ont su garder leurs esprits critiques.
Ils ne se laisseront donc pas influencer, ni par leurs pairs, ni par les masses, il vont réfuter leurs statuts sociaux et se lever poing en l’air revendiquant leurs droit d’aimer « Risk » « Le Monopoly » ou même « La bonne paye»…
… Les derniers qui ont essayé ont été brulé vif, sur le parking, un jeudi soir. Leurs cendres ont été compacté pour un faire des cubes ressources dans Myrmes et leurs dents servent de meeples pour Keyflower …

Les jeux

  • L'âge de pierre ( Bernd Brunnhofer et Michael Tummelhofer chez Filosofia)
  • Codenames pictures ( Vlaada Chvátil chez CGE)
  • Colony (Ted Alspach, Toryo Hojo, N2 sur Bézier games)
  • Diamant (Bruno Faidutti et Alan R. Moon chez Iello)
  • Fortunes de mer ( Kasper Aagaar et Christian Marcussen chez Filosofia)
  • Imagine (Hiromi Oikawa chez Moonster Games et Cocktail Games)
  • Kingdomino (Bruno Cathala chez Blue Orange)
  • New York 1901 (Chenier La Salle chez Blue orange)
  • Not alone (Ghislain Masson chez G.A.G.)
  • Star Wars : Assaut sur l’Empire (J. Kemppainen , C. Konieczka & J. Ying chez Edge)

Les joueurs

  • Guillaume, Maude, Raphaël et Vincent (Possom) en colons
  • Bertrand II, Davy, Manu et Victor en mer
  • Éric, Jean-Philippe, Noémie et Suzel à la préhistoire
  • Bertrand, Frédéric, Magali, Olivier, Quentin, Sandra et Zaggus pas seuls
  • Christophe,David, Jean-Michel, Thomas dans une galaxie...
  • Alain, Michaël et Maëlys à New-York
  • Divers enfants


Bourdieu sur la banquise...
(*) Note du collectionneur de dents, (qui squatte la chronique de Bertrand). En fait, cela se discute c'est un héritage du latin, et de la préposition "De" qu'on prononcera "Dé" (et pas uniquement pour faire plus joueur) et qui signifie "à propos" et qui servait à introduire de nombreux essais dont le célèbre "De rerum natura" (sur ce livre allez lire Quattrocento de Greenblatt). Donc c'est du latin injecté en français, notamment dans la période classique.

vendredi, juin 24 2016

23 juin 2016 - Perfide Albion...

Se réunir le jour où le Royaume-Uni vote pour le "Brexit", modifie-t-il notre façon de jouer ?
À priori, aucun rapport entre les deux événements mais si on cherche un peu (beaucoup), on finit par trouver dans les jeux qui nous occupent quelques allusions à l'Angleterre.


Madame Ching Madame Ching - des pirates en mer de Chine qui détournent le commerce Sino-européen - Nihil novo sub sole...

Commençons par Madame Ching, le cadre du jeu la mer de Chine en 1808 permet théoriquement de nous détacher de l'actualité d'outre-Manche, mais curieusement les choses ne sont pas si simples que cela. Si la piraterie est si forte à cette époque c'est que les échanges entre l'Europe, déjà friande des produits chinois (dont la porcelaine) et la Chine sont importants, commerce créant de nombreuses tensions notamment entre la Chine et l'Angleterre, tensions qui mèneront 30 ans plus tard à la guerre de l'opium.
Tournons maintenant notre regard vers Isle of Skye, ce très bon et rapide jeu de placement, rappelle aussi l'histoire des clans écossais et dans une certaine mesure l'indépendance de ceux-ci, indépendance dont nous devrions ré-entendre parler.
Même dans Codenames, le tirage des cartes évoquait l'Angleterre et divers pays du Commonwealth !
Pour finir, difficile de ne pas mentionner Quartermaster, jeu qui rappelle les heures sombres mais aussi glorieuses du Royaume-Uni (souvenons-nous du discours "their finest hour"), et qui nous permettra de comparer le personnel politique et les choix anglais de l'époque (Churchill, Montgomery, Alexander, Mountbatten,...) et le personnel moderne (David Cameron, Boris Johnson).

Bien sûr, même en faisant preuve de toute notre mauvaise foi habituelle, difficile de trouver un rapport avec Bruxelles 1893 , Roll for the galaxy ou même Loup-Garou Pour Une Nuit, même si dans ce dernier cas on peut se dire qu'il y a un loup !

Isle of Skye Isle of Skye - une partie où on aime prendre un max. de Whisky le long des chemins...

Une fréquentation encore bonne, en cette chaude soirée, avant que les premières défections estivales ne se manifestent...

Les jeux

  • Bruxelles 1893 (E. Espreman chez Pearl games)
  • Codenames (Vlaada Chvátil chez Iello) x2
  • Isle of Skye: From Chieftain to King (A. Pelikan & A. Pfister chez Mayfair games)
  • Loup-Garou Pour Une Nuit ( Akihisa Okui et Ted Alspach chez Ravensburger)
  • Madame Ching (B. Cathala, L. Maublanc chez Hurricane)
  • Quartermaster (Ian Brody chez Asyncron)
  • Roll for the galaxy (Wei-Hwa Huang, Thomas Lehmann chez Gigamic)


Bruxelles Bruxelles 1893 - version "Home made deluxe"

Les joueurs

  • Frédéric, Jean-Michel, Jean-Philippe, Olivier, Sandra et Vincent (Possom) sur Quartermaster
  • David, Éric, Vincent (Bibou), Zaggus et un nouveau sur Bruxelles
  • Alain, Manu, Nelly, et Noémie sur Madame Ching
  • Bertrand, Davy, Raphaël, et Suzel sur Isle of Skye


Codenames Codenames - Votre serviteur ne pouvait pas rater le camembert !

PS: désolé pour les photos, pas le bon appareil !

- page 2 de 10 -